Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

DSK libéré mais inculpé

Assigné à résidence dans sa nouvelle adresse, rue de Broadway, et surveillé 24h/24 à New York, Dominique Strauss-Kahn s'est vu officiellement notifier les sept chefs d'accusation qui pèsent contre lui.

Cauchemar américain

Publié le - Mis à jour le 6 Juin 2011
DSK libéré mais inculpé

Les journalistes se sont postés devant la nouvelle adresse de DSK, au 71 rue de Broadway.

[Mis à jour à le  21 mai à 17h20]

La ministre autrichienne des Finances, Maria Fekter, serait favorable à la candidature de Christine Lagarde au poste de directeur général du FMI.

A l'antenne de la radio publique autrichienne, Oe1, la ministre déclare : "Actuellement l'intérêt est grand -et c'est ce pourquoi les Européens se battent- de maintenir cette tradition selon laquelle le patron du FMI est un Européen". Maria Fekter ajoute par ailleurs que Christine Lagarde est "une personne très compétente, je la connais bien, et je peux imaginer que l'Autriche apporte son soutien".

Maria Fekter a également été l'une des premières voix européennes à se prononcer en faveur d'une démission immédiate de Dominique Strauss-Kahn, lorsque le scandale a éclaté.

[Mis à jour à le  21 mai à 8h20]

Dominique Strauss-Kahn est arrivé vendredi  20 mai au soir dans l'immeuble de Manhattan où il va résider temporairement, sous surveillance permanente, après avoir quitté la prison de Rikers Island. L'arrivée de l'ancien ministre français des finances dans cet immeuble du sud de Broadway, près de Ground Zero, site des tours jumelles détruites lors des attentats du 11 Septembre, a été confirmée par la police.

L'ex-dirigeant du FMI est sorti de prison après qu'un juge new-yorkais eut approuvé tous les documents fixant les conditions qui accompagnent sa libération conditionnelle. Plusieurs adresses ont été successivement indiquées pour ce logement où DSK résidera de manière temporaire.

[Mis à jour à 19h39]

La journaliste française, Tristane Banon, qui se dit victime d'une agression à caractère sexuel de la part de Dominique Strauss-Kahn en 2002, ne souhaite pas témoigner dans le cadre de l'enquête américaine, selon les déclarations de son avocat. Par ailleurs, on ne sait toujours pas si DSK dormira en prison ou dans son appartement new-yorkais ce vendredi soir.

 

[Mis à jour à 11h30]

Le procureur estime que le dispositif censé encadrer la remise en liberté de Dominique Strauss-Kahn coûtera 200 000 dollars par mois.

Regardez ici les explications de Matthew J. Galluzo, avocat pénaliste à New York, sur la décision qui a été prise à l'encontre de DSK.

Matthew J. Galluzzo

[Mise à jour vendredi 20 juin]

Dominique Strauss-Kahn devrait quitter le centre de détention de Rikers Island ce matin si le paiement de sa caution a été effectué. L'ancien directeur du FMI résidera sous étroite surveillance à New York, comme l'a décidé le juge hier. L'appartement sera rempli de caméras et un garde armé montera continuellement la garde. Il a été loué par Anne Sinclair.

Le prochain rendez-vous judiciaire de DSK est fixé au 6 juin. On saura alors s'il continue de plaider non coupable. 

Les amis de Dominique Strauss-Kahn se disent soulagés, d'autant que celui-ci est apparu nettement moins abattu devant tribunal. Le combat de l'image est aussi l'un des défis que ses avocats devront relever.  

Revoyez ci-dessous la plaidoierie de William Taylor, l'un des avocats de DSK.

En ce qui concerne la succession de DSK à la tête de FMI, Nicolas Sarkozy a indiqué hier que l'Union Européenne était en mesure de présenter une candidature "de très haute qualité", sans plus de précision.

[Mise à jour à 22h17]

Les 7 chefs d'accusation retenus contre l'ancien directeur général du FMI recouvrent des faits présumés de tentative de viol et d'agression sexuelle.

La caution pour la libération de Dominique Strauss-Kahn a été fixée à un million de dollars par le juge. Placé sous surveillance électronique, Il est assigné à résidence à New York. Il devra être constamment accompagné d'un gardien armé.

Par ailleurs, on a appris aujourd'hui que le frère de la victime présumée ne serait en fait qu'un ami. Contacté par l'AFP, il a déclaré: "Je ne suis pas un menteur. Je n'ai jamais dit qu'elle était ma soeur de sang, je n'ai pas de soeur de sang aux Etats-Unis. C'est une bonne amie, une cliente régulière du restaurant".

[Mise à jour à 21h21]

Selon le juge, Dominique Strauss-Kahn pourrait se réfugier à l'ambassade de France. 

[Mise à jour à 21h17]

DSK a été formellement inculpé de tentative de viol par le grand jury. Le tribunal doit encore se prononcer sur la remise en  liberté de l'ancien directeur du FMI.

[Mise à jour à 21h12]

Le juge se retire de la salle d'audience. 

[Mise à jour à 21h10]

Le juge a suspendu l'audience. Il se prononcera sur la libération après avoir obtenu les détails sur les finances de DSK. Le juge s'inquiète de l'éventualité de fuite de l'ancien directeur du FMI. 

[Mise à jour à 21h00]

Selon l'accusation l'"enquête se poursuit" et apporte "chaque jour de nouveaux éléments".

[Mise à jour à 20h55]

Le procureur prend la parole. Il explique qu'il n'y a "aucune raison de le libérer" et qu'il existe "des preuves solides."

[Mise à jour à 20h48]

DSK est formellement inculpé. Il devrait être placé sous surveillance électronique et assigné à résidence. Des gardiens seraient prêts à assurer cette surveillance en attendant la mise en place d'un bracelet électronique. 

[Mise à jour à 20h46]

L'avocat de DSK déclare : " les conditions que nous proposons sont plus que suffisantes" pour obtenir sa libération. 

[Mise à jour à 20h43]

L'avocat défend Dominique Strauss Kahn en présentant des documents concernant son vol pour signifier qu'il n'aurait jamais tenté de fuir.

[Mise à jour à 20h41]

Le juge accepte la présence de caméras dans la salle d'audience. 

[Mise à jour à 20h39]

Selon le correspondant d'Europe 1, les avocats de DSK ne veulent pas d'image.

[Mise à jour à 20h35]

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn seraient dans la salle. L'audience devrait débuter d'une minute à l'autre. DSK apparaît quant à lui,  "souriant et confiant", convaincu de sa libération. 

[Mise à jour à 20h18]

Anne Sinclair est arrivée au tribunal. L'épouse de Dominique Strauss-Kahn vient d'entrer dans la salle d'audience. Elle s'est installée, avec la fille de DSK, au premier rang.

