Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bernard Tapie condamné à rembourser les 404 millions d'euros de l'affaire Crédit lyonnais-Adidas

La somme avait été octroyée en 2008 à l'homme d'affaires par un tribunal arbitral privé, dont la sentence avait été annulée en début d'année.

Joli cadeau de Noël

Publié le
Bernard Tapie condamné à rembourser les 404 millions d'euros de l'affaire Crédit lyonnais-Adidas

La cour d'appel de Paris a tranché ce jeudi 3 décembre et a condamné Bernard Tapie à rembourser les 404 millions d'euros perçus dans son contentieux avec le Crédit lyonnais concernant la revente d'Adidas. En 2008, un tribunal arbitral privé lui avait accordé 404 millions d'euros. Entachée du soupçon d'escroquerie, cette décision avait été annulée en février par la cour d'appel de Paris. Bernard Tapie devra en outre rembourser le coût de la procédure d'arbitrage, à hauteur de 300 000 euros.

Me Gaillard, l'avocat de Bernard Tapie a dénoncé un "déni de justice pur et simple". Et de commenter : "Aujourd'hui, je suis obligé de dire que la décision qui vient d'être rendue est invraisemblable : aussi bien en droit qu'en fait, elle constitue un déni de justice pur et simple.

Nous étudions en conséquence toutes les voies de droit disponibles afin que la justice dans cette affaire, enfin, prévale".

Depuis plus de vingt ans, Bernard Tapie estime avoir été trahi par le Crédit lyonnais, son banquier historique, dans la revente d'Adidas à l'homme d'affaires Robert-Louis Dreyfus. A l'audience au civil, le 29 septembre, l'ancien président de l'OM avait réclamé entre 516 millions et 1,174 milliard d'euros en réparation du préjudice économique et moral qu'il aurait subi lors de l'opération financière, en 1994.

La cour d'appel indique dans un communiqué que les demandes présentées par le Grpupe Bernard Tapie sont "irrecevables". Sur le fond, elle juge que "la SDBO et Clinvest", les deux filiales du Crédit lyonnais visées par l'homme d'affaires, "n'ont pas commis les fautes qui leur sont reprochées". Pour la cour d'appel, le "prix de vente - 2,085 milliards de francs - correspondait à la valeur réelle d'Adidas à la date de la cession". En outre, les sociétés de Bernard Tapie "disposaient, à la date de la vente d'Adidas, des mêmes éléments d'information que la banque, notamment sur les perspectives de redressement d'Adidas".

Et la Cour de conclure : "Et le groupe Tapie, au vu de ses résultats catastrophiques de 1992, n'était en mesure ni d'obtenir les apports en capital importants qu'exigeait le redressement d'Adidas, ni dès lors de conserver durablement les titres et d'envisager une mise en Bourse d'Adidas pour son propre compte"..

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bretondesouche - 03/12/2015 - 17:13 - Signaler un abus Tapie au tapis

    L ancien ministre de Mitterrand va consulter ses avocats....

  • Par langue de pivert - 03/12/2015 - 17:54 - Signaler un abus Les années rose puent encore !

    Les miasmes des sinistres années Mitterrand flottent encore 20 ans après sa mort : le pouvoir de son esprit malfaisant !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€