Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Calais : des heurts ont éclaté entre migrants et CRS lors du démantèlement partiel de la "jungle"

Selon plusieurs journalistes présents sur place, des projectiles ont été lancés par des migrants sur les CRS, qui ont riposté en utilisant du gaz lacrymogène.

Tensions

Publié le
Calais : des heurts ont éclaté entre migrants et CRS lors du démantèlement partiel de la "jungle"

D'après plusieurs journalistes présents à Calais, les maraudes ont été interrompues pour la journée.

Après avoir reçu l'aval du tribunal administratif de Lille jeudi 25 février, la préfecture du Pas-de-Calais a commencé ce lundi matin les opérations de démantèlement partiel de la "jungle" de Calais, le campement de migrants situé aux portes de la ville. Près de 55 cars de police se trouvaient aux abord du campement. 

Selon la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio, citée par La Voix du Nord, cette présence policière s'explique par "les agressions verbales et physiques dont ont fait l’objet les maraudeurs en fin de semaine".

Les travailleurs qui avaient pour mission de convaincre les migrants d'évacuer le campement auraient en effet été "insultés, bousculés et leurs chasubles taguées, par des activistes pour la plupart britanniques".

>>>> à lire aussi : Pourquoi l’Europe peine à faire face à l’accélération des arrivées de migrants (et au chantage turc)

Dès 8h30, des ouvriers ont commencé à désinstaller les tentes et les cabanes situées dans la partie sud du camp. Deux bulldozers et une vingtaine de personnes d'une entreprise privée mandatée par l'Etat se chargeaient de démonter une vingtaine d'abris située sur une zone de 100 mètres sur 100 encadrée par des CRS, mettant les détritus dans une benne. "Entre 800 et 1000 personnes" vivent sur cette partie de la "jungle" selon la préfecture, 3.450 selon les associations.

Si le début des opérations s'était déroulé plutôt calmement, des heurts ont éclaté en milieu de journée à la suite d'un départ de feu de cabanes. Des projectiles ont été lancés par des migrants sur les CRS, qui ont riposté en utilisant du gaz lacrymogène.

D'après plusieurs journalistes présents à Calais, les maraudes ont été interrompues pour la journée, et une "escalade rapide de la violence" a été constatée, comme en attestent ces images. 

Water canyoning people living in the Jungle pic.twitter.com/k6d9HNc8uo

— alex thomson (@alextomo) 29 février 2016

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 29/02/2016 - 18:37 - Signaler un abus Des activistes britanniques??????

    Que font en France ces hooligans gauchistes? Dehors, avec un coup de pied au cul, et vite!

  • Par ALAIN B - 29/02/2016 - 21:43 - Signaler un abus ils sont deja chez eux !!!!!!!

    les colons prennent notre terre..................

  • Par langue de pivert - 01/03/2016 - 10:48 - Signaler un abus Assez de se faire entuber !

    Vivement que les G-B quittent l'Europe et qu'on rebouche le tube ! Non seulement ils attirent les mouches, en se gardant bien de faire savoir que les envahisseurs ne sont pas les bienvenus, qu'il n'y a pour eux ni travail ni logement (si ce n'est pas le cas qu'ils les laissent rentrer mais assez de perfidies Albionesques)... mais en plus ils laissent complaisamment leur racaille anarchiste No borders créer du désordre sur notre sol ! Et notre abruti de ministre de l'intérieur qui se félicitait l'été dernier de sa fructueuse collaboration avec son homologue Thereza May ! J'avais commenté à l'époque qu'il s'était fait rouler dans la farine !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€