[Mise à jour à 20h12]

Dominique Strauss-Kahn serait "optimiste et en bonne santé" selon Maître Taylor,  l'un de ses avocats américains, interrogé par RTL.

[Mise à jour à 19h52]

Selon le correspondant d'Europe 1 aux États-Unis, la famille de Dominique Strauss-Kahn serait au premier rang, occupant les trois sièges situés face au juge. 

[Mise à jour à 19h33]

La presse suit l'audience de Dominique Strauss-Kahn.  D'après des journalistes français présents dans la salle du palais de justice de New York, et s'exprimant via Twitter, il y aurait une caméra et un photographe dans la salle 51 où se déroule actuellement l'audience de l'ex-directeur du FMI.Les portables seraient autorisés. 

[Mise à jour à 17h28]

Après la démission de Dominique Strauss-Kahn de son poste de directeur général du FMI, les candidatures se sont bousculées pour assurer sa succession. Les Européens manœuvrent pour conserver le poste de direction de l’institution financière, malgré les pressions exercées par les pays émergents.  La ministre française de l'Économie, Christine Lagarde, dont le nom est avancé pour succéder à DSK, a estimé que toute candidature « devra émaner des Européens » rassemblés.

 [Mise à jour 16h35]

Dominique Strauss-Kahn est au tribunal. Il est arrivé jeudi matin – heure de la côte Est – dans l'enceinte du tribunal de New York où doit se tenir l'audience pour décider de son éventuelle libération. 

Les avocats de DSK vont à nouveau proposer le versement d'une caution d'un million de dollars.

Aucune décision ne devrait être communiquée avant le début de soirée à Paris.

[Mise à jour 15h16]

Selon le quotidien britannique The Times, Dominique Strauss-Kahn aurait eu recours au même réseau d'escort girls qu'Eliot Spitzer, l'ex-gouverneur de New York, destitué en 2008. Selon Kristen Davis, aussi connue sous le nom de "Manhattan Madam", la directrice d'un réseau de prostitution de luxe, DSK aurait fait appel à deux reprises aux services de Wicked Models, et aurait versé la "modique" somme de 2500 dollars. 

[Mise à jour 14h55]

Selon les informations recueillies par le correspondant d'Europe 1 à New York, Dominique Strauss-Kahn ne devrait pas être présenté au tribunal avant 20h30 (heure française). La situation pourrait toutefois rapidement évoluer.

[Mise à jour 10h42]

Une source proche du Sofitel de New York, révèle qu'un membre du personnel de l'hôtel se trouvait dans la suite de Dominique Strauss-Kahn quand la femme de chambre est entrée. La plaignante aurait simplement poussé la porte qui était entrouverte.

Cet homme, en charge du room service, débarrassait le couvert dans la suite de DSK. Il aurait permis à sa collègue d'entrer dans la suite pour la nettoyer, pensant qu'elle était inoccupée.  L'homme ayant terminé son service serait sorti. Nafissatou Diallo pensait alors être seule, jusqu'à ce que l'occupant surgisse, selon elle.

[Mise à jour 10h23]

Le Monde revient sur les derniers développements de l'enquête dans l'affaire DSK. Les enquêteurs retracent le fil des évènements depuis l'arrivée de la plaignante dans la suite de Dominique Strauss-Kahn jusqu'à l'interpellation de ce dernier.  

[Mise à jour 9h00]

La demande de remise en liberté de Dominique Strauss-Khan devrait être examiné aux alentours de 15h (heure française) par le tribunal de New York. Les avocats de DSK vont à nouveau proposer une assignation à résidence et une caution d'un million de dollars. DSK s'engagerait également à ne pas engager de procédure d'extradition. Ses avocats précisent que l'accusé ne sera pas présenté au même juge que lors de son premier passage devant la cour.

Dans un entretien au Parisien, l'un des avocats de DSK, William Taylor, qui a passé deux heures avec son client ce mercredi, confirme qu'il plaidera "non coupable". Dominique Strauss-Kahn aurait "bonne mine", "il est aussi très triste et ça se lit dans ses yeux", indique l'avocat qui précise que DSK vit mal le fait de ne plus avoir de montre.

Par ailleurs, Le Fiagro.fr croit savoir qu'il n'existe pas de caméra de vidéo-surveillance dans les couloirs de l'hôtel qui auraient pu contenir des images de Dominique Strauss-Kahn et de Nafissatou Diallo. Le quotidien explique aussi qu'un employé de l'hôtel affecté au room service a indiqué par erreur à la femme de chambre que la pièce était vide. Celle-ci s'y serait introduite sans utiliser son badge magnétique, ce qui empêcherait de connaître l'heure précise de l'agression dont elle se dit victime.

[Mise à jour 7h00]

Voici le communiqué signé par Dominique Strauss-Kahn. Ce sont ses premiers mots depuis son arrestation :

"Mesdames et Messieurs membres du Conseil d'Administration,

C'est avec une tristesse infinie que je me sens aujourd'hui contraint de démissionner de la direction générale du FMI. Je pense ici d'abord à ma femme - que j'aime plus que tout -, à mes enfants, à ma famille et à mes amis. Je pense aussi à mes collègues du FMI : ensemble, nous avons accompli de belles choses depuis trois ans et demi. 

A tous, je veux dire que je démens avec la plus grande fermeté toutes les allégations portées à mon encontre.

Je veux aujourd'hui protéger cette institution que j'ai servi avec honneur et dévotion, et je tiens particulièrement - particulièrement - à consacrer toute ma force, tout mon temps et toute mon énergie pour prouver mon innocence.

Dominique Strauss-Kahn."

[Mise à jour à 6h22]

La dépêche de l'AFP est parue à 6h14. Elle annonce la démission de Dominique Strauss-Kahn de la direction générale du FMI. Le communiqué précise que DSK dément "avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations portées à [son] encontre".

[Mise à jour Jeudi 19 mai à 00h37]

Au FMI, un membre du comité de direction a jugé "formidable" l'hypothèse de voir nommé Jean-Claude Trichet, l'actuel président de la Banque centrale européenne,  au poste de DSK.

[Mise à jour Mercredi 23h53]

Le bureau du procureur de New York affirme mercredi soir (heure de Paris) que les avocats de DSK vont redemander jeudi la mise en liberté du directeur général du FMI, contre une caution et le port d'un bracelet électronique. Une demande motivée notamment par l'état de santé mental de DSK fortement affecté par son incarcération.

CNN affirme également que les vidéos de surveillance du Sofitel attestent la thèse du départ précipité de l'hôtel.

