Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Japon arrête son dernier réacteur nucléaire

Des tests seront effectués sur tous les réacteurs pendant plusieurs mois. En attendant, l'archipel devra trouver des sources d'énergie alternatives.

Précaution

Publié le

Le processus d’arrêt du dernier réacteur actif au Japon a débuté ce samedi, en vue d’une campagne de maintenance de plusieurs mois, réduisant à néant la part de l'énergie nucléaire dans l'électricité nippone un peu plus d’un an après la catastrophe de Fukushima. Hokkaido Electric Power (Hepco), l’une des neuf compagnies régionales de l’archipel, a indiqué avoir commencé à stopper le réacteur Tomari 3, dernière unité active des 50 que compte le Japon.

A la suite du séisme et du tsunami qui, le 11 mars 2011, ont engendré un énorme accident dans le complexe atomique Fukushima Daiichi, submergé par une vague de 14 mètres de haut, onze réacteurs, sur 37 en fonctionnement, ont été subitement arrêtés dans les centrales du nord-est. Deux autres présentant des risques à Hamaoka (centre) l’ont été plus tard sur ordre du gouvernement. Par la suite, toutes les autres unités ont successivement été stoppées pour des campagnes d’entretien, obligatoires tous les 13 mois d’activité en continu.

Le redémarrage de tous les réacteurs viables stoppés pour maintenance ou à cause des séismes est conditionné à de nouveaux tests de résistance (notamment vis-à-vis des catastrophes naturelles) et à l’approbation des autorités locales, ce qui retarde l'échéancier habituel.  Le gouvernement a validé la possibilité de redémarrer deux réacteurs de l’ouest, mais a promis qu’il ne passerait pas en force sur ce sujet, la population étant beaucoup plus réticente depuis l’accident de Fukushima, la pire catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986. Aucun calendrier n’a en conséquence été avancé, mais le gouvernement promet de proposer un nouveau plan énergétique à long terme durant l'été.

Afin de compenser l’absence totale d'énergie nucléaire, qui représentait avant le drame de Fukushima près de 30% de la production d'électricité du pays, les opérateurs sont contraints d’augmenter massivement leurs importations de pétrole et de gaz naturel liquéfié pour doper leurs centrales thermiques. Les citoyens et entreprises nippones sont quant à eux priés de réduire leur consommation d'électricité pour éviter des coupures massives inopinées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par RcommeRobert - 05/05/2012 - 13:16 - Signaler un abus Le Japon

    Un laboratoire de dénuclérisation grandeur nature.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€