Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 31 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dufourcq nommé à la tête de la Banque publique d'investissement (et pas Lauvergeon)

L'ancienne patronne d'Areva était pourtant la favorite.

Nomination

Publié le

Fin du suspense. Nicolas Dufourcq, le numéro deux de Cap Gemini, a été préféré à Anne Lauvergeon, pourtant favorite des derniers jours.  A 49 ans, cet ancien d'HEC est l'ex-patron du fournisseur d’accès à Internet Wanadoo (groupe France Télécom) et a rejoint en 2004 Cap Gemini dont il est le directeur financier. Il avait commencé sa carrière au cabinet de René Teulade, ministre des Affaires sociales du gouvernement de Pierre Bérégovoy.

 

Le Premier ministre a expliqué que les fonctions de Dufourcq seront de "définir les objectifs et les contours " de l’établissement et d’en prendre la tête quand elle sera officiellement créée.

La Banque publique d'investissement (BPI) aura pour dessein de soutenir le financement des PME. Détenue à parité par la Caisse des dépôts et l’Etat, elle mobilisera 40 milliards d’euros d’engagements. Comme prévu, la BPI sera présidée par Jean-Pierre Jouyet, directeur général de la CDC.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 17/10/2012 - 18:03 - Signaler un abus L'ancienne patronne d'Areva était pourtant la favorite

    De qui ?

  • Par Lepongiste - 17/10/2012 - 18:05 - Signaler un abus Quel malheur ces socialistes !!!

    40 Milliards d'engagements pour qui '' les canards boiteux "......

  • Par bacal - 17/10/2012 - 18:15 - Signaler un abus Inverftsion des facteurs

    Ces minables socialistes pensent qu'en créant une banque publique, qui devra être renflouée comme toutes les institutions publiques, la croissance va rappliquer ventre à terre. C'est comme si tout un chacun sachant lire et écrire devenait un maître de la littérature ! Les entreprises ne manquent pas en premier lieu de finance, mais d'un marché actif permettant d'écouler leurs produits et services. Ces manches ont trouvé le couteau mais pas la lame: autant dire que le casse croute n'est pas pour demain.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€