Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Benoît Hamon : "La première fake news, c'est la politique du gouvernement"

Une nouvelle fois l'ancien candidat à la présidentielle a fustigé la politique d'Emmanuel Macron.

J'accuse

Publié le
Benoît Hamon : "La première fake news, c'est la politique du gouvernement"

C'est n'est pas la première fois que Benoît Hamon s'attaque à la politique du gouvernement. Ce jeudi 11 janvier, l'ex-candidat socialiste à la présidentielle a fustigé le discours d'Emmanuel Macron en usant de la nouvelle loi sur les fake news que celui-ci veut mettre en place en France. En effet, à l'occasion de ses vœux à la presse, le chef de l'Etat a indiqué qu'en cas "de propagation de fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge".

>>> À lire aussi : Pourquoi les fake news sont parfois utiles

"Parmi les fake news, il y a le discours du gouvernement", a lancé sur les ondes de RTL Benoît Hamon, en référence au discours du gouvernement face à l'immigration. "Quand ce gouvernement, aujourd'hui, nous prétend être humain et qu'il a la politique la plus dure depuis Nicolas Sarkozy, au point que toutes les associations des droits de l'homme protestent, au point que les Nations unies nous montent du doigt, la première fake news, c'est-à-dire imposture, celle que dénonce Emmanuel Macron à la longueur de journée, c'est la politique du gouvernement", a-t-il martelé.   

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/01/2018 - 13:32 - Signaler un abus Alors, pourquoi tu as voté Macron-Rothschild, ducon?...

    Il fallait voter Marine Le Pen, si tu voulais de la vérité, du courage et du combat sur les Fronts du chômage, de la dette gauchiste, du commerce extérieur, de La Défense de nos frontières (ça, pas sûr que le néo-trotskyste le désire!....)etc...

  • Par HOURCAILLAOU - 11/01/2018 - 14:09 - Signaler un abus et votre loi consommation

    je viens de changer d.assureur auto. par prelevement automatique,je viens de payer 1 taxe de 12.63e pour ce changement. bien joue du glan.

  • Par vauban - 11/01/2018 - 14:36 - Signaler un abus Les associations

    N'ont pas de mandat électif et n'ont pas à dicter à la nation sa politique migratoire Il faudr d'ailleurs les sevrer de tout financement publique

  • Par Stargate53 - 11/01/2018 - 14:56 - Signaler un abus Il ne peut pas se taire !

    Pourquoi ose t il encore l'ouvrir après la déroute qu'il a subi ! Et en plus, il parle au nom de qui , ce mauvais à tout , aux idées inadaptées et éloignées du réel ! Il serait plus utile de l'ignorer que d' entendre les inepties qu'il invente pour essayer de survivre politiquement !

  • Par Liberte5 - 11/01/2018 - 21:55 - Signaler un abus Cet incompétent ,suffisant croit que quelqu'un l'écoute....

    Il est cuit après tous les mensonges qu'il a dit avec le PS. Après la politique désastreuse qu'il a mené avec Hollande. Mais pourquoi les médias donnent ils la parole à ces nuls, irresponsables et profiteurs.?

  • Par Atlante13 - 12/01/2018 - 18:13 - Signaler un abus Ah zut alors,

    je croyais qu'il allait dire qu'il rendait les 15 millions d'euros au PS pour sa non-campagne présidentielle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€