Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Barack Obama tacle
Mitt Romney

"Son programme tient en un tweet"...

Twitt-clash

Publié le

"C'est de la faute d'Obama". Pour le président américain, le programme de son rival républicain Mitt Romney tient en ces quelques mots, "un tweet, et encore il reste quelques caractères". Lors d'une récolte de fonds à Baltimore, Barack Obama s'est fait un devoir de moquer la concurrence dans le style "geek" qui lui est propre.

"La bonne nouvelle, c'est que les Américains sont majoritairement d’accord avec notre vision", a lancé Obama. "Si vous leur présentez, problème après problème, les solutions démocrates et républicaines, on gagne".

Peut-être, mais ce n'est pas ce que montrent les sondages. Obama compte désormais 45% d'intentions de vote, Romney n'est qu'à un point derrière lui, à 44%, selon le dernier sondage mensuel Reuters/Ipsos. Il y a un mois, il comptait sept points d'avance sur son rival républicain (à 49% contre 42%).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 13/06/2012 - 12:20 - Signaler un abus Sa compétence en tweet, mouais, mais en économie

    qui n'a rien réformé ou presque durant son mandat? Qui est assujetti par ses copains banquiers? Qui a signé des plans de refinancement des banques à quelques milliers de milliards sans trop de contreparties? Ça finira bien par se voir, ce qu'il est...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€