Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le déficit public baisse mais la dette augmente

L'Insee a annoncé ce matin une réduction sans précédent du déficit public français en 2011... et une augmentation de la dette publique.

Demi-teinte

Publié le

[Mis à jour à 9h06]

Selon France TV Info, le président de la République a confirmé sur Europe 1 ce matin la baisse du déficit public à 5,2 % du PIB. Dans le même temps, l'Insee indique que la dette publique a pour sa part augmenté en 2011 à 85,8 % du PIB.

Nicolas Sarkozy ne devrait pas tarder à s'en enorgueillir : le déficit français (Etat, Sécurité sociale, collectivités locales) français n'a atteint que 5,2 % du PIB en 2011, soit une baisse d'1,9 point par rapport à 2010 (7,1%).

Annoncé par Les Echos, ce résultat devrait être confirmé dans la matinée par l'Insee, à l'occasion de la publication des comptes publics.

C'est 0,5 % de mieux que ce qu'avait annoncé le gouvernement : ce dernier s'était engagé auprès de ses partenaires européens à ramener le déficit public à 5,7 % de PIB.

A la mi-mars, le ministre de l’Économie, Xavier Bertrand, avait avancé le chiffre de 5,3%.

Cette réduction de 1,9 point du PIB, qui correspond à environ 40 milliards d'euros, serait pour une large part structurelle.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par golvan - 30/03/2012 - 11:25 - Signaler un abus Ouais bon, en quelque sorte

    Ouais bon, en quelque sorte l'accélération diminue mais la vitesse continue d'augmenter. Autrement dit la dette continue de se creuser mais moins vite. La dette semble tellement peu concerner l'élection qui approche qu'on finit par se demander si elle est réelle. Nul doute que les impôts qu'on nous réclame sont réels mais ils semblent ne pas être corrélés à la dette colossale de la France. Les élus de tous bords continuent de dépenser des sommes énormes à de nombreux projets inutiles mais élevés à leur gloire et à celle de leurs copains du BTP. Je ne sais pas pour vous mais moi je ne la sens pas l'après élection.

  • Par Jean-Francois Morf - 01/04/2012 - 13:50 - Signaler un abus Prenez Maastricht à la lettre: 60% dette max, 3% déficit max...

    Pour moi, cela fait 60%, puis 63%, puis 66%, puis 69%...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€