[Mis à jour à 21h00]

La presse anglo-saxonne se concentre sur ce qu'elle découvre des relations de Dominique Strauss-Kahn avec les femmes. Selon le Times de Londres repris par les chaînes américaines dont CBS News, le président Nicolas Sarkozy aurait vivement recommandé à Dominique Strauss-Kahn de "se contrôler", faisant allusion à sa réputation de coureur de jupons, avant sa prise de poste en tant que directeur du FMI en 2007. Nicolas Sarkozy aurait ajouté " la France ne peut pas se permettre de scandales". 

[Mis à jour à 19h00]

Le grand jury, composé de seize à vingt-trois personnes, se réunira à huis-clos et devra décider d'inculper ou non formellement Dominique Strauss-Kahn. 

[Mis à jour à 17h00]

Selon BFM TV, la femme de chambre sera entendue par le grand jury.  

[Mis à jour à 16h15]

Selon son avocat, la femme de chambre dément toute relation sexuelle consentie avec Dominique Strauss-Kahn. Il ajoute que "lorsque le jury entendra son témoignage, et la verra en personne, (...) personne ne pourra plus envisager l'idée d'un rapport consenti."

[Mis à jour à 15h30]

Fiche signalétique de Dominique Strauss-Kahn au centre de détention de Rikers Island.

Cliquez ici pour agrandir

[Mis à jour à 15h00]

A l'étranger, une journaliste affirme avoir eu du mal à repousser les avances de Dominique Strauss-Kahn, selon le journal The Australian

En France, une journaliste de Challenges témoigne aussi auprès de ses confrères de l'insistance avec laquelle Dominique Strauss-Kahn voulait la revoir après l'interview. " A chacune de mes questions il me disait, je répondrais si vous me donnez votre numéro de téléphone."

[Mis à jour à 12h30]

Nafissatou Diallo, la jeune femme ayant porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn, résiderait dans un appartement réservé aux personnes atteintes par le virus du Sida, rvèle le New York Post. Le tabloïd américain explique ne pas être en mesure de savoir si Mme Diallo est effectivement séropositive, mais le bail de sa résidence a été signé par l'association Harlem Community AIDS United. Celle-ci aurait indiqué au New York Post que les personnes adultes non séropositives accompagnées d'enfants atteints par le VIH ne sont pas éligibles à ce type de logement. L'avocat de Mme Diallo a indiqué que sa cliente, qui ne possède pas la nationalité américaine, vit avec sa fille de 15 ans.

 

[Mis à jour à 11h10]

Selon des informations du Figaro.fr, la femme de chambre qui a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn ne pouvait pas ne pas connaître l'identité du directeur du FMI. Une photo de DSK aurait en effet été accrochée dans le local dédié au personnel de l'hôtel pour avertir les employés de la présence d'une personnalité dans l'établissement. Le frère de la plaignante avait indiqué que sa soeur ne connaissait pas DSK avant cette agression sexuelle présumée.

En France, Libération révèle des propos que Dominique Strauss-Kahn aurait exposés à plusieurs journalistes sur le ton de la confidence. Il expliquait qu'il se voyait en "homme providentiel" pour 2012. L'entretien réalisé en avril 2011 n'avait pas vocation a être publié. DSK indiquait qu'il se faisait "un devoir" d'être candidat pour redresser le pays. "Je suis aujourd'hui la concordance de tout ce que veulent les Français, la compétence reconnue, le calme, l'expérience internationale", aurait-il dit, ajoutant que Martine Aubry n'aurait pas envie de se présenter à l'élection présidentielle.

Selon un sondage CSA pour BFM TV, RMC et 20 Minutes paru ce mardi soir, 57 % des Français pensent que Dominique Strauss-Kahn est victime d'un complot dans cette affaire.

Par ailleurs, des proches de DSK indiquent sur France Soir qu'ils redoutaient les conséquences de "l'appétit sexuel" du patron du FMI.

[Mis à jour à 06h30]

Les appels plus ou moins directs à la démission de DSK de la direction générale du FMI se multiplient. C'est désormais Timothy Geithner, secrétaire d'Etat au Trésor, qui déclare que Dominique Strauss-Kahn n'est plus en mesure de diriger l'institution. Le ministre des Finances américain a expliqué que le FMI devait donc imaginer comment se doter d'une direction opérationnelle et permanente. Une déclaration de poids quand on sait queles Etats-Unis sont les principaux actionnaires du Fonds Monétaire International. Le japon, de son côté, estime qu'il est trop tôt pour penser à la succession de DSK.

Le FMI, qui a tenté de joindre DSK à New York, reste pour l'instant, silencieux. Les Echos indiquent que tout serait suspendu à l'audition de Dominique Strauss-Kahn prévue ce vendredi, mais les rumeurs et autres tractations vont bon train dans la coulisse. Atlantico.fr révélait d'ailleurs dès le 15 mai l'imminence de la démission de DSK. La nationalité de son éventuel successeur reste un enjeu du débat entre Européens et Américains. Le nom de Christine Lagarde est de plus en plus évoqué par l'UE pour prendre sa suite.

Sur place à New York, la procédure de sélection du grand jury aurait été lancée.

En France, le Parti Socialiste tente de se relever du choc subi par l'incarcération de Dominique Strauss-Kahn. A l'issue d'un bureau national d'urgence hier, Martine Aubry, très émue, a indiqué que le calendrier des primaires serait maintenu. Hier soir sur TF1, Ségolène Royal a réitéré ses ambitions pour 2012.

[Mis à jour mercredi 18 mai à 00h12]

D'après la chaîne NBC, Dominique Strauss Kahn aurait été placé sous surveillance anti-suicide à la prison de Rikers Island, équipé d'une tenue ad hoc, sans ceinture et sans lacets aux chaussures. Des rondes sont organisées tous les 1/4 d'heure ou toutes les 1/2 heures pour vérifier son état de santé.Par ailleurs, un membre du conseil d'administration du FMI aurait déclaré qu'il souhaitait avec d'autres membres la démission de DSK, ce qui serait "Idéal". Approchés, d'autres membres du conseil d'administration s'y opposent publiquement.

[Mis à jour mardi 17 mai à 20h45]

Le tabloïd britannique le Daily Mail a obtenu ce soir une interview du frère de la victime présumée. La jeune femme de chambre qui accuse Dominique Strauss Kahn aurait dit à son frère aîné par téléphone peu de temps après l'agression présumée "quelqu'un m'a fait quelque chose de vraiment terrible, j'ai été agressée". En larmes, elle lui aurait révélé la manière dont elle se serait retrouvée piégée dans la chambre d'hôtel alors que le Président du FMI tentait par deux fois d'abuser d'elle. Son frère lui aurait immédiatement conseillé de prendre un avocat. 

