Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Centrafrique : "La France n'agit pas en gendarme de l'Afrique", affirme Ayrault

Mardi, le Premier ministre a justifié l'intervention de l'armée française devant les députés. Ces derniers ont émis des doutes sur sa durée, limitée à quelques mois.

Explications

Publié le
Centrafrique : "La France n'agit pas en gendarme de l'Afrique", affirme Ayrault

Hollande et Ayrault sont au diapason. Alors que le président a parlé d'une mission "dangereuse" mais "nécessaire" pour éviter "un carnage" en Centrafrique, le Premier ministre a plaidé en faveur d'une intervention "urgente et nécessaire" pour éviter "une tragédie humanitaire". Mardi, le chef du gouvernement a justifié l'opération Sangaris devant l'Assemblée nationale, alors que deux soldats français viennent d'être tués. 

"Non, la France n'agit pas en gendarme de l'Afrique.

Elle assume tout simplement ses responsabilités internationales. Elle répond à l'appel de ses partenaires africains", a-t-il dit, face à des députés qui ont émis des doutes sur la durée de la mission, qui ne devrait durer que "quelques mois". "L'inaction n'était pas une option. Attendre, c'était nous exposer au risque d'une intervention ultérieure, beaucoup plus coûteuse et difficile", a-t-il ajouté.

Interrogé sur le coût d'une telle mission, Jean-Marc Ayrault a répondu : "Oui, la France a la capacité d'agir aujourd'hui." "Le financement de l'opération Sangaris est prévu au budget de l'Etat, comme en atteste la clause de garantie figurant dans le projet de loi de programmation militaire."

Enfin, a-t-il dit, "j'entends les questionnements sur notre prétendu isolement. Non, la France n'est pas seule. Elle bénéficie du soutien politique de tous les membres du Conseil de sécurité des Nations unies".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par charlesingalls64 - 11/12/2013 - 07:33 - Signaler un abus Et si tu fermais ta bouche de gros menteur ?

    Tes petites histoires n'amusent plus personne et arrêtes de mêler la France à vos élucubrations militaro-médiatiques. . Nul a l'intérieur et creux à l'extérieur c'est ça le socialisme.

  • Par yoda - 11/12/2013 - 08:36 - Signaler un abus mais bien sur.....

    combien d'autres pays ou ils y a des massacres.... vous n'y allez pas... n'oublions pas qu'en Centrafrique il y a diamant uranium et cie !

  • Par Sesmar2 - 11/12/2013 - 09:15 - Signaler un abus Quelle France pour demain?

    Il y a eu une réunion de certains pays africains à Paris, le lendemain de cette réunion, le gendarme en chef décide d'envoyer la troupe en Centrafrique, et nos gouvernants osent dire que la France n'est pas le gendarme etc...dans cette partie ouest de l'Afrique, les portugais, les belges ont eu aussi des colonies alors pourquoi n'interviennent-ils pas? Depuis toujours la France a donné beaucoup d'argent aux notables et dirigeants de ces pays là, lui le peuple n'en a pas vu beaucoup la couleur! Pour les présidents de ces pays, pseudo dictateur, ont dit à Hollande, tu nous donnes de l'argent et on fait nous commissions en France et en plus tu interviens en Centrafrique, bref lui qui a tant critiqué Sarkozy il fait pire, triste et lamentable président et premier ministre, Hollande a été longtemps le lèche cul de Jospin, AYrault est celui de Hollande.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€