Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 02 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cyber-espionnage de la NSA : le directeur technique de Mozilla défend les navigateurs open source

Selon lui, son navigateur est difficile à saboter, du fait de son code source vérifiable à tout moment.

Anti 1984

Publié le - Mis à jour le 16 Janvier 2014

"Mozilla a un avantage décisif sur tous les autres éditeurs de navigateurs. Nos produits sont vraiment open source". Samedi, sur son blog, Brendan Eich, le directeur technique de la fondation Mozilla, en appelait aux chercheurs en sécurité du monde entier pour créer des systèmes informatiques où il est possible de s'assurer que le même code est utilisé pour actualiser toutes les machines concernées.

Dans le contexte de défiance générale engendré par les révélations d'Edward Snowden sur l'espionnage de la NSA sur le Web, Eich a rappelé que le navigateur Mozilla Firefox a un code qui vient d'une source ouverte et vérifiable par tout le monde.  

Récemment, Edward Snowden a déclaré que la NSA se servait de données enregistrées sur des compagnies privées comme Google ou Facebook. Par ailleurs, il y a peu,  la justice américaine a forcé le fournisseur de service de messagerie cryptée Lavabit à lui livrer ses clefs de chiffrement. "Comme le cas Lavabit le démontre, le gouvernement pourrait bientôt demander aux vendeurs de navigateurs d'intégrer secrètement des codes de surveillance dans ceux délivrés aux internautes". "Nous n'avons pas entendu parler d'un tel cas. Cependant, si cela arrivait, nous n'aurions aucun moyen de le savoir", écrit Brendan Eich.

C'est pourquoi, selon lui, Mozilla est plus fiable. "Nos produits sont vraiment open source. Internet Explorer est complètement fermé et, tandis que les moteurs de rendu comme WebKit et Blink (chromium) sont open source, les navigateurs Safari et Chrome qui les utilisent ne sont pas entièrement open source. Les deux contiennent des portions significatives de code source fermé", écrit-il. En revanche, si saboter Mozilla n'est pas impossible, cela serait plus compliqué, du fait de son code source, vérifiable à tout moment. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par smiti - 15/01/2014 - 17:55 - Signaler un abus Quand le bizness prime sur tout

    le lobbying anti-américain (très puissant en France et dans les médias) s'en prend à la NSA qui s'en prend (trop pensent les lobbyings) aux islamistes - c'est vrai de depuis 3/4 ans ils n'ont pas eu l'occasion de tuer des centaines d'innocents dans les rues occidentales, pourvu que ça dure - Que croyez-vous que font les grandes sociétés capitalistes (dont bien sûr les américaines), elles accréditent ces accusations pour mieux vendre leurs produits (Orange hier, Mozzilla aujourd'hui). Pour elles le gain est plus important que la sécurité des citoyens, la consommation plus essentielle que les valeurs.

  • Par Biarnés - 15/01/2014 - 20:00 - Signaler un abus @smiti

    Mozilla n'est pas une société capitaliste, mais une fondation développant des produits opensource ,libre d’accès, dont le code est ouvert, lisible par touts développeurs.

  • Par smiti - 15/01/2014 - 20:24 - Signaler un abus Biarnés

    Dont acte.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€