Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

David Cameron présente ses exigences à l’Union européenne, sous la menace du "Brexit"

David Cameron promet qu’il fera campagne "de tout son cœur et de toute son âme" pour "garder la Grande-Bretagne au sein d’une Union européenne réformée".

Conditions

Publié le
David Cameron présente ses exigences à l’Union européenne, sous la menace du "Brexit"

Le Premier ministre britannique souhaite une Europe "où chacun peut mener sa vie". Crédit Reuters

Le premier Ministre Britannique a présenté aujourd'hui son projet de refonte des relations entre son pays et l'Union européenne. Réélu à son poste en mai 2015, David Cameron s'était engagé  pendant sa campagne à organiser un référendum avant 2017 pour décider du maintien ou de la sortie de son pays de l'UE. 

"N'oubliez jamais que l'Union européenne compte maintenant 28 anciennes nations d'Europe, que la diversité est la plus grande force de l'Europe. La Grande-Bretagne dit : 'Réjouissons-nous de ce fait, reconnaissons que la réponse à tous les problèmes n'est pas toujours plus d'Europe.

C'est parfois moins d'Europe" a-t-il déclaré ce mardi.

David Cameron promet qu’il fera campagne "de tout son cœur et de toute son âme" pour "garder la Grande-Bretagne au sein d’une Union européenne réformée", à condition qu’un maintien dans l’UE soit "sans la moindre ambiguïté dans notre intérêt national". 

"Je suis tout à fait confiant que nous obtiendrons un accord avec l’Union européenne qui convienne au Royaume-Uni. (...) L’Union européenne a l’habitude de résoudre des problèmes insolubles, elle pourra résoudre celui-là aussi" a-t-il ajouté. 

Le Premier ministre britannique souhaite une Europe "où chacun peut mener sa vie", "un marché commun, pas un pays commun" et ses exigences s’articulent autour d’une idée – la "flexibilité" de l’UE sur quatre dossiers de premier plan : la compétitivité, la protection des Etats hors zone euro, la souveraineté et l’immigration.

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 10/11/2015 - 17:18 - Signaler un abus N'oubliez pas de reboucher le "tube" en sortant ! ☺

    De Gaulle va être content : il n'en voulait pas de la GB...et ils ont mis le pied dans la porte ! Maintenant ils nous la jouent "retenez moi ou je m'en vais" ! ☺ Poker menteur ? Plus sérieusement toutes les "exigences" ne sont pas extravagantes : celle sur les travailleurs de la communauté Européenne devraient toutefois être assorties de mesures de réciprocité !

  • Par Le gorille - 11/11/2015 - 07:26 - Signaler un abus Merci Brexit !

    Pourvu que l'Europe dise non : les Anglais s'en vont... et alors à qui le tour ? Frexit ? Ce serait si bien !

  • Par Ganesha - 11/11/2015 - 08:50 - Signaler un abus Préférence Nationale

    Ce qui est ''amusant'', c'est qu'une des mesures principales réclamées par David Cameron pour rester dans l'Europe, c'est de refuser les ''avantages sociaux'' aux immigrés européens (nombreux polonais) tant qu'ils n'auront pas résidé et travaillé en Angleterre pendant au moins quatre ans. Ce genre de loi, une forme de ''Préférence Nationale'', est déjà appliquée en Allemagne, et c'est, bien sûr, une mesure centrale du programme de Marine Le Pen ! Mais évidemment, pour leurs adversaires, Marine est le diable en personne et Florian Philippot, ''le Grand Méchant Loup'' communiste !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€