Vendredi 25 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tour de France: Di Grégorio arrêté pour présomption de dopage

L'équipe française Cofidis a annoncé la suspension du coureur. Deux autres personnes ont aussi été interpellées, dont l'une qui transportait des produits suspects.

Flagrant délit ?

Publié le 10 juillet 2012 - Mis à jour le 11 juillet 2012
 

[Mis à jour à le 11/07/2012 à 7h10]

L'un des trois hommes interpellés mardi dans une affaire présumée de impliquant notamment le coureur cycliste de la formation Cofidis Rémy Di Grégorio, transportait dans son véhicule des produits suspects. "L'une des personnes mises en cause transportait dans son véhicule des produits dont la nature exacte reste à déterminer", a précisé le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, dans un communiqué de presse.

Ces trois hommes, dont le coureur de Cofidis, Rémy Di Gregorio, engagé dans le cycliste mais suspendu par son équipe peu après l'annonce de son interpellation, étaient en garde à vue ce mardi en fin d'après-midi à Marseille pour une durée de 48 heures.

Le coureur, interpellé à Bourg-en-Bresse dans un où séjournait son équipe, a été transféré à Marseille, de même qu'un autre homme arrêté à Bourg-en-Bresse. Le troisième homme en cause avait été interpellé à Marseille, selon une source proche du dossier.

[Mis à jour à 15h30]

L'équipe française Cofidis a annoncé ce mardi par communiqué la suspension immédiate de Rémy Di Grégorio suite à sa mise en garde à vue dans la matinée dans le cadre d'une affaire de dopage :

« Les soupçons qui pèsent sur le coureur mis en cause, Rémy di Gregorio, nous amènent à appliquer de manière stricte et immédiate les sanctions en vigueur dans notre équipe concernant la violation des règles d'éthique. Rémy di Gregorio est donc suspendu, dès à présent, à titre conservatoire, dans l'attente de plus amples informations concernant la réalité des faits qui lui sont reprochés, Si ces faits sont établis, celui-ci sera licencié sur le champ comme le prévoient les termes de son contrat et la politique d'éthique de l'équipe » a expliqué l'équipe française

Cofidis a ajouté que "ce cas isolé ne doit pas remettre en cause la participation de l'équipe au Tour de France et pénaliser ceux qui n'ont rien à se reprocher".

 

Rémy Di Grégorio, coureur de la Cofidis est actuellement en garde à vue à Marseille pour présomption de dopage. Selon le site du quotidien l'Equipe, le cycliste aurait été trahi par un appel passé depuis son portable à un possible fournisseur de produits dopants. À 26 ans, le grimpeur était sur écoute dans le cadre d'une enquête de dopage concernant l'équipe Astana pour laquelle il courait en 2011.

Selon la juge d'instruction Annaïck Le Goff,  du pôle santé de Marseille, le dossier concerne "une présomption de dopage", rapporte le quotidien L'Equipe. Rémy Di Grégorio  est en ce moment interrogé par les hommes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP).

Lu sur L'Equipe.fr

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par SPORT Protect - 11/07/2012 - 12:30 - Signaler un abus Les enquêtes plus efficaces que les contrôles

    On constate depuis plusieurs années que les enquêtes judiciaires sont beaucoup plus efficaces que les contrôles antidopage... En effet, si "le dopage, n’est pas marqué sur le visage" le "contrôlé positif" lui sera marqué à vie ! Il faut donc rappeler certaines vérités : la plupart des dopés ne sont jamais contrôlés positifs et la plupart des contrôlés positifs n’ont pas eu l’intention de se doper...
    Les premiers contournent la législation antidopage qu’ils connaissent sur le bout des doigts ; et donc, ils se font rarement prendre. Les seconds, généralement d’un niveau plus faible, méconnaissent cette législation et se font prendre pour des médicaments d’usage courant (actifed, solupred, par exemple), du cannabis ou des compléments alimentaires contaminés. Le statut des produits n’étant pas indiqué sur l’emballage des produits qui peuvent contenir des substances interdites...
    Moralité, il faut accentuer la répression et notamment les enquêtes, plus efficaces que les contrôles, auprès des tricheurs, ET, renforcer l’information et la protection auprès de la grande majorité des sportifs.
    Dorian Martinez
    SPORT Protect
    http://www.sport-protect.fr

  • Par pansted00 - 10/07/2012 - 15:27 - Signaler un abus Quelle boufonnerie ce tour de la piquouse

    Tout le monde sait que seul un surhomme pourrait rouler 3 semaines de suite aux cadences effrénées de nos chers pots belges.
    Vive le sport comme dirait le nain complice.
    Ce même etron médiatique, i.e Gérard Holtz, encensait il y a encore peu les cames Armstrong, Contador et autres Indurain .
    Infâme bouffon cathodique.

Fermer