Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Aux Etats-Unis, des hommes dénoncent la discrimination sexuelle des business exclusivement pour les femmes

La tendance aux Etats-Unis, et de plus en plus en Europe, est au "safe space" - espace sécurisé - pour femmes. Mais certains hommes ne l'entendent pas de cette oreille-là.

Mauvais genre

Publié le
Aux Etats-Unis, des hommes dénoncent la discrimination sexuelle des business exclusivement pour les femmes

 Crédit PIERRE ANDRIEU / AFP

Femmes uniquement. Un mot qu'on voit de plus en plus, alors que l'inverse, exclusivement réservé aux hommes - par exemple dans les sous-marins français - est de moins en toléré. Aux Etats-Unis, la tendance est encore plus importante. Certaines associations et entreprises ont adopté cette tendance de "discrimination positive" comme modèle économique ou de fonctionnement. Et cela ne plait pas à tout le monde.

A commencer par l'Etat, qui enquête par exemple sur des bourses et programmes exclusivement réservés aux femmes dans les universités de Yale et de Californie du Sud. Mais ce n'est pas tout. Une entreprise de golf qui voulait ouvrir les portes de ce sport masculin aux femmes a été tout simplement fermée pour discrimination. Idem pour une entreprise de reseautage pour femmes uniquement, ou un espace de coworking. La raison de ces déboires : des hommes qui s'insurgent contre la discrimination effective (et revendiquée) de ces entreprises, et s'appuie sur les lois américaines pour les faire fermer. 

L'entreprise Laies Get Paid organisait ainsi des événements de réseautage et de cours pour apprendre aux femmes à négocier des salaires et des augmentations.

Une de ses sessions, réservée exclusivement aux femmes et à ceux "qui se sentent femmes", n'a pu être suivie par deux hommes, qui ont porté plainte, affirmant qu'il s'agissait d'un discrimination sur la base du sexe, et donc contraire à la loi californienne "Unuruh Civil Act" qui avait été conçue pour lutter contre le sexisme que subissait les femmes. L'entreprise a du faire appel aux dons pour pouvoir aller devant les tribunaux et l'emporter. La plupart du temps, les événements de ce type sont tout simplement annulés, faute de moyen pour aller faire valoir leurs arguments devant la justice. 

La justice californienne est cependant assez floue sur le sujet : elle n'applique l'Unruh Act que si l'acte "met en avant des différences non pertinentes entre les hommes et les femmes ou perpétuent les stéréotypes".  Car il reste à déterminer ce qui est ou n'est pas pertinent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 18/07/2018 - 12:38 - Signaler un abus discriminations

    On ne peut pas lutter contre les discriminations en en créant d'autres.

  • Par vangog - 18/07/2018 - 13:36 - Signaler un abus On pourrait faire le même parallèle ave le racisme anti-blanc...

    qui a remplacé, au pied-levé, le racisme anti-noirs...un effet de la dictature des minorités activistes sur le sanscoullisme de nos dirigeants?...

  • Par guzy1971 - 18/07/2018 - 14:53 - Signaler un abus simple bon sens

    mais le PC anglo-saxon qui prétend lutter contre le racisme par le racisme et le sexisme par le sexisme n'en a pas beaucoup. Article à transmettre à nos terroristes français qui hurle sur les français retardataires fermés aux évolutions sociétales.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€