Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Crise des migrants à Calais : Cazeneuve dénonce les contrôles à la frontière belge

"Prétendre qu'il pourrait y avoir un afflux de migrant à la frontière belge en raison de la mise en œuvre de cette mesure ne correspond pas à la réalité", estime le ministre de l'Intérieur.

Désaccord

Publié le
Crise des migrants à Calais : Cazeneuve dénonce les contrôles à la frontière belge

"Cette décision est pour nous étrange, et ses motivations le sont tout autant", regrette Bernard Cazeneuve.  Crédit Reuters

En arrivant à Bruxelles ce jeudi, Bernard Cazeneuve a estimé que la décision des autorités belges de rétablir systématiquement les contrôles à la frontière avec la France "ne correspond pas à la réalité", et regrette de ne pas en avoir été informé au préalable. 

"Lorsque l'on prend une décision de ce type, on avertit au préalable le pays concerné. Or ça n'a pas été cas", a-t-il déclaré avant de se rendre à une réunion avec ses homologues européens pour aborder la question migratoire. 

"Cette décision est pour nous étrange, et ses motivations le sont tout autant (…)  Je veux être extrêmement clair.

Ce que nous faisons à Calais, c'est de mettre à l'abri tous ceux qui relèvent du statut de réfugiés en France (…) Dire que nous allons envoyer des bulldozers dans la lande pour procéder à la dispersion des migrants relève du mensonge, de la manipulation", a-t-il également affirmé. 

"Prétendre qu'il pourrait y avoir un afflux de migrant à la frontière belge en raison de la mise en œuvre de cette mesure ne correspond pas à la réalité (…) C'est dans l'autre sens que la pression s'exerce. Nous mettons à l'abris à Calais et à la Grande Synthe des migrants qui sont venus à partir de la Belgique ou de l'Allemagne", a ajouté le ministre de l'Intérieur. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 25/02/2016 - 14:34 - Signaler un abus La Belgique ne veut pas la merde de France,

    apportée par les gauchistes: ça, c'est la réalité qui s'impose à Cazeneuve, la vraie réalité, pas celle colportée par des Médias complices, qui font mine de rien voir, rien entendre, depuis la création de la zone de non-droit de Calais! Plutôt qu'interdire les manifestations et enfermer les opposants, Cazevide aurait mieux fait de voir la réalité française en face et commencer à prendre quelques mesures ( au rythme socialiste, qui est un rythme d'éléphant du PS...). Les Belges ont mieux compris la réalité française que Cazevide, et ils réagissent avant qu'il ne soit trop tard, eux...

  • Par tubixray - 25/02/2016 - 15:24 - Signaler un abus Monsieur le Ministre de l'intérieur

    Votre homologue belge réalise la mission que lui confère son portefeuille = protéger ses concitoyens ..... Commencez par en faire autant avant de le critiquer ..... Mettez une chose en tête, il faut mettre un terme aux accords de Schengen, il y a urgence.

  • Par Alain Proviste - 25/02/2016 - 15:34 - Signaler un abus CAZENEUVE DANS SES OEUVRES

    L'eau ne mouille pas, le feu ne brule pas et vous ne voyez pas ce que vous voyez.

  • Par Liberte5 - 25/02/2016 - 19:41 - Signaler un abus Les Belges .................

    plus futés que les socialistes Français en général et que B. Cazeneuve.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€