Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le dernier remaniement a coûté 250 000 euros rien qu'en frais de déménagement

Le dernier jeu de chaises musicales de la politique française aurait eu un coût logistique très important, certains ministres ayant des désirs bien précis sur l'endroit où ils veulent exercer.

Gabegie

Publié le
Le dernier remaniement a coûté 250 000 euros rien qu'en frais de déménagement

Un remaniement… et des caprices ministériels très coûteux. Selon une estimation du Secrétariat général du gouvernement rapportée ce mercredi par Le Canard enchaîné, le remaniement annoncé par François Hollande le 11 février a ainsi coûté 250.000 euros en déménagements.

Le journal note que ce sont les desiderata de certains ministres corsent sévèrement l’addition. Ainsi, le patron des radicaux de gauche, Jean-Michel Baylet, rentré au gouvernement après de très longues années d'attente, a été nommé ministre de l'Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales. Selon L’Opinion, il aurait profité de complicités internes pour s’installer au prestigieux hôtel de Castries, dans le VIIe arrondissement de Paris.

Mais cette demeure était occupée par le ministère du Logement, un poste que détenait jusqu’alors Sylvia Pinel. Emmanuelle Cosse, qui lui succède au Logement, a donc dû déménager rue Saint-Dominique.

Et le journal satirique révèle une autre anecdote. Laurence Rossignol, passée du statut de secrétaire d'Etat à la Famille à celui de ministre de plein exercice, a elle aussi dû faire cartons. Marisol Touraine lui aurait demandé de quitter le ministère des Affaires sociales et de la Santé. Elle a donc déménagé à l'hôtel Le Play, situé sur le boulevard Saint-Germain.

Pourtant, Matthias Fekl, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, avait élu domicile à cette adresse deux mois plus tôt, car ses anciens bureaux situés dans une aile du Quai d'Orsay étaient en travaux. A peine le temps de déballer ses cartons qu’il  donc dû repartir pour s'installer dans des locaux du ministère des Affaires étrangères à Convention, dans le XVe arrondissement. 150 fonctionnaires qui travaillent sur place, à leur tour, été priés de déménager. Pour la deuxième fois en deux mois.

A LIRE AUSSI : Remaniement : François Hollande rassemble la famille (et tue Cécile Duflot)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par attila - 25/02/2016 - 08:31 - Signaler un abus merci

    la gauche !!

  • Par Camtom - 25/02/2016 - 10:11 - Signaler un abus Beurk!

    Beurk!

  • Par Eolian - 25/02/2016 - 16:56 - Signaler un abus C'est pas grave,

    c'est l'Etat qui paye!

  • Par GORDON83 - 25/02/2016 - 19:46 - Signaler un abus Déménagement

    Le commun des mortels paie lorsque il déménage. Alors pourquoi pas eux, ils sont des citoyens comme les autres. J'ai l'impression d'être encore sous un régime monarchique avec tous les avantages qu'ils avaient. A quand le droit de cuissage !!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€