Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

BCE : Mario Draghi droit dans ses bottes

Le gouverneur de la Banque centrale européenne prévoit toujours 2% d'inflation alors que les chiffres ne s'orientent pas dans cette direction.

Picsou

Publié le
BCE : Mario Draghi droit dans ses bottes

Mario Draghi, gouverneur de la Banque centrale européenne, continue d'estimer que le taux d'inflation dans la zone euro devrait se rapprocher des 2% en 2018-19. Dans une interview récente au quotidien espagnol El Pais, qui réitère les positions de sa déclaration officielle de septembre, il estime que l'inflation retournera à l'objectif de la Banque, c'est-à-dire un taux inférieur, mais proche de, 2%, à l'horizon 2018-2019.

Il réitère également que la BCE va continuer sa politique de Quantitative Easing, politique de rachat d'obligations d'État par la banque, sans accélération. 

Pourtant, les derniers chiffres d'Eurostat ne semblent pas aller dans ce sens là. Selon les derniers chiffres d'Eurostat, l'inflation dans la zone euro en novembre est estimée à 0,6%, enprogression de 0,5% en octobre 2016, la baisse des prix des matières premières ayant fortement pesé sur les chiffres. Mais même en retirant l'énergie, l'inflation n'est qu'à 0,8%. La faiblesse de l'inflation n'est donc pas à attribuer à la pression sur le bas des prix par les prix du pétrole, qui sont à des niveaux historiquement faibles.

Dans la même interview, Mario Draghi repousse l'idée qu'une politique plus activiste, à l'image de celle pratiquée par les États-Unis, qui sont sortis plus tôt de la crise et affichent de meilleurs chiffres de croissance et d'emploi, pourrait aider la zone euro. "L'environnement institutionnel américain est complètement différent ; il y a un véritable budget fédéral, un marché financier complètement intégré et une société très différente. Donc il est difficile de comparer", a-t-il estimé. 

En théorie, tout comme au Japon et aux États-Unis, la relance économique s'accompagne de création monétaire, qui se manifeste par une hausse du PIB nominal, c'est-à-dire à la fois de l'inflation et du PIB réel. Pour de nombreux observateurs économiques, la BCE, qui a été plus timide que la plupart de ses équivalents internationaux, devrait en faire plus pour accélérer la création monétaire et la croissance. Pour Mario Draghi, en tous les cas, qu'on se le dise, rien n'est à changer. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 02/12/2016 - 00:58 - Signaler un abus Dans un monde où tous les pays concurrents

    à l'UE utilisent l'arme monétaire, l'UE fait figure de pays désarmé par sa politique frileuse et réactionnaire...en matière monétaire, seule l'attaque permet de prendre un avantage décisif, alors qu'une réaction timide et inadaptée, est un lourd handicap qui ne se rattrape jamais. Depuis Bretton Woods, les USA font de la création monétaire, pour financer leurs guerres et financer leur complexe militaro-industriel, qui sert de locomotive à leur économie. L'UE, enfumée par les bel-marxistes camoufles en vert-caca-d'oie a fait le choix inverse: torpiller tout espoir de defense, toute émulation de l'économie par la recherche émanant de La Défense, et toute création monétaire. Les QE mal employés, dirigés vers la finance, mais sans toucher l'économie réelle, ne servent que de faible subterfuge à cette impuissance...le résultat est implacable! Croissance deux fois inférieure et chômage deux fois supérieur! Les peuples doivent se désolidariser des médiocres dirigeants europeistes, réactionnaires et impuissants, alors que l'économie globalisée réclame anticipation et audace...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€