"C'est une femme qui travaille dur et qui est juste une victime. C' est une immigrante d'Afrique de l'Ouest formidable qui demande juste à travailler dur" a déclaré son frère aîné, restaurateur à Harlem.  

Sur la chaîne américaine ABC, l'homme âgé de 43 ans a ajouté que sa soeur était "une bonne musulmane. Pas le genre de femme à attaquer un homme". "Si cela c'était passé en France, les choses auraient été très différentes" a t-il ajouté en précisant qu'il croyait dans le système judiciaire américain, qu'il estime différent des justices européennes.  Selon lui sa soeur témoignera bien contre le Président du FMI. 

"C'est l'Amérique. Il ne s'en sortira pas comme ça" "Justice sera rendue. C'est pour ça que nous aimons l'Amérique" a t'il par ailleurs affirmé au New York Daily News. 

Le frère de la plaignante a précisé également que sa soeur ne savait pas qui était Dominique Strauss Kahn jusqu'à ce qu'il le lui apprenne et qu'il étaiténervé par "les médias européens qui doutent de l'affaire". 

Ces interviews vont à l'encontre de la ligne potentielle de défense de Dominique Strauss Kahn telle que mentionnée par le New York Post ce mardi matin. Ce tabloïd indiquait que la défense du Président du FMI songeait à plaider pour une relation sexuelle librement consentie. 

Une nouvelle liaison passée révélée? 

Les médias américains faisaient état ce mardi soir de l'existence d'une lettre envoyée au FMI il y a 3 ans par une femme ayant eu une brève liaison avec Dominique Strauss Kahn et dans laquelle, elle aurait alerté l'institution des problèmes posés par l'attitude du Français avec les femmes. Cette femme serait une proche de l'économiste hongroise Piroska Nagy qui avait quitté le fonds monétaire international en 2008 après une liaison avec le Président de l'institution. Une enquête interne avait alors lavé DSK de tout agissement répréhensible tout en regrettant des erreurs de jugement. 

[Mis à jour mardi 17 mai à 15h30]

 François Fillon a déclaré devant les députés UMP que "si les faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn étaient avérés, nous serions en présence d'un acte très grave qui n'appelle aucune excuse."

[Mis à jour mardi 17 mai à 13h00]

Dans le traitement de l'affaire DSK, le CSA appelle les chaînes de télévisions à la retenue.

[Mis à jour mardi 17 mai à 12h40]

Selon son avocat, DSK aurait séduit la femme de chambre. La plaignante aurait été consentante.   

[Mis à jour mardi 17 mai à 12h20]

La ministre espagnole Elena Salgado et son homologue autrichienne Maria Fekter, toutes deux ministres des finances européennes, prennent leurs distances avec DSK et évoquent l'éventualité de sa démission du poste de directeur général du FMI. 

[Mis à jour mardi 17 mai à 7h00]

Dominique Strauss-Kahn a passé sa première nuit dans la prison de Rikers Island à New York, un établissement réputé difficile. d'une capacité de 15 000 détenus, le centre pénitentiaire a été épinglé par les ONG de défense des droits de l'homme à plusieurs reprises.

DSK devrait occuper une cellule individuelle et n'entrera pas en contact avec les autres prisonniers. Une promenade d'une heure lui sera accordée chaque jour, accompagné d'un gardien. Celui qui est toujours officiellement directeur du FMI doit rester à Rikers Island jusqu'à vendredi, date d'une nouvelle comparution devant la justice américaine.

Ce lundi, tous les recours de son avocat Benjamin Brafman pour éviter la détention provisoire ont été rejetés par la juge Melissa Jackson. Le ténor du barreau de New York qui défend DSK avait proposé une caution d'un million de dollars, puis le port d'un bracelet électronique et une assignation à résidence à New York. La juge est restée inflexible, expliquant l'existence d'un risque de fuite et soulignant la lourdeur des 7 chefs d'inculpation qui pèsent contre Dominique Strauss-Kahn. Le plus sérieux concerne un "acte sexuel criminel de premier degré" ; autrement dit : un viol par voie orale ou sodomie engageant le recours de la force. DSK risquerait de 15 ans et demi à 74 ans et 3 mois de prison.

 

Le FMI reste prudent et attend la comparution de DSK devant le grand jury, ce vendredi 20 mai, pour imaginer un éventuel remplacement de DSK à la tête de l'institution. Dans les coulisses de la réunion des ministres des Finances de la zone euro ce lundi, on spéculait déjà sur le prochain directeur général du FMI.

En France, le PS a convoqué un bureau national d'urgence ce mardi midi. Certains élus socialistes, comme Claude Bartolone, demandent d'ores et déjà à Martine Aubry de se présenter à la primaire organisée par le parti en vue des élections présidentielles.

[Mis à jour à 20h16]

Le procureur qui a demandé le maintien en détention de Dominique Strauss-Kahn, Cyrus Vans Junior, est le même que celui qui avait plaidé contre Bernard Madoff.

[Mis à jour à 19h50]

L'ensemble des crimes dont Dominique Strauss-Kahn est accusé est puni d'une peine pouvant atteindre 70 ans de prison, ont annoncé des avocats spécialistes de droit américain.

[Mis à jour à 19h35]

Voici la traduction du procès verbal d'accusation devant le tribunal de New-York : 

"L'accusé a tenté de contraindre autrui à avoir une relation sexuelle orale et anale avec lui ; l'accusé a tenté d'obtenir une relations sexuelle de force avec autrui ; l'accusé a contraint autrui à un contact avec les parties génitales ; l'accusé à retenu autrui contre sa volonté ; l'accusé a touché les parties génitales d'autrui sans son consentement ; l'accusé a, intentionnellement et sans autre raison valable, touché par la force les parties intimes d'autrui, d'une manière dégradante et dans le but d'abuser d'elle, et pour son propre plaisir sexuel.

Ces délits et crimes ont été commis dans les circonstances suivantes : Les officiers prenant cette plainte ont été informés par la victime, dont l'identité est connue du bureau du procureur, que l'accusé a 1) fermé la porte de la pièce et empêché cette personne de quitter la pièce ; 2) a touché les seins de cette personne sans son consentement ; 3) a tenté de retirer de force les bas de cette personne et lui a touché la zone du vagin de force ; 4) a forcé la bouche de cette personne a toucher son penis à deux reprises ; 5) n'a pu commettre ces actes qu'en utilisant sa force physique."

Cliquez ici pour voir le procès-verbal d'accusation en plein écran.

[Lundi 16 mai, à 18h55]

Le juge a ordonné le maintien en détention Dominique Strauss-Kahn. L'accusation affirme que les rapports des experts confirment les dires de la plaignante comme Atlantico.fr le révélait lundi en début d'après-midi. DSK passera devant le grand Jury, composé de 16 à 23 personnes, qui décidera le 20 mai d'une mise en accusation ou non. Une audience qui se déroulera à huis clos.

