Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 28 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment Apple est devenu expert pour programmer l'obsolescence de ses produits

Dans son livre "The Design of Everyday Things", le psychologue cognitiviste Donald Norman explique comment Apple fait paraitre dépassés des produits encore en parfait état de marche...

Innovation ?

Publié le
Comment Apple est devenu expert pour programmer l'obsolescence de ses produits

Au théâtre California de San Jose, Philip W. Schiller, vice président du marketing d'Apple, déclarait la semaine dernière avec une pointe d'ironie " N'est-ce pas incroyable à quel point un objet nouveau fait instantanément passer l'objet précédent comme étant vieux ?". L'homme était précisément en train de vanter les mérites des tous nouveaux produits de la marque à la pomme… en caressant amoureusement le nouvel iMac, incroyablement fin : 5 millimètres, c'est-à-dire 80% plus fin que le précédent.

Cette remarque résume parfaitement la philosophique de l'innovation design de la marque Apple, explique Nick Bilton dans un article d'opinion sur le New York Times. C'est sur cet argument que repose toute la stratégie de persuasion qui permet à la société de réaliser régulièrement le même tour de passe-passe hors du commun : convaincre les consommateurs de jeter à la poubelle leur iPhone en parfait état pour le remplacer par un neuf, à peine différent.

Bien sur, cette stratégie reposait initialement sur une réalité : le design d'Apple était en effet innovant. Après la bulle bleu du premier iMac, la forme de lampe de bureau du suivant, pour en arriver à la feuille de verre que nous connaissons aujourd'hui. Les iPod aussi ont changé à travers le temps, avant de se stabiliser et de devenir simplement des feuilles de verre de plus en plus petites. Certes, les constructeurs ajoutent certaines fonctionnalités, comme de meilleurs appareils photos… Mais il s'agit toujours de rectangles de verre, note Nick Bilton.

Dans son libre "The Design of Everyday Things", Donald A. Norman expliquait déjà dans les années 1980 que ce phénomène d'uniformisation avait déjà été une véritable catastrophe pour les commerciaux vendeurs de télévisions il y a quelques années. Car en l'absence de réelle nouveauté les clients n'étaient plus incités à acheter le dernier modèle high-tech, mais simplement le moins cher, la version chinoise. Selon lui, cette même terreur assaille aujourd'hui les concepteurs de smartphones.

C'est de cette peur que découle le besoin de présenter chaque nouveau terminal comme une révolution, alors qu'il n'est que légèrement plus fin. Il s'agit d'un bel exemple d'obsolescence programmée, qui, contrairement à ce que l'on croit parfois, ne consiste pas seulement a programmer les objets pour qu'ils tombent en miettes, rappelle Nick Bilton. Il peut simplement s'agir de les faire passer pour has-been.

En effet, le terme "obsolescence programme" popularisé dans les années 1950 par le designer industriel Brooks Stevens qui appliquait ce principe à l'industrie automobile, en multipliant les innovations. Selon Norman, les industries électroniques appliquant aujourd'hui la même stratégie que l'automobile à l'époque : introduire de belles innovations au niveau des produits haut de gamme, puis, chaque années, les répercutes sur les produits plus basiques. Résultat : à chaque niveau, chaque consommateur, à son échelle, ressent le besoin d'acheter une "nouvelle version".

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deckard - 30/10/2012 - 16:50 - Signaler un abus Il y en a qui foncent tête

    Il y en a qui foncent tête baissée, et il y en a (comme moi) qui gardent 3 ans leur smartphone.

  • Par Stef - 30/10/2012 - 18:45 - Signaler un abus et bonjour

    la pollution! Comment recycle-t-on tout ce merdier?

  • Par HdT - 31/10/2012 - 08:10 - Signaler un abus Apple n'a pas seul croqué la pomme

    Apple n'est pas la seule entreprise à pratiquer ce genre de marché de remplacement programmé, toutes celles concernées par le High Tech, de l'ordinateur à la voiture, du téléviseur à la cafetière; et ainsi de suite, le pratiquent. Il en est de même avec la mode (vestimentaire), le design d'intérieur, le bricolage, ..., nous sommes dans un concept de société construit sur le commerce non stop de tout, la notion de propriété (allez expliquer à un couple qu'il paiera sa baraque trois fois, paiera des impôts fonciers qu'il n'aurait pas en location, un entretien seul à charge, une société qui organise le mariage mais aussi le divorce - Cf. série télévisuelle promotrice du "ras-le-bol des 40 ans" à titre d'exemple - donc la baraque sera revendue bien avant acquisition et ce que le notaire une fois encore récupérera ainsi que l'Etat, devrait en faire réfléchir plus d'un... mais non l'idée fonctionne bien tant elle est parfaitement rôdée depuis les années '60)... et après on nous revend le recyclage, la pollution, le ceci le cela, tout est orchestrée de A à Z, il suffit pour survivre (car c'est le mot) de trouver son créneau et de rentrer dans le système qui date de... toujours.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€