Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Donald Trump : Escalade de violences autour de ses meetings

Le milliardaire américain a annulé son dernier meeting à Chicago à cause des violences.

"J'ai peur"

Publié le
Donald Trump : Escalade de violences autour de ses meetings

Donald Trump continue de faire controverse, et la sauce n'arrête pas de monter. Le milliardaire a récemment reporté un meeting de campagne à Chicago, alors que l'événement était sur le point de commencer, mais était perturbé par de nombreuses manifestations, et des débordements violents. Dernier épisode d'une suite d'événements violents autour de la campagne de Donald Trump, accusé d'en jouer. 

Aux Etats-Unis, il y a presque toujours au moins quelques manifestants à l'extérieur d'un meeting politique, quelqu'il soit. Mais il y a toujours eu plus de manifestants aux meetings de Trump, et il y a souvent eu des épisodes de violence.

A un meeting récent, un membre du service de sécurité aurait agrippé un journaliste par la gorge avant de le projeter violemment au sol. Plus récemment, à un autre meeting, un fana de Trump a agressé un manifestant noir, l'attaquant par derrière avec un coup de poing. Juste une poignée d'échauffourrées dont Trump est tenu pour responsable, au moins en partie, car il refuse de les condamner, et les encouragerait même. A un meeting récent, alors que des manifestants étaient évacués par le service d'ordre, il déplora qu'il n'y avait plus de "conséquences" au fait de manifester. 

Son dernier meeting, prévu à Chicago, a vite été pris par des scènes de chaos. De nombreux manifestants étaient rentrés dans l'arène où devait avoir lieu le meeting, occupant plusieurs gradins, et s'étaient mis à scander des slogans. Il y avait également de nombreux manifestants à l'extérieur. Lorsqu'il fut annoncé que pour des raisons de sécurité Trump ne viendrait pas, des affrontements ont éclaté entre pro- et anti-Trump. "J'ai peur", a déclaré un participant du meeting au micro de CNN.

Pendant ce temps, les incidents de violence entre l'apareil Trump et les journalistes se multiplient. Dernière au tableau de chasse, Michelle Fields, journaliste à Breitbart News, site de l'ultra-droite américaine qui pourtant soutient Trump. Alors que Trump quittait une salle après s'être exprimé, elle s'est approchée de lui pour lui poser une question, et le directeur de campagne de Trump, Corey Lewandowski, l'aurait violemment agrippée par le bras, au point de laisser des bleus, et l'aurait projetée au sol. Lewandowski nie formellement les faits--alors qu'un autre journaliste a été témoin, et qu'il y a un enregistrement audio et un enregistrement vidéo qui corroborent les allégations de Fields. Dans une culture politique où des membres de staff de candidats ont été poussé à la démission pour des incartades beaucoup plus anecdotiques, Trump soutient complètement son directeur de campagne.

A LIRE AUSSI : Les 5 plus grosses casseroles de Donald Trump

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 12/03/2016 - 16:53 - Signaler un abus j'ai l'impression que nos news nous trump

    A voir ce qu e voit et à lire ce qu'on lit , on croirait être en France , il suffit de changer Trump en Lepen

  • Par sna-hyper - 12/03/2016 - 19:08 - Signaler un abus Non mais..

    Si c'est lui qui organise alors il invite qui il veut. On ne va pas plaindre les opposants qui n'ont qu'à s'exprimer ailleurs.

  • Par vangog - 12/03/2016 - 21:23 - Signaler un abus Le coup du bleu sur le bras de la greluche...

    les journaleux l'avaient déjà fait à Jean-Marie Le Pen! certaines femmes ne sont plus très courageuses, dès qu'il s'agit de politique politicienne, et un simple bleu ( Booouuuuhhhh!) déclenche des tonnerres de solidarité larmoyante parmi la communauté des journaleux à indignation géométriquement variables...Trump, futur Président des USA, est menacé par des communautés diverses, qui voient soudain s'évanouir la commisération bien-pensante et monétisée des administrations précédentes. Alors, c'est normal, ça énerve! Et Trump doit être défendu par un service d'ordre irréprochable et sans états d'âmes! La prochaine fois, la journaleuse qui pleurniche pour un bleu demandera une autorisation, avant de se précipiter vers Trump...Que cela lui serve de leçon...

  • Par Texas - 12/03/2016 - 21:26 - Signaler un abus Les Démocrates..

    ...commencent à flipper pour envoyer leurs groupes de pression , que de nombreux Républicains , prétendent rémunérés . On mesurera au passage leur respect de la Libre Expression . Outre le fait que ce soit carrément contre-productif , tout ceci va rendre les élections de l' Illinois très intéressantes .Si toutefois , D.J.Trump ramasse la mise dans cet Etat , celui d' Obama , ça va faire du bruit et faire taire Clinton News Network ( CNN ).

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/03/2016 - 22:28 - Signaler un abus "l'attaquant par derrière avec un coup de poing"

    J’ai vu la vidéo plusieurs fois et c’est par devant que le vieux lui a flanqué, justement, son poing dans la gueule car cette racaille aurait dû repartir comme il était venu en rampant sous les gradins. La technique par derrière est celle des muzz et de leurs alliés.

  • Par vangog - 13/03/2016 - 13:38 - Signaler un abus Les violences contre les meetings de Trump...

    existent depuis le début de sa campagne, mais elles ont été peu ( ou pas) médiatisées par nos Medias gauchistes, tant que les partisans de Trump ne répondaient pas aux provocations des Démocrates....Car cela aurait été contre-productif de retranscrire la vérité! Maintenant que les militants réagissent contre les provocateurs gauchistes venus perturber les meetings de Trump, les Medias reportent...la faute sur Trump! Comme le fait TFI, repère de gauchistes archaïques et indécrottables, pour qui Trump est totalement "responsable des violences exercées contre lui et ses militants!"...ça sent un peu la vieille dialectique gauchiste, non?...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€