Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Assemblée générale de l'ONU : Emmanuel Macron en désaccord avec Donald Trump

Ce mardi 19 septembre, Emmanuel Macron s a prononcé son premier discours à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies.

Les premiers pas

Publié le
Assemblée générale de l'ONU : Emmanuel Macron en désaccord avec Donald Trump

Ce mardi 19 septembre, Emmanuel Macron s a prononcé son premier discours à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies. "Je sais que le devoir de la France est de parler pour ceux qu'on n'entend pas. Car parler pour eux, c'est aussi parler pour nous (...). Ce sont ces voix oubliées que je veux porter", a déclaré le président de la République, en évoquant tout d'abord la crise en Syrie.

"Le migrant est devenu le symbole de notre époque"

"Le peuple syrien a assez souffert", a-t-il déclaré. "Agir pour la paix en Syrie, c'est agir pour le peuple syrien mais aussi pour nous protéger tous". Il a notamment annoncé que la France fera preuve d'une "intransigeance absolue sur l'emploi des armes chimiques" et sur "l'absolue nécessité d'aménager les accès au soin pour tous".

Puis, Emmanuel Macron a déclaré que la sécurité doit devenir la "première priorité", alors que le "terrorisme a frappé sur tous les continents quelle que soit leur religion". Après avoir évoqué la menace terroriste au Mali, il a parlé des migrants et des réfugiés. "Le migrant est devenu le symbole de notre époque", a-t-il annoncé. Au siège de l'ONU, Emmanuel Macron a également évoqué la crise des Rohingyas, en Birmanie. Il a condamné un "nettoyage ethnique".

En outre, Emmanuel Macron a fait une annonce : "la France consacrera 0,55% de son revenu national d'ici 5 ans à l'aide publique au développement". Tout l'enjeu, c'est que cette "aide publique au développement arrive bien sur le terrain", a jouté le chef de l'Etat.

L'accord de Paris, la Corée du Nord, l'accord iranien et le multilatéralisme

Contrairement à Donald Trump, Emmanuel Macron a abordé le sujet de l'accord de Paris sur le climat. "L'accord de Paris ne sera pas renégocié (...) Nous ne reculerons pas", a lancé Emmanuel Macron, alors que le président des Etats-Unis veut justement sortir de cet accord. "Le détricoter serait détruire un pacte qui n'est pas seulement entre les Etats mais entre les générations", a ajouté le leader d'En Marche !. "II pourra être enrichi, de nouvelles contributions, de nouveaux apports mais nous ne reculerons pas". "La nature nous rappelle à l'ordre", a-t-il plaidé. "Nous sommes tous frappés par l'emballement du climat". "Je respecte la décision des Etats Unis et la porte leur sera toujours ouverte", a-t-il par ailleurs noté.

Un autre sujet sur lequel Emmanuel Macron n'était pas en accord avec Donald Trump est celui de l'accord sur le nucléaire iranien. Selon lui, dénoncer l'accord sur le nucléaire iranien serait "une lourde erreur". "Notre engagement sur la non prolifération a permis d'obtenir un accord solide, robuste, qui permet de vérifier que l'Iran ne se dotera pas de l'arme nucléaire. Le dénoncer aujourd'hui sans rien proposer d'autre serait une lourde erreur, ne pas le respecter serait irresponsable, parce que c'est un accord utile", a-t-il déclaré, laissant la porte ouverte à des discussions pour prolonger la portée du texte après 2025. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/09/2017 - 22:37 - Signaler un abus Le clandestin ("migrant" en socialisme inversé)...

    est devenu le symbole de la France qui se déteste, la France macroniste, qui ne se supporte plus et voudrait changer de peau et d'histoire, peut-être même de destin... Cette France gauchiste à l'identité déchiquetée par des générations de neo-trotskystes avides d'assouvir leur petit pouvoir délétère sur les cerveaux mous, est à la ramasse dans tous les domaines...Macron a été lobotomisé par l'ENA des ânes, et se coule avec délectation dans cette desidentification mortelle pour la France. C'est un ringard qui n'a pas compris le besoin moderne d'identité et de créativité mondiales, qui verra passer devant la plupart des Nations libres et fières de leur identité. Contrairement à ce qu'affirme Melenchouille, qui voudrait être le seul sur le piédestal des médias gauchistes, Macron est bien "de gauche", par ses délires sociétaux malsains, par son désir de perte d'identité, par son mépris du peuple, par ses réformettes cosmétiques, par son avidité pour l'argent et le pouvoir...tour ce gloubi-boulga gauchiste a déjà beaucoup échoué, mais la grande famille soutient cet être en perte de soi-même, soumis à sa cause mondialiste-immigrationniste, car il sait si bien soumettre les cerveaux mous

  • Par Beredan - 19/09/2017 - 22:58 - Signaler un abus Mes bien chers frères ... migrants,

    Sniff sniff , blabla et prêchi-prêcha ....

  • Par assougoudrel - 19/09/2017 - 23:01 - Signaler un abus Un rabâchage de

    même conneries de bisounours.

  • Par Beredan - 19/09/2017 - 23:09 - Signaler un abus On cherche la voie de la raison ...

    .... entre les vaticinations de Frère Narcisse et les éructations de cet excité ...

  • Par adroitetoutemaintenant - 19/09/2017 - 23:30 - Signaler un abus Un homme contre une moitié d'homme.

    En résumé, un patriote contre un dhimmi !

  • Par assougoudrel - 20/09/2017 - 12:21 - Signaler un abus Les journalistes et autres

    bien-pensants n'ont pas aimé la phrase de Trump :"l'Amérique d'abord", car cela ressemble à l'ancien slogan de MLP qui disait "les français d'abord' et qu'elle a laissé tomber.

  • Par clint - 20/09/2017 - 21:08 - Signaler un abus J'aurais été fier d'avoir un président "la France d'abord !"

    Il parle du "multilatéralisme" pour jouer à celui qui "dirige" le monde avec Trump, Poutine, Xi Jinping ! Mais il oublie qu'il a au dessus de lui Merkel et Juncker ! Qu'il aime d'abord la France et les français même ceux qui ne sont pas issus de l'émigration ! Qu'il ne se serve pas de l'histoire de France que pour jouer les pièces de théâtre !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€