Mercredi 16 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bruxelles soupçonne treize banques d’entente illicite

La BNP ferait partie de la liste. Un accord aurait été passé pour empêcher leurs concurrents d’opérer sur le marché des produits dérivés de crédit.

Petits arrangements entre amis

Publié le 1 juillet 2013
 
La BNP6Paribas est soupçonnée, avec douze autres banques européennes, d'entente illicite

La BNP6Paribas est soupçonnée, avec douze autres banques européennes, d'entente illicite Crédit Reuters

Alors que les banques n’ont pas la cote auprès de leurs clients, le soupçon de Bruxelles à l’égard de treize établissements européens, dont la banque française BNP-Paribas, ne risque pas de raviver la flamme avec le grand public.

La commission européenne a donc dans le collimateur les grandes banques suivantes : l’Allemande Deutsche Bank ; les Suisses Crédit suisse et la désormais "célèbre" UBS, qui aurait abrité le compte de Jérôme Cahuzac ; trois Britanniques : HSBC, Barclays et la Royal Bank of Scotland ; cinq américaines : JP Morgan, Morgan Stanley, Citigoup, Goldman Sachs et la Bank of America Merrill Lynch, et donc la Française, BNP-Paribas.

Il leur est reproché de s’être entendues illicitement pour empêcher ou retarder des établissements concurrents d'opérer sur le marché des produits dérivés de crédit : soit les Credit default swaps-en anglais- (CDS).

"Ce serait inacceptable si des banques ont collectivement bloqué des échanges pour protéger leurs revenus dans le secteur des dérivés de crédit négociés de gré à gré", a vivement réagi Joaquín Almunia, le vice-président de la commission européenne, chargé de la concurrence.

 


Fermer