Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Cour des comptes s'inquiète des risques de fraudes des retraités vivant à l'étranger

Près de 10% des retraités français passent leurs vieux et beaux jours… à l'étranger. Et ces 1,6 millions sur les 17,2 millions de retraités posent quelques problèmes.

Les vieux (eur)os

Publié le
La Cour des comptes s'inquiète des risques de fraudes des retraités vivant à l'étranger

 Crédit Patricia De Melo MOREIRA / AFP

 

Sur le sujet des retraites à l'étranger, il faut d'abord écarter quelques clichés. La plupart des retraités qui s'installent à l'étranger ne le font pas pour des raisons fiscales. Très peu nombreux sont ceux qui partent par exemple sous le soleil portugais ou marocain pour profiter de l'hospitalité très développée que ces pays réservent à leurs économies. En revanche, on observe de très nombreux cas de retour dans le pays d'origine de personnes ayant travaillé en France. Les pays concernés, l'Algérie, le Portugal, l'Espagne, le Maroc et l'Italie sont fort logiquement les pays d'origine les plus importants de l'immigration en France (avec la Belgique et la Tunisie) depuis le XIXe siècle.

Ces pays concentrent d'ailleurs 70% des prestations perçues à l'étranger, et 2,2% du total des prestations de retraite. 

Malgré tout, ces retraités posent quelques problèmes à nos finances, comme l'expliquait la Cour des comptes dans son rapport de septembre dernier : "Les prestations retraites versées à des résidents à l'étranger représentent un enjeu significatif, mais imparfaitement cerné, car les données disponibles manquent de fiabilité". Une zone d'ombre assez vaste, en quelque sorte. Et ce d'autant plus que ces dépenses ont augmenté de 1,7 milliard d'euros, soit une hausse de 35%, entre 2006 et 2015. 

Sont concernés par cette incertitudes environ 50.000 versements, soit un pactole de 200.000 millions d'euros annuels. Et parmi celles-ci, des anomalies importantes, comme des prestations versées étonnement tard (jusqu'à 117 ans), et des risques de fraude. Des contrôles plus fréquent sur place ont été demandés. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 16/05/2018 - 16:03 - Signaler un abus Elles ferait mieux de s'inquiéter

    du comportement mafieux de certains élus du gouvernement genre Ferrand, ainsi que d'autres comme Bayrou, Le Roux etc...Combien de Cahuzac parmi les rangs de ces politiciens de tous bords? Et hollande avec les huit milliards d'euros disparus? Le trou de 400 millions d'euros de la mairie de paris au départ de Delanoé? Les cadeaux de Macrons? Les retraités sont vraiment pris pour cibles. Si il n'y avait pas l'Enfer Fiscal en France et si l'argent durement gagné n'était pas distribué à une catégorie genre migrants et dilapidé par les voyous de la République, beaucoup de retraité sera resté au pays.

  • Par MIMINE 95 - 16/05/2018 - 17:04 - Signaler un abus COMME CI

    Les ultra centenaires d'Afrique et du Maghreb était une découverte !!!!

  • Par vangog - 16/05/2018 - 18:13 - Signaler un abus Des contrôles sur place???...Wouarrfffff!

    A parce que vous croyez que le Maroc, l’Algerie, vont contrôler leurs certificats de décès, accordés au record de longévité?...ou que la France gauchiste va envoyer des inspecteurs sur place?...non! Encore une fois, l’immigration sauvage déclenchée par les gauchistes est en cause. Il aurait fallu dire dès le début, que ceux qui retournent au bled ne toucheront pas d’allocations après un travail effectué en France, et il n’aurait pas fallu naturaliser autant d'étrangers, qui pèsent aujourd’hui sur le système social français en perdition...pour réparer ces erreurs, seul un gouvernement Front National aura le courage de prendre les mesures urgentes qui s’imposent!

  • Par assougoudrel - 16/05/2018 - 18:20 - Signaler un abus Tous les trimestres les

    retraités qui sont retournés dans leur pays d'origine devrait passer à l'ambassade de France pour faire prendre leur empreintes digitales. Celui qui ne vient pas ne touche pas sa

  • Par assougoudrel - 16/05/2018 - 18:21 - Signaler un abus Pardon

    pension. C'est faire preuve de bon sens. Pardon pour la faute: "devraient".

  • Par Alain Proviste - 17/05/2018 - 10:39 - Signaler un abus ENCORE UN PROBLEME AVEC LES VIEUX

    Hihi... Blague à part, il faut bien sûr les faire pointer régulièrement en personne à un consulat ou en "métropole", sinon on va continuer à se faire enfler. Encore un cas où manque un peu de bon sens et de courage.

  • Par Poussard Gérard - 17/05/2018 - 13:38 - Signaler un abus Les vieux dans le colimateur

    et le gouvernement devrait s'interroger sur les véritables raisons des départs..Ce n'est pas une raison fiscale..c'est une raison sociétale et culturelle car les politiques favorisant l'afflux des clandestins et des terroristes par leur laxisme et lacheté et en taxant toujours les mêmes

  • Par ISABLEUE - 17/05/2018 - 14:23 - Signaler un abus on demandait chaque année à mon père,

    à partir du moment où il était à la retraite, un certificat de vie qu'il devait demander à sa mairie !! Mais ceci se passait bien sûr en France.....

  • Par Paul Emiste - 17/05/2018 - 17:34 - Signaler un abus Etonnant ...

    Travaillant à l’étranger mais étant retraité en France, je dois prouver chaque année auprès du consulat que je suis toujours en vie, papiers signés à envoyer à mon centre de paiement autrement je ne reçois plus rien. Y aurait il des règles différentes pour certains, comme en trop de domaines?!

  • Par jurgio - 18/05/2018 - 14:22 - Signaler un abus Ah ! Qu'en termes voilés

    ces choses-là sont dites !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€