Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Carrefour : un homme licencié pour avoir offert un emballage de sex-toy à son responsable comme "cadeau des syndicats"

Le salarié avait laissé cet emballage sur la voiture du responsable du magasin. Il a été licencié pour faute lourde.

Potache

Publié le
Carrefour : un homme licencié pour avoir offert un emballage de sex-toy à son responsable comme "cadeau des syndicats"

 Crédit PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le directeur n'a pas apprécié la blague... Le salarié de l'hypermarché Carrefour de Langueux, dans les Côtes d'Armor, a été licencié pour avoir déposé, sur la voiture du responsable du magasin, un emballage de godemiché où il était écrit "cadeau des syndicats".

Les faits se sont déroulés le 31 mars, lors d'une journée de grève menée après la présentation par le groupe d'un plan de licenciement de 1850 postes d'ici septembre. "

Les salariés ont décidé de débrayer ce samedi en solidarité avec ce salarié de 27 ans, employé du magasin depuis huit ans, qui a reçu lundi une lettre de licenciement pour faute lourde et ne pourra donc pas toucher d'indemnités chômage. "La raison invoquée par la Direction est le fait que Jimmy aurait, lors de la grève du 31 mars dernier, déposé un emballage vide de godemiché sur lequel était inscrit « cadeau des syndicats » sur la voiture du Directeur, déclare Viviane Boulin, déléguée CGT. Ce dernier met en avant le fait que sa dignité aurait été bafouée par ce geste qualifié de « choquant et ignoble » dans la lettre de licenciement. "

La CGT juge cette sanction "excessive" et  précise que la voiture du responsable était garée sur le parking du personnel, non accessible aux clients.

La direction du magasin explique de son côté vouloir sanctionner un "comportement inapproprié qui nuit à l’image du groupe et en totale opposition avec ses valeurs. Le directeur est très affecté. La situation est humainement compliquée de part et d’autre."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cremone - 23/06/2018 - 16:06 - Signaler un abus Jamais

    Il ne faut jamais laisser d'emballage vide sur le capot d'une voiture. Si le salarié avait laissé la marchandise dans l'emballage, son patron ne se serait pas vexé.

  • Par Atlante13 - 24/06/2018 - 09:42 - Signaler un abus Je trouve que les syndicats

    ont une fâcheuse tendance à oublier leur rôle. A force de vouloir ramasser toutes les voix, les politiciens ont pourri le système. Il n'y a pas que des feuilles mortes par terre.

  • Par Benvoyons - 24/06/2018 - 10:25 - Signaler un abus Être licencié pour avoir voulu démontrer la licence présumée de

    son Patron.

  • Par vangog - 24/06/2018 - 11:10 - Signaler un abus Vous appelez ça « un cadeau »?.."

    le paquet était vide!...

  • Par guy bernard - 24/06/2018 - 11:59 - Signaler un abus des anecdotes...

    Carrefour est confronté à des problèmes d'adaptation de son fond de roulement qui se chiffre par années de profits : les solutions sont des prescriptions obligatoires surtout lorsqu'il s'agit de se séparer de "danseuses" à la merci de syndicats qui ne pèsent plus rien. tout le reste n'est qu'anecdotes puisque la survie de l'entreprise est en jeu.

  • Par Pharamond - 24/06/2018 - 21:46 - Signaler un abus L'évidence

    Après les deux CGTistes qui avaient tenté de dérober un camion dans le dix-neuvième arrondissement de Paris,ce "cadeau" donne une idée sur le niveau intellectuel de ce syndicat.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€