Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Chine demande la fermeture des entreprises nord-coréennes sur son territoire

Une annonce qui fait suite à l'adoption de la résolution 2375 par le Conseil de sécurité des Nations unies le 11 septembre.

Sanctions

Publié le
La Chine demande la fermeture des entreprises nord-coréennes sur son territoire

La Chine ne rigole plus avec sa turbulente voisine, la Corée du Nord. Ce jeudi 28 septembre, le ministère chinois du Commerce a annoncé que les entreprises nord-coréennes établies en Chine devront être fermées d'ici janvier. "Les coentreprises sino-étrangères, les sociétés à capitaux mixtes et à capitaux étrangers établies en Chine par des entités ou des individus de Corée du Nord devront être fermées d'ici 120 jours".  Seules seront épargnées, "au cas par cas", des entités non-commerciales ou impliquées dans des infrastructures de service public, après examen de leur situation par le ministère, précise le ministère.

La Chine plaide pour une solution "pacifique" de la crise nord-coréenne

Cette annonce fait suite à l'adoption de la résolution 2375 par le Conseil de sécurité des Nations unies le 11 septembre. Soutenue par Pékin - le principal allié diplomatique de Pyongyang -, la résolution 2375 entérinait une huitième salve de sanctions onusiennes à l'encontre du régime de Kim Jong-Un, en interdisant notamment ses exportations de textile et en réduisant ses approvisionnements en pétrole.

Pékin avait déjà interdit fin août aux firmes et ressortissants nord-coréens d'établir de nouvelles entreprises sur son territoire. En outre, de grandes banques chinoises refusent d'ores et déjà les clients nord-coréens. Toutefois, même si la Chine assure appliquer "dans leur entièreté" les sanctions onusiennes, elle plaide sans relâche pour une solution "pacifique" de la crise nord-coréenne.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€