Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le gouvernement grec répond aux critiques

Suite à la parution d'un de nos articles, le ministère de la Réforme administrative grec a tenu à adresser un droit de réponse.

Droit de réponse

Publié le

Suite à la parution de l'article : Défection des politiques, embauche de fonctionnaires... Peut-on encore faire confiance à la Grèce ?, le ministère de la Réforme Administrative et de la Gouvernance Électronique nous a fait parvenir ce droit de réponse:

"Suite aux articles qui ont vu le jour ces derniers temps dans la presse écrite et électronique au sujet d’une soi-disant augmentation des recrutements en violation des engagements de notre pays envers nos partenaires, le ministère de la Réforme Administrative et de la Gouvernance Électronique nie catégoriquement et précise que :

Les restrictions en vigueur ont été strictement appliquées, conformément à l’accord conclu avec l’équipe de la Troïka.

Plus précisément :

A)    En ce qui concerne le personnel titulaire

·         En 2011, un seuil maximal de 8.000 recrutements a été convenu.

En réalité, les recrutements de personnel titulaire, qui ont été réalisés en 2011, se chiffrent à 5.633 (principalement dans les ministères de la Défense Nationale, Santé, Justice, Education et Protection du Citoyen).

·         Dans le même temps, 3.424 mutations de personnel titulaire des organismes publics ont été réalisées.

·         Par conséquent, le nombre total de personnel titulaire recruté en 2011 s’élève à 9.057, chiffre qui reste considérablement inférieur aux chiffres publiés dans la presse.

De ces données, il ressort qu’au cours de l’année 2011, il y a eu un dépassement du seuil, de 1.057 recrutements. Ce dépassement est dû à la modification de la règle du 1 recrutement pour 5 départs à 1 pour 10 le 1er juillet 2011. Une communication à ce sujet a été adressée en temps utile à la Troïka et il a été convenu que ce dépassement mineur serait imputé aux recrutements de personnel titulaire de 2012.

B)    En ce qui concerne le personnel contractuel, les recrutements en 2010, ont été réduits de 30% par rapport à 2009.

·         Pour l’année 2011, les recrutements ont été réduits de 15% par rapport à ceux de 2010, et plus particulièrement pour le second semestre de 2011, les recrutements ont été réduits de 50% par rapport à ceux de 2010, tandis qu’est prévue pour les futures années une réduction annuelle de 10% jusqu’en 2015.

·         Les chiffres de recrutements accordés pour les années 2009, 2010 et 2011 se chiffrent respectivement à 133.852, 63.874 et 34.959. Il ressort de ces données que la réduction des recrutements a été permanente et progressive.

Force est de constater que des informations non vérifiées et en décalage avec les chiffres officiels égarent l’opinion publique, tout en créant une image altérée et négative de notre pays."

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Vonz - 29/06/2012 - 14:53 - Signaler un abus Intéressant

    J'ai hâte de lire la réponse de Joëlle Dalègre et notamment d'où vient ce chiffre de 82.000 fonctionnaires embauchés. Je ne dit pas que c'est faux, mais qu'il semble exagérement délirant. Ce que confirme ce droit de réponse. Mais où se situe la réalité?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€