Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Des bactéries développent une tolérance aux gels hydroalcooliques

Une étude australienne montre qu'une bactérie très courante en milieu hospitalier a développé en moins de 20 ans une résistance aux solutions hydroalcooliques.

Tous aux abris

Publié le
Des bactéries développent une tolérance aux gels hydroalcooliques

Les gels hydroalcooliques ne sont apparemment pas une solution miracle contre la transmission de bactéries. Alors qu'ils sont très utilisés en milieu hospitalier, ils auraient un effet secondaire qui a jusqu'à aujourd'hui été sous-évalué : les bactéries se renforcent face à eux.

Des chercheurs australiens de l'université de Melbourne, dans une étude publiée cette semaine sur le serveur de prépublication en biologie bioRxiv, montrent qu'entre 1997 et 2015, une bactérie très courante dans les hôpitaux, "enterococcus faecium", a développé une résistance aux solutions hydroalcooliques. L'étude montre ainsi que les bactéries les plus récentes étaient dix fois plus tolérantes à l'alcool que les colonies issues de lignées plus anciennes, ce qui indique que leur génome s'est probablement adapté, rendant leur membrane plus résistante à l'alcool.

Est-ce une conséquence de cette évolution ? Les auteurs de l'étude observent que si les infections dues aux staphylocoques dorés résistant à la méticilline ont fortement chuté, celles provoquées par des bactéries du genre Enterococcus ont quintuplé sur cette période....

"Il s'agit d'un travail tout à fait sérieux et crédible [...] Elle [la bactérie enterococcus faecium] est normalement sensible à ces traitements, mais certaines mutations peuvent diminuer cette susceptibilité et donc permettre d'échapper à la désinfection. Ce travail montre que de telles souches sont sélectionnées à l'hôpital et peuvent se propager", a réagit dans Sciences et Avenir Philippe Glaser, responsable du laboratoire Écologie et évolution de la résistance aux antibiotiques de l'Institut Pasteur. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jurgio - 25/02/2018 - 14:15 - Signaler un abus On m'avait pourtant dit que notre organisme

    était le meilleur défenseur de lui-même. L'emploi systématique de solutions antibactériennes était une imbécillité de plus.

  • Par Stéphane Gayet - 25/02/2018 - 20:10 - Signaler un abus Différence entre colonisation et infection 1/2

    Les souches d’Enterococcus faecium (entérocoques) auxquelles il est fait allusion sont très probablement des souches hautement résistantes aux antibiotiques ou BHRe (bactéries hautement résistantes aux antibiotiques et émergentes). Ces souches d’entérocoque résistent en effet très bien aux antibiotiques haut de gamme spécialisés dans le traitement des infections à bactéries à Gram positive (staphylocoque, streptocoque, pneumocoque, entérocoque, listeria, clostridium, bacillus). Mais il est essentiel de préciser que ces entérocoques sont fort peu pathogènes et que les souches mises en évidences chez des patients se trouvent le plus souvent à l’état de portage non pathologique (portage sain). En d’autres termes, les patients qui les hébergent ne sont pas infectés, mais simplement colonisés : ils ne sont pas malades.

  • Par Stéphane Gayet - 25/02/2018 - 20:10 - Signaler un abus Différence entre colonisation et infection 2/2

    Ce qui est nouveau dans cette information, c’est le parallèle qui est fait entre la résistance aux antibiotiques et la résistance aux produits hydroalcooliques (PHA) pour la désinfection des mains. Actuellement, comme cela est indiqué dans l’article, les staphylocoques restent bien sensibles aux PHA. Mais s’ils leur deviennent résistants, cela va devenir très gênant, car les staphylocoques sont à la différence des entérocoques très pathogènes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€