Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Décès de l'auteur Umberto Eco

Il est connu du grand public pour ses romans Le Nom de la rose et Le Pendule de Foucault, mais il était également un grand intellectuel.

RIP

Publié le
Décès de l'auteur Umberto Eco

Umberto Eco, romancier, sémiologue, linguiste, et grand érudit dans de nombreux domaines, est décédé vendredi soir des suites d'un cancer. Il avait 84 ans. Il laisse derrière lui son épouse, et deux enfants. 

Universitaire, il avait fait ses premières études en philosophie et littérature médiévales, et avait fait une thèse sur Saint Thomas d'Aquin.

Il se spécialise vite en linguistique, et notamment en sémiologie, c'est-à-dire l'étude des signes, ou du sens que peuvent donner les mots et les autres artéfacts porteurs de sens. En tant que sémiologue, sa thèse était que toute oeuvre est en réalité composée d'une infinité de signes, et qu'elle est donc ouverte à une infinité d'interprétations. 

Reconnu dans le monde universitaire à partir des années 1970, c'est dans les années 1980 qu'il devient une figure du grand public, avec la publication du Nom de la rose. Le roman, traduit dans plus de 40 langues, deviendra un best-seller international, et sera adapté en film par Jean-Jacques Annaud, avec Sean Connery dans le rôle titre. Roman policier situé au Moyen-Âge, l'oeuvre marque le "style Eco" : des romans historiques complexes, avec des intrigues à tiroir, d'une très profonde érudition, qui posent implicitement des questions philosophiques, notamment sur la nature de la vérité et du mythe. Il écrira aussi notamment Le Pendule de Foucault et L'Île du jour d'avant.

Devenu une célébrité internationale, il publiera également des essais de linguistique et de philosophie adressés au grand public, comme De la littérature et Kant et l'ornythorinque

Il a dit une fois : "Toutes les histoires que j'aimerais écrire me persécutent quand je suis dans ma chambre. C'est comme si elles étaient toutes autour de moi, les petits diablotins, et pendant qu'une me tire l'oreille, l'autre me tire le nez, et chacune me dit : Monsieur, écrivez-moi, je suis belle."

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€