Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Catherine Millet : "on va maintenant signer un contrat devant un notaire avant d’aller baiser ?"

Sur France Inter, l'écrivaine est revenue sur la tribune qu'elle a signé, portant sur le "droit d'importuner."

Protestation

Publié le
Catherine Millet : "on va maintenant signer un contrat devant un notaire avant d’aller baiser ?"

"Il y a beaucoup d’exagérations de la part de nos adversaires (...) Nous avons voulu nous faire l’écho de ce que nous entendions autour de nous." Sur France Inter, Catherine Millet a réagi à la polémique provoquée par la tribune qu'elle a signé aux côté de Catherine Deneuve. "Qu'il y ait une condamnation du viol, nous ne sommes pas idiotes ! Mais de là à interdire le moindre geste..." a expliqué l'écrivaine, qui souligne que "les synonymes d’’importuner’ sont ‘gêner’, ‘casser les pieds.’.. Ce n’est pas très grave.

Ce n’est vraiment pas de l’ordre du crime." Et de préciser : "le type qui fume un gros cigare à côté de moi peut m’importuner autant que celui qui met sa main sur mon genou."

"Ce qui m’a fait réagir sur cette histoire de consentement c’est ce projet de loi qui a été adopté en Suède et qui voudrait si, en effet la loi passe, qu’avant tout rapport sexuel il y ait un consentement explicite des deux parties" a-t-elle poursuivi. "Non mais vous voyez, on va maintenant signer un contrat devant un notaire avant d’aller baiser?! On arrive à un délire."

En l'occurrence, le projet de loi en Suède est davantage symbolique que contractuel, comme l'a rappelé Marlène Schiappa sur Twitter. "Le consentement sexuel n’est pas inscrit dans le droit français. Dire qu’il faut ou qu’il faudra une signature avant un rapport sexuel est faux. Ce n’est pas non plus dans notre projet de loi" a explique la ministre.

Catherine Millet est aussi revenue sur la pénalisation des "frotteurs" notamment dans le métro. "Il faut apprendre aux femmes à avoir le courage, devant un frotteur du métro de se retourner et de lui dire : mon vieux, arrête, tu me déranges".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 12/01/2018 - 14:24 - Signaler un abus "Projet de loi symbolique"

    Shiappa qui a écrit des livres érotiques n'est pas bien placée pour apaiser l'opinion sur ce sujet. Catherine Millet a raison, car nous sombrons dans un ridicule qui finira par nous tuer. Qu'en pense notre jeunesse de tout ça, car, dans notre temps, tout était si simple et les générations précédentes nous enviaient. Le plus rassurant c'est que c'est une minorité qui essaie de changer les choses, un peu comme les nouveaux convertis dans une religion ou comme les anciens alcooliques qui jugent sévèrement quelqu'un qui boit une bière. Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'abus, mais il n'est pas sain de voir le mal partout.

  • Par vangog - 12/01/2018 - 14:30 - Signaler un abus "consentez-vous à ce que je caresse votre chatte...

    et, éventuellement et toujours avec votre consentement, y fourre ma tête chercheuse?..." Ah ben c'est sûr! l'amour va en souffrir...et ça, c'est du vrai harcèlement d'un belle idéal torpillé par des idéologues sectaires!

  • Par von straffenberg - 12/01/2018 - 14:47 - Signaler un abus Minorites

    Depuis 2 quinquennats déjà une minorité active veut nous imposer une société avec une morale à 2 sous répressive à mille lieu d'une analyse honnête .Il est grand temps que les langues se délient au lieu de voir des porcs partout . On pourrait également parler des radars , de la prostitution , des vilains fraudeurs du fisc , de la classe politique , des horribles choses que l'on nous force à manger, du danger du nucléaire ;Bref nos dirigeants semblent s'adresser à des blaireaux incultes .

  • Par brennec - 12/01/2018 - 15:00 - Signaler un abus Ne pas subir.

    J'aime pas la dame, mais concernant les frotteurs elle a raison. Ne pas subir consiste a élever la voix pour mettre la honte au coupable, celles qui auront le courage de le faire n'éprouveront plus le besoin de se répandre sur balancetonporc.

  • Par 2bout - 12/01/2018 - 16:06 - Signaler un abus Nous voilà (presque) rassurés.

    Pas besoin, et c'est la sous-ministre qui l'a écrit, de faire signer une décharge à son partenaire avant de s'envoyer en l'air.

  • Par Atlante13 - 12/01/2018 - 16:59 - Signaler un abus Ayons un peu de pitié

    pour toutes ces dames qui ont du mal à se faire satisfaire, et comprenons qu'elles montent a l'assaut. Mais pour ces "dames" rassurons-les, inutile de passer devant un notaire, il suffirait qu'elles posent discrètement un billet de 50€ sur leur genou ou sur une boutonnière ou un chapeau... Mais désolé, mesdames, je préfère voir les femmes se battre contre les porcs qui abusent de leur pouvoir, soutenus par une justice plus que clémente si ce n'est complice, et par des idéologues en mal de fantasmes insatisfaits.

  • Par JG - 12/01/2018 - 18:42 - Signaler un abus @2bout

    Faire signer une décharge....pas mal....mouhahaha !!

  • Par MIMINE 95 - 13/01/2018 - 09:58 - Signaler un abus entre importuner et harceler ou exiger

    Il y a une marge que certains franchissent allègrement n'en déplaise aux machos attardés, dérangés à l'idée qu'une femme est un Homme comme les autres, et n'a pas à servir de déversoir à fantasmes ou de "pétasses à baiser" .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€