Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Assurance-chômage : début de négociations sous tensions entre les partenaires sociaux

Syndicats et patronat devaient se réunir au Medef ce lundi pour trouver des solutions afin de sauver l'Unedic, dont la dette explose.

Terrain miné

Publié le
Assurance-chômage : début de négociations sous tensions entre les partenaires sociaux

Les semaines à venir s’annoncent particulièrement tendues. Les partenaires sociaux, qui gèrent l’Unedic, avaient rendez-vous ce lundi au Medef pour entamer une nouvelle négociation sur l'assurance-chômage. Ils ont jusqu’à l’été pour renégocier la convention de 2014, qui arrive à échéance en juin 2016.

Mais seulement dix minutes après le début de la première séance, l'Union professionnelle artisanale (UPA), en conflit avec le Medef et la CGPME sur la représentativité patronale, a décidé de quitter la table des négociations.

L'UPA critique notamment l'accord entre le Medef et la CGPME, qui vise à mesurer la représentativité des organisations patronales sur la base, à 80%, des effectifs de salariés et, à 20%, du nombre d'entreprises adhérentes.

Tout l’enjeu de ces échanges va être de trouver une solution pour que l’Unedic, lourdement endettée, puisse faire face à la montée du chômage. Aujourd’hui, le déficit de l’Assurance chômage pour 2015 est estimé à 4,4 milliards d’euros et pourrait atteindre 3,3 milliards d’euros en 2016. Sa dette cumulée devrait atteindre 25,8 milliards d’euros fin 2015, 29,4 milliards d’euros fin 2016 et… 35 milliards en 2018.

Pendant ce temps-là, le chômage a continué de progresser en 2015. Le nombre d’inscrits dans la catégorie A (sans aucune activité) a battu un nouveau record en décembre, avec un peu plus de 3,59 millions (presque 3,85 millions, en intégrant les territoires d’outre-mer). En 2015, le chômage a augmenté de 2,6 %, à un rythme moins soutenu qu’en 2014 (+ 5,7 %). Le Figaro note que, pour le moment, le système tient car l'Unedic s'endette sur garantie de l'État, mais que la Commission européenne demande en urgence des réformes de fond.

Parmi les questions tendues qui seront abordées au cours des discussions, on devrait retrouver l’explosion des contrats de travail de très courte durée, la question de l’incitation à la reprise d’un emploi, l’accès des chômeurs à la formation, ou bien encore l’épineux sujet du régime spécial des intermittents du spectacle.

Ces dernières semaines, le gouvernement a mis la pression sur les partenaires sociaux. François Hollande a rappelé le 18 janvier que la France est le pays d'Europe où la couverture offerte aux demandeurs d’emploi est la plus longue. Quelques jours plus tard, Myriam El Khomri, ministre du Travail suggérait que la dégressivité des allocations pourrait être une piste intéressante pour réformer le régime.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 22/02/2016 - 10:19 - Signaler un abus LE PREMIER ABUS

    Et si on en revenait aux intermittents du spectacle, cette très chère danseuse de l'assurance-chômage, où les bénéficiaires gèrent quasiment leur risque avec la complicité ou sous la contrainte de leurs employeurs, dont beaucoup ne dédaignent pas la fraude...

  • Par Jean-Benoist - 22/02/2016 - 10:31 - Signaler un abus tant pis si les

    Intermittents boycottent le festival d'Avignon comme ils l'ont déjà fait sous Aillagon.. Ras le bol de ce chantage . La France n'a plus les moyens de financer ces privilégiés...

  • Par Borgowrio - 22/02/2016 - 12:39 - Signaler un abus N'ajoutez pas à la précarité à la honte

    Annoncé comme catastrophique ces 4,4 milliards de déficit de l'assurance chômage, ne représentent pourtant pas grand chose si on le compare aux 250 milliards de masse salariale des fonctionnaires , dont certains sont quasiment chômeurs bien payés . Et de plus, si on pense que Hollande a promis 1 milliard à la Tunisie , 1 milliard de dollars à la COP21 , ajoutez les Mistrals , les intermittents , j'en passe et des meilleurs

  • Par ombelline - 22/02/2016 - 14:30 - Signaler un abus Les intermittents

    A tous les coups garderont leur protection ultra privilégiée. Ce sont des intouchables qui contribuent à ruiner l'assurance chomage et magouillent leur temps de travail avec la complicite de leurs employeurs.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€