Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cyberattaque la plus importante jamais observée : l'Europe épargnée

Aucun pic de trafic ou de saturation d'Internet n'a été observé en Europe alors que la guerre entre une organisation anti-spam et un hébergeur néerlandais a provoqué une secousse sans précédent du réseau Internet mondial.

Ouf !

Publié le

Depuis quelques jours, Internet est en état de siège. Une dispute entre un groupe de lutte anti-spam, Spamhaus, et un hébergeur néerlandais, Cyberbunker, a eu un effet ralentissant sur le réseau mondial. Mais heureusement pour nous, aucun pic de trafic ou de saturation d'Internet n'a été observé en Europe, indique l'AFP.  Le type d’attaque utilisée, le DDoS (Distributed Denial of Service), consiste à surcharger les serveurs de la cible afin de la rendre inaccessible au Web, détaille Le Soir. L'attaque a atteint la vitesse de 300 milliards de gigabits par seconde : du jamais vu.

L'histoire a débuté lorsque le groupe de lutte anti-spam Spamhaus a décidé d’ajouter à sa liste noire l’entreprise hollandaise Cyberbunker.

Alors que Cyberbunker se vante d’héberger n’importe quel contenu "à l’exception de la pornographie enfantine et toute activité liée au terrorisme", Spamhaus affirme de son côté que Cyberbunker est un repaire de virus, d’activités criminelles et autres spams.

A la suite de la mise au ban de Cyberbunker, Spamhaus a subi la plus grosse attaque informatique de tous les temps. Effet boule de neige oblige, c'est une grande partie de l'Internet mondial qui a été empêché de fonctionner normalement. "Nous tenons le coup (...) Nos ingénieurs font un énorme travail, a déclaré Steve Linford, patron de Spamhaus. Ce type d’attaque aurait neutralisé plus ou moins n’importe quel autre site." De son côté, Sven Olaf Kamphuis, porte-parole de Cyberbunker, a indiqué que Spamhaus abusait de sa position et ne devrait pas être autorisé à décider "ce qui va et ne va pas sur Internet".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lebu - 28/03/2013 - 15:39 - Signaler un abus pour info mon hébergeur affirmait hier

    Bonjour, Ce mardi 26 Mars 2013 nous avons subi plusieurs attaques réseaux de type DDOS qui ont impactées une grande partie de notre clientèle. Il s'agit d'une action qui a pour but de paralyser nos services. Nos techniciens sont intervenu dans les plus brefs délais. Il est cependant possible que vous ayez enregistré une interruption de service. Votre VPS est maintenant accessible. Nous nous excusons pour la gène occasionnée. Cordialement

  • Par svt - 29/03/2013 - 19:20 - Signaler un abus du jamais vu... et surtout pas vérifié

    Pas vu non plus, mon commentaire d'hier, qui pourtant suggérait fortement que le chiffre sensationnel de 300 milliards de gigabits par seconde était une ânerie. «une grande partie de l'Internet mondial [..] a été empêché de fonctionner» mais «l'Europe épargnée» à présent... alors que la cible Cyberbunker se trouve aux Pays-Bas !? On ne vérifie jamais une info chez atlantico ?

  • Par svt - 29/03/2013 - 19:40 - Signaler un abus il fallait lire...

    il fallait lire bien sur «alors que Cyberbunker se trouve aux Pays-Bas et la cible SpamHaus un peu partout mais notamment en Europe»

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€