Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La droite espagnole remporte sans surprise les législatives

La liste du Parti populaire conduite par Mariano Rajoy a obtenu dimanche la majorité absolue au Congrès.

Tribord toute

Publié le

C'était attendu mais peut-être pas des ces proportions. Après huit ans d'une majorité socialiste conduite par Jose Luis Zapatero, l’Espagne a porté au pouvoir le Parti populaire de Mariano Rajoy, renvoyant dans l’opposition une gauche accusée de ne pas avoir su gérer la crise économique sans précédent que traverse le pays.

Ce qui explique peut-être, au-delà de la classique volonté d’alternance, la victoire historique des uns et la défaite sans précédent des autres : le parti populaire obtient 187 députés au Congrès, la chambre basse du Parlement, alors que le Parti socialiste (PSOE), emmené par Alfredo Rubalcaba, doit se contenter de 109 représentants. Pour la droite il s'agit du meilleur résultat depuis le retour à la démocratie au milieu des années 70, pour les socialistes du pire. Mais c’est surtout la débâcle socialiste qui profite aux troupe de Mariano Rajoy : le PSOE obtient moins de 30%, à  28,5%, contre 44,02 % au PP, un score honorable mais inférieur à celui de Jose Maria Aznar en 2000.

Pourtant, la tâche de Mariano Rajoy n’aura rien de simple. Le futur Premier ministre devra mettre en place une nouvelle cure d’austérité. Bien qu’il ait annoncé la couleur, elle risque de lui coûter rapidement sa popularité. Les Espagnols qui ont voté dimanche le savaient, se faisant peu d’illusions sur ce qui les attendait quel que soit le vainqueur. Dès l’annonce des résultats,  Mariano Rajoy a d’ailleurs  dit vouloir être "le président de tous" pour "faire la guerre à la crise" et a appelé à un "effort de tous" car "il n'y aura pas de miracle".

Nombreux sont ceux d’ailleurs qui ont voulu signaler leur désapprobation des deux partis traditionnels en votant pour des listes périphériques. Les écolo-communistes d'Izquierda unida passent obtiennent 6,85 %,UpyD, un parti centriste, peut se targuer de 4,65 % des suffrages et cinq sièges. La gauche indépendantiste basque d’Amaiur aura elle six députés. Malgré la situation économique difficile, l’abstention n’a pas significativement progressé, puisqu’elle est de moins d’un point supérieure aux élections législatives de 2008. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 21/11/2011 - 09:08 - Signaler un abus Au moins une bonne nouvelle

    ...dans une mer de mauvaises!

  • Par iznogoud - 21/11/2011 - 09:36 - Signaler un abus Et les indignés.....

    ..... la presse ne nous disait pas qu'ils étaient à la gauche de la gauche ? Qu'ils voulaient "un autre monde" ? Qu'ils étaient des "alter" ? (etc.) On croirait du réchauffé de mai '68 : la gauche crie fort, manifeste, bloque, fait la grève..... mais ne représente pas le peuple !

  • Par luchon - 21/11/2011 - 18:47 - Signaler un abus pauvre ESPAGNE

    Le caudillo doit bien rigoler de voir ses petits enfants revenir au pouvoir pour s'en remttre à l'église catholique et au retour aux valeurs de celle-ci je suis triste pour certains membres de ma famille qui avaient combattui pour la republique espagnole

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€