L'avocate de Tristane Banon vient de démentir que sa cliente a déposé plainte, une information communiquée par un faux compte Twitter à son nom et relayée par Le Monde.fr.

Selon l'accusation l'"enquête se poursuit" et apporte "chaque jour de nouveaux éléments".

[Mise à jour à 20h55]

Le procureur prend la parole. Il explique qu'il n'y a "aucune raison de le libérer" et qu'il existe "des preuves solides."

[Mise à jour à 20h48]

DSK est formellement inculpé. Il devrait être placé sous surveillance électronique et assigné à résidence. Des gardiens seraient prêts à assurer cette surveillance en attendant la mise en place d'un bracelet électronique. 

[Mise à jour à 20h46]

L'avocat de DSK déclare : " les conditions que nous proposons sont plus que suffisantes" pour obtenir sa libération. 

[Mise à jour à 20h43]

L'avocat défend Dominique Strauss Kahn en présentant des documents concernant son vol pour signifier qu'il n'aurait jamais tenté de fuir.

[Mise à jour à 20h41]

Le juge accepte la présence de caméras dans la salle d'audience. 

[Mise à jour à 20h39]

Selon le correspondant d'Europe 1, les avocats de DSK ne veulent pas d'image.

[Mise à jour à 20h35]

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn seraient dans la salle. L'audience devrait débuter d'une minute à l'autre. DSK apparaît quant à lui,  "souriant et confiant", convaincu de sa libération. 

[Mise à jour à 20h18]

Anne Sinclair est arrivée au tribunal. L'épouse de Dominique Strauss-Kahn vient d'entrer dans la salle d'audience. Elle s'est installée, avec la fille de DSK, au premier rang.

[Mise à jour à 20h12]

Dominique Strauss-Kahn serait "optimiste et en bonne santé" selon Maître Taylor,  l'un de ses avocats américains, interrogé par RTL.

[Mise à jour à 19h52]

Selon le correspondant d'Europe 1 aux États-Unis, la famille de Dominique Strauss-Kahn serait au premier rang, occupant les trois sièges situés face au juge. 

[Mise à jour à 19h33]

La presse suit l'audience de Dominique Strauss-Kahn.  D'après des journalistes français présents dans la salle du palais de justice de New York, et s'exprimant via Twitter, il y aurait une caméra et un photographe dans la salle 51 où se déroule actuellement l'audience de l'ex-directeur du FMI. Les portables seraient autorisés. 

[Mise à jour à 17h28]

Après la démission de Dominique Strauss-Kahn de son poste de directeur général du FMI, les candidatures se sont bousculées pour assurer sa succession. Les Européens manœuvrent pour conserver le poste de direction de l’institution financière, malgré les pressions exercées par les pays émergents.  La ministre française de l'Économie, Christine Lagarde, dont le nom est avancé pour succéder à DSK, a estimé que toute candidature « devra émaner des Européens » rassemblés.

 [Mise à jour 16h35]

Dominique Strauss-Kahn est au tribunal. Il est arrivé jeudi matin – heure de la côte Est – dans l'enceinte du tribunal de New York où doit se tenir l'audience pour décider de son éventuelle libération. 

Les avocats de DSK vont à nouveau proposer le versement d'une caution d'un million de dollars.

Aucune décision ne devrait être communiquée avant le début de soirée à Paris.

[Mise à jour 15h16]

Selon le quotidien britannique The Times, Dominique Strauss-Kahn aurait eu recours au même réseau d'escort girls qu'Eliot Spitzer, l'ex-gouverneur de New York, destitué en 2008. Selon Kristen Davis, aussi connue sous le nom de "Manhattan Madam", la directrice d'un réseau de prostitution de luxe, DSK aurait fait appel à deux reprises aux services de Wicked Models, et aurait versé la "modique" somme de 2500 dollars. 

[Mise à jour 14h55]

Selon les informations recueillies par le correspondant d'Europe 1 à New York, Dominique Strauss-Kahn ne devrait pas être présenté au tribunal avant 20h30 (heure française). La situation pourrait toutefois rapidement évoluer.

[Mise à jour 10h42]

Une source proche du Sofitel de New York, révèle qu'un membre du personnel de l'hôtel se trouvait dans la suite de Dominique Strauss-Kahn quand la femme de chambre est entrée. La plaignante aurait simplement poussé la porte qui était entrouverte.

Cet homme, en charge du room service, débarrassait le couvert dans la suite de DSK. Il aurait permis à sa collègue d'entrer dans la suite pour la nettoyer, pensant qu'elle était inoccupée.  L'homme ayant terminé son service serait sorti. Nafissatou Diallo pensait alors être seule, jusqu'à ce que l'occupant surgisse, selon elle.

[Mise à jour 10h23]

Le Monde revient sur les derniers développements de l'enquête dans l'affaire DSK. Les enquêteurs retracent le fil des évènements depuis l'arrivée de la plaignante dans la suite de Dominique Strauss-Kahn jusqu'à l'interpellation de ce dernier.  

[Mise à jour 9h00]

La demande de remise en liberté de Dominique Strauss-Khan devrait être examiné aux alentours de 15h (heure française) par le tribunal de New York. Les avocats de DSK vont à nouveau proposer une assignation à résidence et une caution d'un million de dollars. DSK s'engagerait également à ne pas engager de procédure d'extradition. Ses avocats précisent que l'accusé ne sera pas présenté au même juge que lors de son premier passage devant la cour.

Dans un entretien au Parisien, l'un des avocats de DSK, William Taylor, qui a passé deux heures avec son client ce mercredi, confirme qu'il plaidera "non coupable". Dominique Strauss-Kahn aurait "bonne mine", "il est aussi très triste et ça se lit dans ses yeux", indique l'avocat qui précise que DSK vit mal le fait de ne plus avoir de montre.

Par ailleurs, Le Fiagro.fr croit savoir qu'il n'existe pas de caméra de vidéo-surveillance dans les couloirs de l'hôtel qui auraient pu contenir des images de Dominique Strauss-Kahn et de Nafissatou Diallo. Le quotidien explique aussi qu'un employé de l'hôtel affecté au room service a indiqué par erreur à la femme de chambre que la pièce était vide. Celle-ci s'y serait introduite sans utiliser son badge magnétique, ce qui empêcherait de connaître l'heure précise de l'agression dont elle se dit victime.

