Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump ne voudrait pas d'immigrés venant de "pays de merde"

Le président américain aurait tenu ces propos lors d'une réunion évoquant un projet d'immigration, rapporte le Washington Post.

L'élégance américaine

Publié le
Donald Trump ne voudrait pas d'immigrés venant de "pays de merde"

Mise à jour 14h : "Le langage que j'ai utilisé était dur mais ce n'était pas ces mots" a expliqué Donald Trump sur Twitter.

D’après le Washington Post, Donald Trump a encore frappé. Ce jeudi, le turbulent président américain recevait à la Maison Blanche plusieurs sénateurs, dont le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin. La réunion avait pour sujet un projet de loi sur l’immigration et la possibilité de restaurer un certain nombre de protections, précise le Huffington Post.

A un moment donné, l'accueil de ressortissants de pays africains, du Salvador ou d'Haïti a été évoqué… et Donald Trump s’est emporté.

"Pourquoi est-ce qu'on veut des gens qui viennent de tous ces pays de merde ?", se serait-il exclamé. Estimant que les Etats-Unis feraient mieux de s'ouvrir à des immigrants de pays comme la Norvège, dont il avait rencontré la Première ministre la veille, il aurait poursuivi : "Quel besoin avons-nous d'Haïtiens en plus?" a déclaré Trump. Qu'on les vire".

La saillie aurait tellement choqué que plusieurs sénateurs présents l'ont rapportée au Washington Post. Et la présidence américaine n'a d’ailleurs pas démenti. "Certains politiciens de Washington préfèrent se battre pour des pays étrangers, mais le président se battra toujours pour les Américains", a commenté un porte-parole, Raj Shah, dans un communiqué publié jeudi soir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 12/01/2018 - 09:36 - Signaler un abus Président "normal"

    Trump a la psychologie d'un Américain moyen, qui dirige le pays comme il dirigerait une épicerie dans un village. Un peu comme Hollande, qui gérait la France comme il gérait Tulle.

  • Par TADD - 12/01/2018 - 10:27 - Signaler un abus C'est mal dit

    Mais dans le fond , il a raison

  • Par vangog - 12/01/2018 - 11:47 - Signaler un abus Lorsque les journaleux abusent du subjonctif...

    c'est qu'ils ne sont certains de rien, excepté la propagande gauchiste, qui "serait" délibérément anti-Donald...

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/01/2018 - 12:29 - Signaler un abus Pays de merde

    Au moins il dit clairement que son pays n'a pas besoin d'immigrés venant de pays dysfonctionnels. Et il le dit en utilisant un langage clair que les oubliés sans-dents de son pays comprennent. A nous d'en prendre de la graine mais c'est probablement trop tard car le QI moyen à l'ecole est en baisse (grace aux chances pour la France) !

  • Par Klaus02 - 12/01/2018 - 12:55 - Signaler un abus A noter le tweet de James Woods blacklisté par Hollywood

    Nous faisons venir des gens de pays de merde parce que les Démocrates de merde ont besoin de leurs votes de merde pour transformer l'Amérique en pays de merde.

  • Par cloette - 12/01/2018 - 13:25 - Signaler un abus eh oui, il a raison

    Haiti ne mange depuis des décennies que grâce à la solidarité internationale . Exemple extraordinaire de peuple dont beaucoup d'éléments sont des élites talentueuses, qui ont toutes été obligées de fuir un pays gangréné par la corruption depuis des décennies .Quant à l'Afrique cela fait combien de temps qu'elle est mal partie, 50 ans, 60 ans 70 ans ?

  • Par Stargate53 - 12/01/2018 - 13:44 - Signaler un abus inélégant et peu diplomatique mais est-ce faux !

