Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le coût des denrées alimentaires s’envole

Plus 6% en juillet, selon l’indice FAO. Les sécheresses en Russie et aux Etats-Unis en sont les principales causes.

$$$

Publié le

Ce mois-ci, le blé coûte 19% plus cher que le mois précédent, 23% pour le maïs. La Food and Agriculture Organization, (FAO), dépendant des Nations unies, estime en effet que les prix alimentaires ont bondi de 6% rien qu’au mois de juillet. Des chiffres inquiétants, surtout lorsqu’on sait que les trois mois précédents étaient encourageants, avec un fléchissement régulier. En cause : les sécheresses qui s’abattent aux Etats-Unis et en Russie, deux des plus gros greniers du monde.

En ce qui concerne le sucre, l’indice FAO grimpe de 12% en juillet après une baisse ininterrompue depuis mars. "Les pluies intempestives au Brésil, premier exportateur mondial de sucre, ont entravé la récolte de canne à sucre, note l’organisme international.

Les préoccupations liées au retard de la mousson en Inde et le manque de précipitations en Australie ont également contribué à la hausse des cours". Seule la viande, pour le troisième mois d’affilé, enregistre une diminution des cours à 168 points en juillet, soit une baisse de 1,7%.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Carcajou - 10/08/2012 - 00:11 - Signaler un abus Au boulot, essperts et pécialistes

    A tous les économistes professionnels ou amateurs - avec les intitulés et les titres les plus fantaisistes qu'ils se donnent comme "observateurs des bilans" ou " spécialiste du management dans l'industrie du biscuit sec" - qui tartinent à longueur d'articles sur la crise, voilà un sujet très simple: l'article stipule clairement que le prix des matières premières agricoles et principalement les céréales - blé et maïs - fléchissaient depuis plusieurs mois sans que cette baisse ne soit répercuter sur le prix des produits finis. L’augmentation des mêmes provoque une flambée de 6% des denrées alimentaires. Quelles lois économiques pouvez-vous invoquer, sauf bien évidemment la baise intégrale et dans les grandes largeurs du citoyen de base? Vos articles sont attendus avec impatience. Une grève inopinée du personnel CGT de l'imprimerie des gazettes humoristiques bloquant la parution d'icelles, ne tardez pas. Merci d'avance.

  • Par Carcajou - 10/08/2012 - 00:14 - Signaler un abus Rectificatif

    Quelles lois économiques pouvez-vous invoquer, sauf bien évidemment la baise intégrale et dans les grandes largeurs du citoyen de base, pour expliquer cette magouille?

  • Par ACL - 10/08/2012 - 10:27 - Signaler un abus "après une baisse ininterrompue depuis mars"

    Une hausse sur un mois après une baisse ininterrompue depuis des mois, cela ne justifie pas le titre catastrophiste, tout au contraire. Encore un exemple de ce que l'on peut faire dire l'inverse de la réalité : les prix alimentaires n'augmentent pas ; sauf peut être dans quelques pays où le tribalisme, le népotisme, la corruption et la prévarication tiennent lieu de gouvernement.

  • Par HdT - 10/08/2012 - 12:21 - Signaler un abus Le dessous des cartes

    Le fait ponctuel (sécheresse), si avéré, n'empêchera pas que l'augmentation des produits restera définitive. Cependant, la course démographique lancée par les hommes, et notamment celle lancée par les cultures incapables de se prendre en charge et aux seuls désirs d'être prises en charge par les autres plus débrouillardes, structurées, et réfléchies, devraient porter à sérieusement revoir la copie des oppportunistes qui importent cette mane comme esclaves moins rémunérés à travail égal (vraiment?) pour contrôler celle présente et autochtone. Les informations, telle que celle-ci, n'ont pas qu'un seul sens ou origine.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€