Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des cosmétiques fabriqués à partir de peau de cadavres de condamnés à mort chinois

Les produits à base de collagène ont été élaborés à partir de cadavres de condamnés : une pratique "traditionnelle", selon les employés.

Made in China

Publié le
Des cosmétiques fabriqués à partir de peau de cadavres de condamnés à mort chinois

Le collagène peut être utilisé sous forme de crème ou d'injection. Crédit Reuters

Le quotidien anglais le Guardian a mené l'enquête. Et les découvertes sont incroyables. Selon le journal, une entreprise chinoise de fabrication de produits de beauté utilise de la peau humaine dan la composition de ses cosmétique. Comble de l'horreur : cette peau proviendrait de cadavres de condamnés à morts chinois. Et ces produits sont destinés au marché européen.

Cette entreprise fabrique du collagène, un des principes actifs courants des les produits anti-âge, utilisé pour les lèvres et le traitement des rides, et ce sont des employés de la firme qui ont reconnu la présence de peau extraite de corps de condamnés après leur exécution. Selon ces employés, ce genre de pratique est "traditionnelle" et "ne mérite pas que l'on en fasse tout un foin". Ils affirment que certains des produits ont été exportés entre autres au Royaume-Uni, mais rien ne prouve qu'il s'agit là des produits élaborés à base de cadavres.

En effet, ces produits pourraient être encore au stade de simples test, et ne sont pas nécessairement déjà commercialisés.

La Chine est réputée pour son manque d’éthique et de régulation dans la fonction de ses produits, qui a déjà été remarqué lors des affaires liée au plomb dans les jouets pour enfants. Cette fois, le problème est à la fois moral et sanitaire, puisque les restes de peau pourraient être responsables d'infections.

Malheureusement, la réglementation européenne évolue lentement et il ne faut pas attendre de réglementation permettant le contrôle de l'élaboration du collagène avant un certain temps, qu'il s'agisse de la fabrication des cosmétiques ou des injections de collagène. Un projet de loi est pour l'instant en préparation.

Les institutions sanitaires britanniques se sont saisies du problème, des membres du parlement vont examiner le processus de régulation, pourraient lancer une enquête et pourraient suggérer au gouvernement la nécessite d'effectuer des tests très rapidement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Exaspéré - 10/03/2013 - 17:58 - Signaler un abus L'avenir s'annonce radieux

    Après les prothèses mammaires au silicone industriel,voici le collagène de cadavre ,une pratique "traditionnelle" selon les employés. Tout est bon pour faire du fric et,n'en doutons pas,il va bien se trouver un "spanghero de la cosmétique" pour importer ce bon produit. Pour ne rien gâcher,on pourait utiliser les autres parties pour faire des nems ou des rouleaux de printemps... Bon appétit! .

  • Par Gégé Foufou - 10/03/2013 - 18:27 - Signaler un abus Et aussi Exaspéré

    Des roupettes de condamné trempées dans du chocolat pour faire des M et M'S 'et oui ça remplace les cacahuètes) Bon appétit LOL

  • Par freddy - 10/03/2013 - 20:42 - Signaler un abus Visionnez

    Soleil vert! Un bon film avec Charlton Heston.

  • Par Miroir - 11/03/2013 - 11:22 - Signaler un abus Des schtroumpfs et de la bonne humeur

    Vérifiez la date de l'info du Guardian : 2005... A aucun moment Atlantico ne source son papier, ni ne précise la date. Il n'y a pas non plus de signature. Demain, il nous annoncera le scandale de la vache folle et après-demain celui du talc Morhange. Et l'un de ses "editorialistes" maison lancera le débat pour ou contre les couches jetables pour bébé... Mieux vaut en rire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€