Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Brexit : même hors de l'UE, le Royaume-Uni ne contrôlera pas sa politique d'immigration, prévient Cameron

Pour continuer d'accéder au marché commun, le Royaume-Uni devra accepter le principe de libre circulation en Europe.

Enchaîné

Publié le
Brexit : même hors de l'UE, le Royaume-Uni ne contrôlera pas sa politique d'immigration, prévient Cameron

 A l'issue du sommet organisé à Bruxelles sur les relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, David Cameron a annoncé que le referendum sur un maintien ou non du pays dans l'UE se tiendra le 23 juin. Lui-même a l'intention de faire campagne pour le maintien de son pays au sein de l'Union, a-t-il annoncé.

Un premier sondage effectué depuis l'accord obtenu à Bruxelles par David Cameron pour réformer certains points de fonctionnement de l'UE montre que les partisans du maintien sont pour l'instant majoritaires.

Les sondés favorables au maintien sont 48% et ceux voulant la sortie du Royaume-Uni sont 33%. Les autres, qui représentent 19% des personnes interrogées, sont toujours indécis.

Trente-cinq pour cent des sondés estiment que le premier ministre britannique a été bon lors du Conseil européen, 30% pensent le contraire.

Mais la campagne ne fait que commencer, et devrait être agitée. Sous la pression des eurosceptiques, David Cameron a été contraint d’accepter de lever le principe de solidarité gouvernementale pendant la campagne du référendum. Le ministre de la justice, Michael Gove, a ainsi annoncé vendredi qu'il ferait campagne pour la sortie. Cinq autre membres du gouvernement l'ont suivi.

Ce dimanche, David Cameron a accusé les partisans de la sortie de mentir aux électeurs lorsqu'ils expliquent que la sortie de l'UE permettrait au Royaume-Uni de retrouver sa souveraineté sur les questions d'immigration. Il a expliqué que même en cas de sortie de l'Union, le pays devra continuer à accepter le principe de libre circulation en Europe s'il souhaite pouvoir continuer à accéder au marché commun, comme le fait la Norvège par exemple.

"Si nous restons dans une UE reformée, nous savons ce à quoi nous aurons affaire, nous saurons commun travailler, comment créer du travail, comment continuer de redresser notre économie", a déclaré le Premier ministre. "Si on sort, on se retrouvera face à sept années d'incertitudes et à la fin du processus, nous ne pourrons pas être certains que nos entreprises auront un accès complet au marché".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 21/02/2016 - 19:29 - Signaler un abus Finalement Cameron est un caméléon

    mandaté par l'UE (c'est pourquoi il a obtenu des garanties) et les USA pour garder les Britanniques dans l'UE. Cela devient limpide.

  • Par Ganesha - 22/02/2016 - 05:24 - Signaler un abus Bolkenstein

    Cameron a obtenu un bon début avec la suppression des aides sociales aux étrangers, même européens. Mais le véritable but doit être l'abolition de ''Bolkenstein'' : les travailleurs polonais qui acceptent du travail à des conditions tellement défavorables que les anglais se retrouvent au chômage et dans la pauvreté ! Ces prolos britanniques sortent des statistiques et n'apparaissent pas dans le chiffre ''magique'' des ''5 % d'unemployment'', mais combien de millions sont-ils à passer leurs journées devant la télé, se gavant de chips, bière et pizza ? La merveilleuse Europe libérale, c'est cela : le travail est effectué par des esclaves et l'on garde le peuple au calme avec ''du pain et des jeux'' ? On sait comment cela s'est terminé ! Seul avantage, les polonais sont des chrétiens et ils remplacent les pakistanais….

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€