Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attentats de Paris : dans la nuit du 13 novembre, Salah Abdeslam "pleurait et criait comme un enfant de 12 ans"

Le quotidien belge "Le Soir" a consulté le PV d’audition de l’un des individus qui a conduit Salah Abdeslam de Paris à Bruxelles le soir des attentats.

Récit

Publié le - Mis à jour le 22 Décembre 2015
Attentats de Paris : dans la nuit du 13 novembre, Salah Abdeslam "pleurait et criait comme un enfant de 12 ans"

Salah Abdesalam, en état de paniqué, aurait lancé plusieurs fois : "Ne me balance pas".

Selon les informations du quotidien belge Le Soir, qui a pu consulter le PV de l’audition de Hamza Attout, soupçonné d’avoir conduit Salah Abdesalam en voiture de Paris vers Bruxelles le soir même des attentats, le terroriste était dans un état de panique avancé, dépassé par les événements. D'après les journalistes du quotidien "Le Soir", "les propos échangés cette nuit du 13 au 14 novembre en disent long sur l’état d’esprit de Salah Abdeslam et semblent confirmer l’hypothèse que, pour lui, quelque chose ne s’est pas déroulé comme prévu ".

Le 13 novembre au soir, Hamza Attout se trouve en compagnie d'un autre complice, Mohammed Amri. Les deux hommes sont contactés plusieurs fois par Salah Abdesalam, qui leur demande de venir le chercher en voiture à Paris pour le conduire à Bruxelles. Alors en route vers Paris, Hamza Attout demande à Mohammed Amri s’il pense que Salah est lié directement aux attentats. "Non", répond celui-ci, ajoutant qu’il lui faisait "pitié", et que "c’était un enfant de 12 ans qui pleurait" au téléphone, rapporte le quotidien belge. Une fois dans la voiture avec les deux complices, Salah Abdesalam, en état de paniqué, aurait lancé plusieurs fois : "Ne me balance pas".

"Il pleurait et criait en racontant ce qui était arrivé (…) Il nous a dit qu’il avait commis les attentats de Paris, que lui était la dixième personne à accomplir ces attentats", aurait raconté Hamza Attout  dans sa déposition. "Je me vengerai. Ils vont payer pour la mort de mon frère", aurait également assuré le terroriste, sans plus de précisions. Pendant leur trajet nocturne entre Paris et Bruxelles, les occupants du véhicule ont été contrôlés à trois reprises par la police française, mais n'ont pas été inquiétés, car à ce moment précis Salah Abdesalam n'était pas encore recherché. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 22/12/2015 - 06:27 - Signaler un abus Il est impossible de contrôler toutes les frontieres

    Le long de la SEULE frontière belge, il y aurait plus de 6 000 passages possibles. Certains villages de cette zone frontalière ne font qu'un et bourrée de petites rues. Sans compter les petites routes campagnardes, les nationales et bien sûr les autoroutes. De tous temps on trouvait un chemin tranquille du temps des frontieres pour passer si l'on dépassait les normes autorisés; tabac, alcool, voire carburant dont les quantités étaient strictement réglementés. C'est donc une véritable armée de douanier a raison de 3 ou 4 douaniers 24/24, 365j/ ans pour l'ensemble de nos frontieres. ( Allemagne, Luxembourg, Italie, Suisse, Espagne et frontieres maritimes et aériennes) . C'est bien là que l'idée de fermer toutes nos frontieres n'est pas possible et n'a jamais arrêté les contrebandiers depuis des siècles. N'oublions pas non plus les queues aux frontière qui duraient le plus souvent des heures, et les travailleurs frontaliers.

  • Par REVERJOVIAL - 22/12/2015 - 09:14 - Signaler un abus La vérité est entre les 2

    Entre une frontiére complétement ouverte qui permet à des centaines de milliers de personnes de rentrer sans contrôle et une une frontiére type mur de Berlin il y a le juste milieu !!!

  • Par phegp - 22/12/2015 - 09:46 - Signaler un abus "Juste milieu..." Certes...

    Une Ligne Maginot, par exemple.

  • Par langue de pivert - 22/12/2015 - 10:06 - Signaler un abus Mauvaise descente ?

    Passés les effets de la drogue il est "redescendu" : il a jeté la ceinture d'explosifs et a couiné a l'aide pour se planquer ! Il finira au fond d'un trou dans une forêt quand ses "copains" mettront la main dessus ! Il doit être planqué chez un mahométan(e) en "mode désamalgamé" ou déjà mort ! Les exfiltreurs de la cinquième colonne Belge n'allaient pas dire aux policiers qu'ils pensaient à la participation de leur "paquet" aux attentats en venant le récupérer en France bien sûr ! Pas fous les rats !

  • Par C3H5.NO3.3 - 22/12/2015 - 10:52 - Signaler un abus @phegp

    Quoiqu'on en dise, la ligne Maginot a joué son rôle. Les allemands ne sont pas passé par là. Il y aurait eu d'autres défenses sur les autres frontières, la blietzkrieg n'aurait pas fonctionné aussi bien.

  • Par Bretondesouche - 22/12/2015 - 11:11 - Signaler un abus Victimisation

    D un criminel pour adoucir la faute?

  • Par UnMusicien - 22/12/2015 - 22:54 - Signaler un abus Simple Constat

    Ce n'est pas une victime, mais un être sans âme, qui n'utilise pas le jugement pour prévoir les conséquences de ses actes, par égoïsme, vanité, toussa.. Perso, un tel être me repousse au plus haut et ne m'évoque aucunement la compassion.

  • Par alainb - 23/12/2015 - 08:04 - Signaler un abus MALADE MENTAL

    CETTE RACAILLE SCHIZOPHRENE NE VAUT PAS LA CORDE POUR ETRE PENDUE .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€