[Mise à jour 7h00]

Voici le communiqué signé par Dominique Strauss-Kahn. Ce sont ses premiers mots depuis son arrestation :

"Mesdames et Messieurs membres du Conseil d'Administration,

C'est avec une tristesse infinie que je me sens aujourd'hui contraint de démissionner de la direction générale du FMI. Je pense ici d'abord à ma femme - que j'aime plus que tout -, à mes enfants, à ma famille et à mes amis. Je pense aussi à mes collègues du FMI : ensemble, nous avons accompli de belles choses depuis trois ans et demi. 

A tous, je veux dire que je démens avec la plus grande fermeté toutes les allégations portées à mon encontre.

Je veux aujourd'hui protéger cette institution que j'ai servi avec honneur et dévotion, et je tiens particulièrement - particulièrement - à consacrer toute ma force, tout mon temps et toute mon énergie pour prouver mon innocence.

Dominique Strauss-Kahn."

[Mise à jour à 6h22]

La dépêche de l'AFP est parue à 6h14. Elle annonce la démission de Dominique Strauss-Kahn de la direction générale du FMI. Le communiqué précise que DSK dément "avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations portées à [son] encontre".

[Mise à jour Jeudi 19 mai à 00h37]

Au FMI, un membre du comité de direction a jugé "formidable" l'hypothèse de voir nommé Jean-Claude Trichet, l'actuel président de la Banque centrale européenne,  au poste de DSK.

[Mise à jour Mercredi 23h53]

Le bureau du procureur de New York affirme mercredi soir (heure de Paris) que les avocats de DSK vont redemander jeudi la mise en liberté du directeur général du FMI, contre une caution et le port d'un bracelet électronique. Une demande motivée notamment par l'état de santé mental de DSK fortement affecté par son incarcération.

CNN affirme également que les vidéos de surveillance du Sofitel attestent la thèse du départ précipité de l'hôtel.

[Mis à jour à 21h00]

La presse anglo-saxonne se concentre sur ce qu'elle découvre des relations de Dominique Strauss-Kahn avec les femmes. Selon le Times de Londres repris par les chaînes américaines dont CBS News, le président Nicolas Sarkozy aurait vivement recommandé à Dominique Strauss-Kahn de "se contrôler", faisant allusion à sa réputation de coureur de jupons, avant sa prise de poste en tant que directeur du FMI en 2007. Nicolas Sarkozy aurait ajouté " la France ne peut pas se permettre de scandales". 

[Mis à jour à 19h00]

Le grand jury, composé de seize à vingt-trois personnes, se réunira à huis-clos et devra décider d'inculper ou non formellement Dominique Strauss-Kahn. 

[Mis à jour à 17h00]

Selon BFM TV, la femme de chambre sera entendue par le grand jury.  

[Mis à jour à 16h15]

Selon son avocat, la femme de chambre dément toute relation sexuelle consentie avec Dominique Strauss-Kahn. Il ajoute que "lorsque le jury entendra son témoignage, et la verra en personne, (...) personne ne pourra plus envisager l'idée d'un rapport consenti."

[Mis à jour à 15h30]

Fiche signalétique de Dominique Strauss-Kahn au centre de détention de Rikers Island.

Cliquez ici pour agrandir

[Mis à jour à 15h00]

A l'étranger, une journaliste affirme avoir eu du mal à repousser les avances de Dominique Strauss-Kahn, selon le journal The Australian

En France, une journaliste de Challenges témoigne aussi auprès de ses confrères de l'insistance avec laquelle Dominique Strauss-Kahn voulait la revoir après l'interview. " A chacune de mes questions il me disait, je répondrais si vous me donnez votre numéro de téléphone."

[Mis à jour à 12h30]

Nafissatou Diallo, la jeune femme ayant porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn, résiderait dans un appartement réservé aux personnes atteintes par le virus du Sida, rvèle le New York Post. Le tabloïd américain explique ne pas être en mesure de savoir si Mme Diallo est effectivement séropositive, mais le bail de sa résidence a été signé par l'association Harlem Community AIDS United. Celle-ci aurait indiqué au New York Post que les personnes adultes non séropositives accompagnées d'enfants atteints par le VIH ne sont pas éligibles à ce type de logement. L'avocat de Mme Diallo a indiqué que sa cliente, qui ne possède pas la nationalité américaine, vit avec sa fille de 15 ans.

 

[Mis à jour à 11h10]

Selon des informations du Figaro.fr, la femme de chambre qui a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn ne pouvait pas ne pas connaître l'identité du directeur du FMI. Une photo de DSK aurait en effet été accrochée dans le local dédié au personnel de l'hôtel pour avertir les employés de la présence d'une personnalité dans l'établissement. Le frère de la plaignante avait indiqué que sa soeur ne connaissait pas DSK avant cette agression sexuelle présumée.

En France, Libération révèle des propos que Dominique Strauss-Kahn aurait exposés à plusieurs journalistes sur le ton de la confidence. Il expliquait qu'il se voyait en "homme providentiel" pour 2012. L'entretien réalisé en avril 2011 n'avait pas vocation a être publié. DSK indiquait qu'il se faisait "un devoir" d'être candidat pour redresser le pays. "Je suis aujourd'hui la concordance de tout ce que veulent les Français, la compétence reconnue, le calme, l'expérience internationale", aurait-il dit, ajoutant que Martine Aubry n'aurait pas envie de se présenter à l'élection présidentielle.

Selon un sondage CSA pour BFM TV, RMC et 20 Minutes paru ce mardi soir, 57 % des Français pensent que Dominique Strauss-Kahn est victime d'un complot dans cette affaire.

Par ailleurs, des proches de DSK indiquent sur France Soir qu'ils redoutaient les conséquences de "l'appétit sexuel" du patron du FMI.

[Mis à jour à 06h30]

Les appels plus ou moins directs à la démission de DSK de la direction générale du FMI se multiplient. C'est désormais Timothy Geithner, secrétaire d'Etat au Trésor, qui déclare que Dominique Strauss-Kahn n'est plus en mesure de diriger l'institution. Le ministre des Finances américain a expliqué que le FMI devait donc imaginer comment se doter d'une direction opérationnelle et permanente. Une déclaration de poids quand on sait queles Etats-Unis sont les principaux actionnaires du Fonds Monétaire International. Le japon, de son côté, estime qu'il est trop tôt pour penser à la succession de DSK.

Le FMI, qui a tenté de joindre DSK à New York, reste pour l'instant, silencieux. Les Echos indiquent que tout serait suspendu à l'audition de Dominique Strauss-Kahn prévue ce vendredi, mais les rumeurs et autres tractations vont bon train dans la coulisse. Atlantico.fr révélait d'ailleurs dès le 15 mai l'imminence de la démission de DSK. La nationalité de son éventuel successeur reste un enjeu du débat entre Européens et Américains. Le nom de Christine Lagarde est de plus en plus évoqué par l'UE pour prendre sa suite.

