Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Conflit à Air France : la CGT trouve un travail à quatre salariés licenciés

Le syndicat aurait recasé quatre salariés chez un imprimeur, mais les principaux intéressés ne sont pas satisfait du caractère "précaire" de ce nouvel emploi.

Pôle emploi

Publié le
Conflit à Air France : la CGT trouve un travail à quatre salariés licenciés

Le 5 octobre 2015, plusieurs salariés s'en étaient pris à Xavier Broseta, le directeur des ressources humaines, allant jusqu'à lui arracher sa chemise. Crédit Reuters

Du nouveau pour les quatre salariés d'Air France qui avaient été licenciés pour "faute lourde" après l'annonce d'un plan de restructuration de la compagnie aérienne qui menaçait 2900 emplois. Le 5 octobre 2015, plusieurs salariés s'en étaient pris à Xavier Broseta, le directeur des ressources humaines, allant jusqu'à lui arracher sa chemise.

Selon nos confrères d'Europe 1, les quatre personnes licenciées ont été recasées en tant que manutentionnaires chez Riccobono-Imprimeurs avec l'aide de la CGT. En attendant le procès qui doit se dérouler le 27 mai prochain au tribunal des Prud'hommes de Bobigny, Philippe Martinez, secrétaire général du syndicat, a indiqué ce lundi sur i-Télé : "La bataille d'Air France n'est pas terminée. En attendant, (la CGT) a trouvé une solution provisoire. Et d'ajouter : "Nous réclamons que ces quatre salariés d'Air France soient réintégrés."

Les principaux intéressés ont souligné le caractère "trop précaire" de cet emploi de vacataire chez Riccobono-Imprimeurs.

C'est "juste un dépannage", explique l'un d'entre eux. Les salariés sont engagés pour quatre mois seulement. Tous semblent vouloir réintégrer Air France.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 21/03/2016 - 13:24 - Signaler un abus Un boulot...en récompense pour leurs coups et menaces?

    ah, bien, la CGT!... plus proche d'une mafia que d'un syndicat.

  • Par Pourquoi-pas31 - 21/03/2016 - 14:04 - Signaler un abus Il me semble nécessaire de procéder

    à une reconstitution. Pour bien comprendre, les juges des prudhommes devraient se faire arracher quelques chemises et escalader une clôture. Il suffirait de trouver quelques patrons volontaires et rancuniers pour jouer le jeu des prévenus.

  • Par Borgowrio - 21/03/2016 - 14:11 - Signaler un abus Le travail ? Quel horreur

    Allons donc , des syndicalistes, d'une super entreprise comme Air France ,ne travaillant plus depuis longtemps , en tant que permanents Syndicaux , se remettre au boulot , vous n'y pensez pas . D'où leur colère , ils étaient destinés à une carrière à vie sans rendre de comptes à qui que ce soit et les mieux payés dans leur catégorie sans rien foutre , faire des stages , des séminaires dans les hôtels de luxe, tester les vacances du comité d'entreprise , voyager à l'oeil . ça fait mal

  • Par tubixray - 21/03/2016 - 17:27 - Signaler un abus Qu'ils lisent Germinal

    Ils comprendront ce que signifie le terme syndicat et ils conviendront qu'ils en sont indignes.......

  • Par kaprate - 21/03/2016 - 23:03 - Signaler un abus @Borgowrio

    C'est ça! Ils veulent tous réintégrer Air France, tu m'étonnes! Putain! C'est ça le travail?!!! Et le patron qui a embauché 4 anciens activistes -syndicalistes d'Air France ou assimilés; la CGT l'a menacé de mort? Menacé sa famille peut-être???? Courage gars!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€