    Aujourd'hui, tous les pays incapables ou ne voulant pas 'apporter à leurs habitants un minimum de bien-entre (mais enrichissant leur classe dominante et politique), provoquent la venue dans les pays limitrophes, de toute une population qui espère, un meilleur sort que chez eux ! Personne ne peut nier ce constat ! C'est un peu trop facile de déplacer le problème de subsistance chez chez voisins ! Idem pour tous ces chefs de guerre, dictateurs, chefs de sectes qui veulent le pouvoir au nom de la religion (islamiste) ou de leur enrichissement personnel (souvent les 2) et provoquent l'exode de personnes voulant fuir ces conditions de vie ! Cela entraine le même phénomène de migrations importantes d'une partie de la population de ces pays souvent en retard économiquement par obscurantisme moyenageux. Il est lucide de reconnaitre qu'il n'est pas possible de faire "frontières ouvertes" à toutes les personnes qui vivent dans un pays rétrograde surtout quand des différences culturelles insurmontables existent comme avec ceux qui veulent venir en Europe par exemple. Alors, oui le propos de Trump est grossier mais il traduit le ressenti de beaucoup, pas l'élite ou les hypocrites !

  • Par accurate - 12/01/2018 - 14:03 - Signaler un abus traduction abusive

    l'expression "shithole" communément utilisée d'ailleurs signifie, non pas en traduction littérale mais idiomatique, ce que l'on nommerait en France "trou à rats", "bled pommé" pour qualifier un lieu "pommé" justement où il n'y a rien et dont on ne peut rien tirer. Bon, ce n'est pas d'une élégance rare mais comme disent certains commentaires, serait-il temps de nommer les choses par leur nom? Je ne crois pas que l'expression seule choque la presse de gauche américaine (il aurait dit ça d'un pays qui aurait voté pour la droite extrême comme l'Autriche par exemple, les mêmes journalistes se seraient réjouis), non je crois que c'est ce que sous tend cette expression qui les choque, la fin du mondialo communautarisme.

  • Par assougoudrel - 12/01/2018 - 14:40 - Signaler un abus @ cloette

    C'est vrai ce que tu dis. Depuis mon adolescence, ma musique préférée est haïtienne et tous les groupes vivent aux USA depuis la fin des années 60, fuyant les Duvallier et leurs "tontons macoutes", puis la misère. Toute l'élite haïtienne est partie aux USA ou au Canada (leurs prénoms sont anglo-saxons) et les miséreux sont depuis une quarantaine d'année aux Antilles-Guyane et en...France. Je commande ma musique sur Amazon qui la reçoit des USA. A Haïti, il ne reste que la misère extrême et même les arbres sont maigres.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/01/2018 - 15:02 - Signaler un abus Mon expérience d'Haïti

    J'ai rencontré plusieurs haïtiens en Floride. L'un d'eux, un de mes gardes, apprenant que j'étais français m’a chaudement remercié en Français pour parler une belle langue comme le français. Un autre rencontre dans un McDo (je venais juste d’emménager et j’attendais ma connection internet). Comme je travaillais sur mon laptop, j’avais remarqué à la table voisine un noir qui bossait dur sur ses livres de médecine. A un moment où il se reposait j’engageais la conversation et appris qu’il préparait son exam de médecine en Floride, après être devenu médecin en Amérique Centrale. Il avait subi le tremblement de terre d’Haïti et avait dû partir pour étudier sa médecine. Après avoir échangé des banalités en français, je lui proposais mon aide de médecin pour ses révisions ce qu’il accepta avec joie. Tous les jours nous nous sommes revus pour les révisions puis il passa l’exam avec succès. J’apprenais aussi que trop de ses compatriotes faisaient du trafic et se branlaient, touchant l’aide immense des américains.

  • Par Atlante13 - 12/01/2018 - 17:50 - Signaler un abus Les américains ont un avantage,

    quand leur président leur parle, ils comprennent ce qu'il dit. Chez nous, c'est le contraire, quand un président nous parle c'est pour nous en...ffumer. Quant au tweet de James Woods, remplacez simplement Démocrates et Amérique par Socialistes et France.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€