Sur place à New York, la procédure de sélection du grand jury aurait été lancée.

En France, le Parti Socialiste tente de se relever du choc subi par l'incarcération de Dominique Strauss-Kahn. A l'issue d'un bureau national d'urgence hier, Martine Aubry, très émue, a indiqué que le calendrier des primaires serait maintenu. Hier soir sur TF1, Ségolène Royal a réitéré ses ambitions pour 2012.

[Mis à jour mercredi 18 mai à 00h12]

D'après la chaîne NBC, Dominique Strauss Kahn aurait été placé sous surveillance anti-suicide à la prison de Rikers Island, équipé d'une tenue ad hoc, sans ceinture et sans lacets aux chaussures. Des rondes sont organisées tous les 1/4 d'heure ou toutes les 1/2 heures pour vérifier son état de santé.Par ailleurs, un membre du conseil d'administration du FMI aurait déclaré qu'il souhaitait avec d'autres membres la démission de DSK, ce qui serait "Idéal". Approchés, d'autres membres du conseil d'administration s'y opposent publiquement.

[Mis à jour mardi 17 mai à 20h45]

Le tabloïd britannique le Daily Mail a obtenu ce soir une interview du frère de la victime présumée. La jeune femme de chambre qui accuse Dominique Strauss Kahn aurait dit à son frère aîné par téléphone peu de temps après l'agression présumée "quelqu'un m'a fait quelque chose de vraiment terrible, j'ai été agressée". En larmes, elle lui aurait révélé la manière dont elle se serait retrouvée piégée dans la chambre d'hôtel alors que le Président du FMI tentait par deux fois d'abuser d'elle. Son frère lui aurait immédiatement conseillé de prendre un avocat. 

"C'est une femme qui travaille dur et qui est juste une victime. C' est une immigrante d'Afrique de l'Ouest formidable qui demande juste à travailler dur" a déclaré son frère aîné, restaurateur à Harlem.  

Sur la chaîne américaine ABC, l'homme âgé de 43 ans a ajouté que sa soeur était "une bonne musulmane. Pas le genre de femme à attaquer un homme". "Si cela c'était passé en France, les choses auraient été très différentes" a t-il ajouté en précisant qu'il croyait dans le système judiciaire américain, qu'il estime différent des justices européennes.  Selon lui sa soeur témoignera bien contre le Président du FMI. 

"C'est l'Amérique. Il ne s'en sortira pas comme ça" "Justice sera rendue. C'est pour ça que nous aimons l'Amérique" a t'il par ailleurs affirmé au New York Daily News. 

Le frère de la plaignante a précisé également que sa soeur ne savait pas qui était Dominique Strauss Kahn jusqu'à ce qu'il le lui apprenne et qu'il étaiténervé par "les médias européens qui doutent de l'affaire". 

Ces interviews vont à l'encontre de la ligne potentielle de défense de Dominique Strauss Kahn telle que mentionnée par le New York Post ce mardi matin. Ce tabloïd indiquait que la défense du Président du FMI songeait à plaider pour une relation sexuelle librement consentie. 

Une nouvelle liaison passée révélée? 

Les médias américains faisaient état ce mardi soir de l'existence d'une lettre envoyée au FMI il y a 3 ans par une femme ayant eu une brève liaison avec Dominique Strauss Kahn et dans laquelle, elle aurait alerté l'institution des problèmes posés par l'attitude du Français avec les femmes. Cette femme serait une proche de l'économiste hongroise Piroska Nagy qui avait quitté le fonds monétaire international en 2008 après une liaison avec le Président de l'institution. Une enquête interne avait alors lavé DSK de tout agissement répréhensible tout en regrettant des erreurs de jugement. 

[Mis à jour mardi 17 mai à 15h30]

 François Fillon a déclaré devant les députés UMP que "si les faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn étaient avérés, nous serions en présence d'un acte très grave qui n'appelle aucune excuse."

[Mis à jour mardi 17 mai à 13h00]

Dans le traitement de l'affaire DSK, le CSA appelle les chaînes de télévisions à la retenue.

[Mis à jour mardi 17 mai à 12h40]

Selon son avocat, DSK aurait séduit la femme de chambre. La plaignante aurait été consentante.   

[Mis à jour mardi 17 mai à 12h20]

La ministre espagnole Elena Salgado et son homologue autrichienne Maria Fekter, toutes deux ministres des finances européennes, prennent leurs distances avec DSK et évoquent l'éventualité de sa démission du poste de directeur général du FMI. 

[Mis à jour mardi 17 mai à 7h00]

Dominique Strauss-Kahn a passé sa première nuit dans la prison de Rikers Island à New York, un établissement réputé difficile. d'une capacité de 15 000 détenus, le centre pénitentiaire a été épinglé par les ONG de défense des droits de l'homme à plusieurs reprises.

DSK devrait occuper une cellule individuelle et n'entrera pas en contact avec les autres prisonniers. Une promenade d'une heure lui sera accordée chaque jour, accompagné d'un gardien. Celui qui est toujours officiellement directeur du FMI doit rester à Rikers Island jusqu'à vendredi, date d'une nouvelle comparution devant la justice américaine.

Ce lundi, tous les recours de son avocat Benjamin Brafman pour éviter la détention provisoire ont été rejetés par la juge Melissa Jackson. Le ténor du barreau de New York qui défend DSK avait proposé une caution d'un million de dollars, puis le port d'un bracelet électronique et une assignation à résidence à New York. La juge est restée inflexible, expliquant l'existence d'un risque de fuite et soulignant la lourdeur des 7 chefs d'inculpation qui pèsent contre Dominique Strauss-Kahn. Le plus sérieux concerne un "acte sexuel criminel de premier degré" ; autrement dit : un viol par voie orale ou sodomie engageant le recours de la force. DSK risquerait de 15 ans et demi à 74 ans et 3 mois de prison.

 

Le FMI reste prudent et attend la comparution de DSK devant le grand jury, ce vendredi 20 mai, pour imaginer un éventuel remplacement de DSK à la tête de l'institution. Dans les coulisses de la réunion des ministres des Finances de la zone euro ce lundi, on spéculait déjà sur le prochain directeur général du FMI.

En France, le PS a convoqué un bureau national d'urgence ce mardi midi. Certains élus socialistes, comme Claude Bartolone, demandent d'ores et déjà à Martine Aubry de se présenter à la primaire organisée par le parti en vue des élections présidentielles.

[Mis à jour à 20h16]

Le procureur qui a demandé le maintien en détention de Dominique Strauss-Kahn, Cyrus Vans Junior, est le même que celui qui avait plaidé contre Bernard Madoff.

