Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump : "Pendant des années, les entreprises et les emplois nous quittaient, aujourd’hui, ils reviennent"

Le président des États-Unis a prononcé mardi soir devant le Congrès son discours sur l’état de l’Union.

Like a boss

Publié le
Donald Trump : "Pendant des années, les entreprises et les emplois nous quittaient, aujourd’hui, ils reviennent"

De l’avis de plusieurs médias, c’est un Donald Trump plutôt conciliant qui a prononcé mardi soir devant le Congrès son discours sur l’état de l’Union. Le président américain a évoqué la nécessité de "mettre de côté les différences", promettant à tous les Américains un avenir meilleur, souhaitant "restaurer le lien de confiance entre les citoyens et leur gouvernement".

Sur le front de l’emploi, il a déclaré : "Nous allons construire de nouvelles routes étincelantes, des ponts, des autoroutes, des voies ferrées et des voies navigables travers le pays". Il a également estimé que "pendant des années, les entreprises et les emplois nous quittaient.

Aujourd'hui, ils reviennent".

Concernant la Corée du Nord, le locataire de la Maison Blanche n’a pas fait d’annonces fracassantes, dénonçant simplement "le caractère dépravé du régime" et affirmant qu'il "ne répéterait pas les erreurs du passé". Donald Trump a également confirmé que la prison de Guantanamo à Cuba serait maintenue ouverte pour les terroristes capturés à l’étranger. Il a aussi évoqué les pays "rivaux" des Etats-Unis, "comme la Chine et la Russie", qui menacent "nos intérêts, notre économie et nos valeurs".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 31/01/2018 - 10:41 - Signaler un abus Bloc contre bloc!

    La Russie vient de gagner sa partie d'échecs au Moyen-Orient, en privilégiant le processus de Sotchi et en éjectant l’Union européiste et les USA. Mais les USA de Donald s’en fichent, car ils sont en train de reconquérir leur indépendance énergétique, un temps menacée par Obama, les accords débiles de Paris-Flamby et les fascistes rouges. À l’inverse, l’UE, dont les besoins en gaz vont doubler lors des vingt prochaines années, deviennent totalement dépendants du bon-vouloir des Russes, alliés aux états terroristes classiques, Iran et Syrie (auxquels s’adjoint l’Irak). La bécasse Moguerrini a préféré accueillir les clandestins-migrants, plutôt que se préoccuper des intérêts de l’UE, dans cette histoire moyen-orientale...mais peut-être a-t-elle surtout pensé aux intérêts de l’ENI italienne, alliée aux russes pour diriger le gazoduc russe vers l’italie, plombant ainsi les perspectives de Nabucco, et conservant ainsi la dépendance totale des pays de l’est Européen, Bulgarie en tête, au gaz russe?...

  • Par Ganesha - 31/01/2018 - 14:03 - Signaler un abus Et si on réindustrialisait, aussi, la France ?

    Et si on réindustrialisait, aussi, la France ? Il y a malgré tout, sur Atlantico, des articles qui défendent l'action de Donald Trump ! Ce qui me désole à chaque fois, c'est de penser que Marine Le Pen était clairement la candidate à notre présidentielle qui avait le programme le plus proche de celui qui est actuellement en train de réussir aux USA ! Je ne m'adresse pas ici aux quelques dizaines d'octogénaires pétainiste qui viennent en permanence pleurnicher sur la disparition de leur ''saint martyr'', le révérend père François Fillon ! Non, ce qui me désole, c'est que les 3/4 du peuple français ait pu être abruti à ce point par la propagande, il est vrai écrasante, de leurs télés et médias, aux mains de quelques milliardaires mondialistes !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€