Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Croissance en France : l'OCDE plus pessimiste que prévu

L'OCDE a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour la France en 2013, à 0,1% contre 0,3% dans une précédente estimation, selon un rapport publié mardi.

A la baisse

Publié le
Croissance en France : l'OCDE plus pessimiste que prévu

L'OCDE prévoit une croissance de 0,1% en 2013 pour la France.  Crédit Reuters

La France reste en plein marasme. L'économie française n'est pas près de se relever. Les dernières prévisions de croissance sont en effet loin d'être optimistes. Et les chiffres publiés ce mardi par l'OCDE ne vont pas rassurer le gouvernement Ayrault. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour la France en 2013, à 0,1% contre 0,3% dans une précédente estimation. De plus elle table toujours sur une progression de 1,3% de l'économie française l'an prochain, selon un rapport publié mardi. 

Avec cette reprise très progressive, le chômage devrait continuer d'augmenter au cours des prochains mois puis "se stabiliser fin 2013" autour de 11,25%, affirme l'Organisation.

Elle table sur un taux de chômage moyen de 11% de la population active cette année et de 11,2% en 2014. D'après ces prévisions, le déficit public s'établirait à 3,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année et ne reviendrait qu'en 2014, avec un an de retard par rapport aux engagements de la France, à 3%, le plafond autorisé par les traités européens.

La dette publique continuerait, elle, de grimper, passant de 91,3% du PIB en 2012 à 96,1% en 2014, selon l'OCDE. Le gouvernement français espérait la faire refluer à compter de l'an prochain, mais va revoir ses prévisions d'ici mi-avril. Malgré ce dérapage, l'organisation ne recommande pas au gouvernement de prendre de nouvelles mesures de rigueur. "Il convient de laisser les stabilisateurs automatiques jouer à plein", avec des dépenses sociales élevées en raison de la flambée du chômage et des recettes fiscales faibles pour cause d'activité atone, "au prix de déficits publics plus élevés qu'envisagé", estiment les auteurs de ce rapport sur la France.

"Il faut toutefois rester vigilant quant aux répercussions que pourrait avoir le dérapage du déficit" sur "la crédibilité de la politique budgétaire", prévient l'OCDE. Selon l'organisation, la poursuite de réformes structurelles "permettrait de minimiser les risques". "Le calendrier politique offre une occasion unique de mettre en œuvre une stratégie ambitieuse de réformes permettant d'accroître l'efficacité et de réduire le coût des politiques publiques", insiste le club des pays riches. Les récentes mesures en faveur de la compétitivité et sur le marché du travail "constituent des signaux encourageants" à ses yeux.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par troiscentsalheure - 19/03/2013 - 22:50 - Signaler un abus Pas grave

    Les Français combleront la différence en payant davantage d'impôts.

  • Par la saucisse intello - 20/03/2013 - 03:03 - Signaler un abus Où on va rire.....

    c'est quand les avis d'imposition vont arriver ! Gageons que ça va se traduire par un tel réflexe de "survie économique" que la consommation va s'effondrer aussi sec. Il y aura donc certes une "croissance"....mais avec un - devant et, bien entendu un chômage corrélatif. C'est dire que la fin de l'année sera pavée d'excellentes nouvelles qui ne feront qu'hâter la fin du guignol ! Ah, au fait, rappellons quand même que nos impôts sont engloutis dans le service abyssal des intérêts d'une dette qui elle (on a les succés qu'on peut !) est en croissance perpétuelle.

  • Par guy bernard - 20/03/2013 - 08:05 - Signaler un abus caramba ! encore raté !

    cette leçon d’économie arrive après que François Hollande ait affirmé que "la France est le bon élève de l'Europe". Ne peut-on pas avoir, à la tète d'une puissance comme la France, autre chose que des tocards apprenant sur le tas !

  • Par engerau - 20/03/2013 - 15:59 - Signaler un abus Pourtant...

    Il y a actuellement une accélération des embauches en CDI et une remontée de 1,3% des contrats du travail temporaire. Les embauches en CDI peuvent être un effet d'aubaine avec la mise en place des contrats aidés mais ce qui est beaucoup plus significatif, c'est le travail temporaire qui est, semble-t-il, un indicateur avancé de l'économie. A chaque fois que l'intérim progresse, l'économie se porte mieux... Alors toujours aussi versés dans le pessimisme ? Que ça emmerde certains, c'est évident !

  • Par engerau - 20/03/2013 - 16:07 - Signaler un abus @ la saucisse intello

    Esyt-ce que la saucisse intello peut me dire de combien la dette s'est creusée depuis 1995 ? J'ai la réponse. Inutile de chercher : 1138 milliards. Quant aux impôts, fallait pas les réduire à outrance (surtout pour les millionnaires) et laisser filer la dette.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€