[Mis à jour à 19h50]

L'ensemble des crimes dont Dominique Strauss-Kahn est accusé est puni d'une peine pouvant atteindre 70 ans de prison, ont annoncé des avocats spécialistes de droit américain.

[Mis à jour à 19h35]

Voici la traduction du procès verbal d'accusation devant le tribunal de New-York : 

"L'accusé a tenté de contraindre autrui à avoir une relation sexuelle orale et anale avec lui ; l'accusé a tenté d'obtenir une relations sexuelle de force avec autrui ; l'accusé a contraint autrui à un contact avec les parties génitales ; l'accusé à retenu autrui contre sa volonté ; l'accusé a touché les parties génitales d'autrui sans son consentement ; l'accusé a, intentionnellement et sans autre raison valable, touché par la force les parties intimes d'autrui, d'une manière dégradante et dans le but d'abuser d'elle, et pour son propre plaisir sexuel.

Ces délits et crimes ont été commis dans les circonstances suivantes : Les officiers prenant cette plainte ont été informés par la victime, dont l'identité est connue du bureau du procureur, que l'accusé a 1) fermé la porte de la pièce et empêché cette personne de quitter la pièce ; 2) a touché les seins de cette personne sans son consentement ; 3) a tenté de retirer de force les bas de cette personne et lui a touché la zone du vagin de force ; 4) a forcé la bouche de cette personne a toucher son penis à deux reprises ; 5) n'a pu commettre ces actes qu'en utilisant sa force physique."

Cliquez ici pour voir le procès-verbal d'accusation en plein écran.

[Lundi 16 mai, à 18h55]

Le juge a ordonné le maintien en détention Dominique Strauss-Kahn. L'accusation affirme que les rapports des experts confirment les dires de la plaignante comme Atlantico.fr le révélait lundi en début d'après-midi. DSK passera devant le grand Jury, composé de 16 à 23 personnes, qui décidera le 20 mai d'une mise en accusation ou non. Une audience qui se déroulera à huis clos.

L'avocate de Tristane Banon vient de démentir que sa cliente a déposé plainte, une information communiquée par un faux compte Twitter à son nom et relayée par Le Monde.fr.


 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par le Gône - 17/05/2011 - 23:17 - Signaler un abus [ce message a été supprimé par la modération]

    [ce message a été supprimé par la modération]

  • Par martel en tête - 17/05/2011 - 23:46 - Signaler un abus Calme, le Gône

    Il ne faut pas faire dire à un commentaire plus qu'il ne dit. J'ai écris que cette femme devait avoir une personnalité assez forte pour que la tentative de DSK ne l’ai pas brisée. Hé oui, l'éducation des filles en Afrique n'en fait pas des chochottes, pas besoin de les violer pour ça. Il y a dans mon commentaire un effort de lucidité sur les motivations et une critique des excès du misérabilisme

  • Par le Gône - 17/05/2011 - 23:57 - Signaler un abus @martel en tête

    votre commentaire sur l'Afrique et les femmes Africaine n'est pas honnete et le viol est aussi traumatisant pour une Africaine que pour une petite Francaise des beaux quartier..DSK n'a aucune excuse c'est juste un salaud!!

  • Par LeditGaga - 18/05/2011 - 00:11 - Signaler un abus [ce message a été supprimé par la modération]

    [ce message a été supprimé par la modération]

  • Par sheldon - 18/05/2011 - 00:16 - Signaler un abus Quel drame pour le PS !

    Se voir obligé pour soutenir leur champion de ne pas tenir compte de cette personne africaine, musulmane, travailleuse, sérieuse, élevant elle seule sa fille : bref, la personne qui en d'autres circonstances aurait tellement leur sympathie que l'on verrait son portrait sur les murs de leurs mairies. Il est clair qu'ils ne vont que devoir lever progressivement le pied dans leur soutien à M. DSK

  • Par batendjel - 18/05/2011 - 02:17 - Signaler un abus [ce message a été supprimé par la modération]

    [ce message a été supprimé par la modération]

  • Par LeditGaga - 18/05/2011 - 07:25 - Signaler un abus Kit anti-suicide...

    Isolement et kit anti-suicide, il ne lui reste plus qu'à ronger son frein, mais il paraît que ce n'est pas dangereux pour la santé ! Et la Santé il va connaître désormais, du moins son équivalent aux USA : Rikers Island !

  • Par Chamaco - 18/05/2011 - 09:28 - Signaler un abus @ batendjel -

    C'est dommage il ne peut même plus compter sur l'aide de son très grand ami Ben Ali de Tunisie qui l'a décoré en 2008, des insignes de grand officier de l'ordre de la République.

  • Par texarkana - 18/05/2011 - 09:47 - Signaler un abus Son nouveau nom :

    prisonnier n° 09132366L code donné à vie! voilà, papy, tu as joué, tu as perdu!

  • Par Berlin - 18/05/2011 - 10:14 - Signaler un abus Moi je suis choquée des réactions au PS

    Il semble que çà fait des années que dans le monde politique et des médias on soit au courant des agissements de harcelement envers les femmes de DSK et maintenant ils se disent choqués parce qu'on l'a vu avec menottes et au tribunal mal rasé. Je dois rever ! Ils critiquent la justice américaine. Eh beh au moins aux US la police et la justice respectent la parole des femmes. A suivre vendredi ...

  • Par la main noire - 18/05/2011 - 10:24 - Signaler un abus sex addict !

    apparemment tout le monde savait que DSK était un sex addict ! ils n'avaient qu'à lui mettre des gardes fou, lui imposer une psychothérapie adaptée afin d'éviter les débordements ! on peut philosopher mille ans sur le sujet, ça ne changera rien ! il a joué, il a perdu , il va payer cash ! arrêtons de jouer les effarouchés !

  • Par Berlin - 18/05/2011 - 10:50 - Signaler un abus psychothérapie

    au lieu de dépenser son fric à acheter un ryad à Marrakech, il aurait mieux fait de se faire soigner par un psychiatre. Meme si le rapport est consenti ou un piège, combien de fois a t-il trompé sa femme? Bonjour le svaleurs morales ! En France on dit c privé et beh quand on est un homme politique qui envisage de diriger la France on doit avoir certaines valeurs dont la fidélité

  • Par Jean-Baptiste Giraud - 18/05/2011 - 10:55 - Signaler un abus Fermeture des commentaires

    En raison d'un trop grand nombre de messages ne respectant pas la charte éditoriale d'Atlantico, nous sommes au regret de devoir fermer les commentaires pour cet article. Jean-Baptiste Giraud rédacteur en chef d'Atlantico.fr

  • Par carioca - 18/05/2011 - 10:55 - Signaler un abus imaginons la situation inverse:

    [Ce contenu a été supprimé par la modération]

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€