Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chiffres du chômage : les Républicains demandent une commission d'enquête parlementaire

Constituée de 21 sénateurs issus de toutes les tendances politiques, cette commission doit publier ses conclusions en octobre 2016.

À la loupe

Publié le - Mis à jour le 2 Mars 2016
Chiffres du chômage : les Républicains demandent une commission d'enquête parlementaire

Le président du groupe LR au Sénat accuse l'exécutif de mettre "en place des dispositifs destinés à baisser artificiellement les statistiques".  Crédit Reuters / Charles Platiau

En raison de "bugs" à répétition dans les statistiques du chômage, le président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, Bruno Retailleau, a demandé ce mardi l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire dont la création est "de droit". 

Constituée de 21 sénateurs issus de toutes les tendances politiques, cette commission doit publier ses conclusions en octobre 2016. Bruno Retailleau assure dans un communiqué que "ces bugs restent inexpliqués", et accuse l'exécutif de mettre "en place des dispositifs destinés à baisser artificiellement les statistiques". 

"Cela doit être quantifié et les modes de calcul expertisés (…) Sur le sujet de l'emploi, priorité numéro 1 des Français, la plus grande transparence s'impose, et la question qui se pose est celle de la réalité du nombre de personnes sans emploi dans notre pays", ajoute le président du groupe LR au Sénat. 

La Dares, l'organisme en charge des statistiques du ministère du Travail, a récemment reconnu que la baisse du chômage observée en janvier 2016 s'est accompagnée de phénomènes "inhabituels" et "inexpliqués" qui compliquent la juste interprétation des chiffres. 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 02/03/2016 - 07:42 - Signaler un abus

    La putain de courbe du chômage le salopard de l’Élysée et sa clique de malfrats sont en train de la tordre pour qu'elle ait la forme requise ! Enfin une saine réaction de l’opposition : ne pas dire ce que l'exécutif devrait faire ou ne pas faire mais les pister dans leur magouilles pour les débusquer et les éliminer ! Il ne faut pas leur laisser de porte de sortie ! Pas de blessé, que des morts. La commission d'enquête sur les graves manquements de l'exécutif dans la gestion de la menace terroriste l'an passé prend une mauvaise tournure ! Pour le moment on se contente d'accuser la police qui raccroche au nez d'otage et si c'est important d'en parler ce n'est pas le fond du problème ! Remettez en une couche ! Harcelez les ! Au boulot et vite. Les bulletins dans l'urne allez les chercher avec les dents ! On va pas vous les donner. Exécution !

  • Par tubixray - 02/03/2016 - 10:09 - Signaler un abus Excellente initiative

    Et en cas de tromperie pas de pitié....

  • Par vangog - 02/03/2016 - 10:50 - Signaler un abus "Les catégories A, B, C, D, et RSA...

    sont les vases communicants à tuyaux percés du chômage gauchiste"...voilà quelle sera la conclusion de cette grosse commission inutile...six mois pour comprendre ce que n'importe quel sans-dents peut comprendre en six secondes, c'est l'assemblée nationale gauchiste!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€