Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corée du Nord : deux camps s'affrontent dans un climat tendu à l'ONU

La réunion de l'ONU du conseil de sécurité à propos de la Corée du Nord n'a abouti qu'à un schéma d'opposition assez classique : Europe et Etats-Unis contre Chine et Russie. Sans que rien de bien nouveau ne soit proposé.

Déjà vu

Publié le
Corée du Nord : deux camps s'affrontent dans un climat tendu à l'ONU
 

C'était la 8039e réunion concernant la question de la non-prolifération de l'armement nucléaire concernant la Corée du Nord. C'est dire si cette séance aurait pu être parfaitement banale. Mais la réussite récente de l'explosion d'une toute nouvelle bombe H semble éloigner tout sentiment de routine. Car la menace a pris une nouvelle envergure. Le Japon et la Corée du Sud semblent particulièrement inquiets pour leurs populations, et même la Chine souhaite que la Corée du Nord cesse ses essais. 

Pour rappel, seul les membres du conseil de Sécurité participent à cette réunion. A la demande du Japon, des sanctions plus lourdes sont demandées. Le principal concerné reste la Chine que ses partenaires vont tenter de raisonner.

Au cours de la séance, les Etats-Unis ont demandé la fin des demi-mesures et de vraies mesures, ne précisant pas s'ils souhaitaient des sanctions ou une intervention armée. 

La France a plaidé pour de la "lucidité" et de la "fermeté", s'orientant apparemment vers un durcissement pur et simple des sanctions, et ce au nom de l'Union européenne. 

La Chine a de son côté maintenu sa posture très diplomatique, demandant plus de dialogue, et - plus ennuyeux pour les Etats-Unis - une dénucléarisation totale de la péninsule coréenne.

Il s'agit bien entendu d'une proposition d'échange : les Chinois appuient la dénucléarisation du Nord contre le retrait des forces de frappe nucléaire américaines basée en Corée du Sud, présence jugée trop dangereuse par Pékin. 

La Russie a emboité le pas à son allié chinois, demandant la mise en place de négociations afin de rétablir la paix dans une région où elle est aujourd'hui sérieusement menacée. Pour rappel, la Russie a une frontière directe avec la Corée du Nord, à quelques kilomètres de la ville stratégique de Vladivostok. 

Les résolutions seront négociées jusqu'à jeudi, jour où elles seront mises au vote. 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Stargate53 - 04/09/2017 - 17:34 - Signaler un abus Le mode de fonctionnement est déficient !

    Le droit de véto ne permet pas de prendre des décisions utiles au monde et c'est flagrant avec la Corée du Nord et ses provocations ! Faire évoluer est donc une nécessité sinon les nations unies n'ont pas d'utilité réel sauf à occuper tous ces diplomates .... pour ne rien décider au final ! Des dépenses de structures inutiles donc ... et ce ne sont pas des petits salaires ces beaux messieurs !

  • Par J'accuse - 04/09/2017 - 17:58 - Signaler un abus Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles

    S'il y a des armes nucléaires en Corée du sud, il est logique qu'il y en ait en Corée du nord. C'est la meilleure façon d'éviter la guerre, et Kim n'est pas fou: il ne veut pas perdre son pouvoir et sa vie en s'en servant. N'oublions pas que la guerre de 1950-53 a fait 3 millions de morts, sans bombe atomique.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€