Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bras de fer entre Apple et le FBI : le chiffrement des données handicape aussi la police française

En France, le service central de l’informatique et des traces technologiques de la police judiciaire observe que "les industriels innovent de façon permanente dans le but de privatiser les données stockées et les rendre inaccessibles à tout tiers non détenteur des codes".

Cryptage

Publié le
Bras de fer entre Apple et le FBI : le chiffrement des données handicape aussi la police française

Les téléphones de dernière génération de type iPhone 6, depuis l’iPhone 4S, sont particulièrement difficiles à décrypter.  Crédit Reuters

Outre-Atlantique, le FBI et Apple se livrent à une bataille coriace depuis la tuerie de San Bernardino survenue en décembre 2015, à propos du chiffrage des données des utilisateurs d'iPhone, auxquelles la justice veut avoir accès. L'un des auteurs de cette attaque était en effet propriétaire d'un smartphone Apple, dont les enquêteurs veulent passer au crible le contenu. Mais le patron de la marque à la pomme, Tim Cook, a réaffirmé jeudi 18 février sa volonté de ne pas céder à cette demande du gouvernement, qui représente selon lui une menace importante pour la vie privée de ses utilisateurs. 

Si la résistance d'Apple face au gouvernement américain alimente un débat intense sur la question des libertés individuelles aux Etats-Unis, les autorités françaises sont confrontées au même problème, notamment depuis les attentats du 13 novembre. 

"La police française se heurte également aux dispositifs contenus dans certains téléphones, dont les iPhone, qui rendent les données illisibles pour qui ne dispose pas du code de déverrouillage.

Peu après les attentats de novembre, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) avait ainsi demandé à tous ses services un état des lieux des difficultés rencontrées à ce sujet", rappelle le journal Le Monde sur son site internet. 

Le service central de l’informatique et des traces technologiques de la police judiciaire avait répondu à cette demande en novembre 2015, observant que "les industriels, notamment américains, innovent de façon permanente dans le but de privatiser les données stockées et les rendre inaccessibles à tout tiers non détenteur des codes". Selon ce même service, les "téléphones de dernière génération de type iPhone 6, depuis l’iPhone 4S (…) disposent de codes verrou très compliqués à casser ou contourner".

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par l'enclume - 19/02/2016 - 17:28 - Signaler un abus Pourquoi pas !

    Ce n'est pas difficile, il faut voter une loi qui rende complice des attentats le PDG d'Apple.

  • Par gerint - 20/02/2016 - 14:16 - Signaler un abus Je hais les criminels

    mais j'approuve Apple: pas question de mettre en danger davantage la vie privée de tous les humains qui utilisent smartphones et autres outils pour enquêter sur des criminels de toute façon avérés qu'il faut faire parler et condamner sans pitié (il y a d'autres moyens de faire l'enquête). A moins qu'il y ait moyen devant l'exceptionnelle gravité des actes commis de disposer pour la police des infos par Apple pour ce cas particulier sans avoir à faire connaître les codes, ou que chaque téléphone ait un code individuel...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€