Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Danemark projette de confisquer les effets de valeur des migrants pour financer leur séjour

Le texte de loi prévoit d'autoriser les policiers à "saisir des biens que les demandeurs d’asile apportent avec eux afin de couvrir leurs besoins en alimentation et en hébergement".

Nouveau projet de loi

Publié le
Le Danemark projette de confisquer les effets de valeur des migrants pour financer leur séjour

Le gouvernement danois a décidé de confisquer les objets de valeur des migrants pour financer leur séjour. Ce texte très contesté, défendu par le Parti libéral, sera débattu ce mercredi au Parlement avant d'être voté le 26 janvier prochain. Il vise à donner la possibilité aux policiers de "saisir des biens que les demandeurs d’asile apportent avec eux afin de couvrir leurs besoins en alimentation et en hébergement".

Dans une première mouture, le projet de loi autorisait les migrants à conserver un pécule de 3 000 couronnes danoises, soit 400 euros.

Face à la vague d'indignations qu'avait soulevée cette mesure,  la ministre de l’immigration et de l’intégration, Inger Stojberg, avait présenté une seconde version portant le montant à 10 000 couronnes, soit 1 350 euros. Les montres, les alliances, les bijoux à forte valeur sentimentale ainsi que les téléphones portables ne seront cependant pas concernés.

Le 18 décembre, le Washigton Post estimait que le projet de loi danois avait une "connotation particulièrement douloureuse en Europe" et faisait le lien avec les effets personnels des juifs spoliés par les nazis durant la Seconde guerre mondiale. Une pétition baptisée "Non à la confiscation des biens des migrants" a receuilli plus de 6000 signatures. "Fuir des régimes brutaux et totalitaires témoigne de l'aspiration des hommes à vivre dans une société plus accueillante. Refusons que les demandeurs d'asile soient accueillis dans ce même esprit totalitaire", ont déclaré les auteurs.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€