Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 02 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Apple reçoit le soutien de Google, Facebook, Yahoo et Microsoft face au FBI

Les mastodontes de la high-tech ont décidé de prendre parti pour la firme à la pomme dans son combat contre le FBI.

Solidarité entre milliardaires

Publié le
Apple reçoit le soutien de Google, Facebook, Yahoo et Microsoft face au FBI

Dans l’affaire qui l'oppose au FBI, Apple peut compter sur le soutien du gotha de la haute-technologie. Alors que l'entreprise californienne conteste l’ordonnance judiciaire lui imposant de créer un logiciel de déverrouillement de ses téléphones, le géant de Cupertino a réussi à créer une coallition de la Silicon Valley, puisque Google, Facebook, Microsoft ou encore Yahoo, ont donc l’intention de déposer une requête conjointe en soutien d’Apple, selon des sources proches de ces entreprises. Un autre mastodonte, Twitter, pourrait également se joindre au mouvement.

Mais de quoi parle-t-on? Cette affaire qui secoue le monde la haute-technologie américaine a débuté lorsqu’un juge antiterroriste a demandé à Apple d’assister le FBI dans son travail d’enquête sur la tuerie de San Bernardino. Les forces de l'ordre n'ont pas pu pénétrer dans le smartphone des terroristes à cause du chiffrement. Une demande d’aide refusée par Apple. Tim Cook, le PDG de la firme à la pomme, s’en est expliqué dans une lettre ouverte. Le dirigeant refuse de créer une version spéciale d’iOS, une "backdoor" qui permettrait de s’introduire dans un iPhone. Sundar Pichai et Mark Zuckerberg (dirigeant de Google et Facebook) lui ont apporté leur soutien.

Selon Le Figaro, "Apple est convaincu que tout travail destiné à violer ses iPhones créerait un précédent. D'autres cas ne manqueraient pas de suivre, de la part d'autres polices américaines pour percer les secrets de personnes soupçonnées de crime".

>>>> A LIRE AUSSI : Apple et Google contre le FBI : bienvenue dans un monde où les Etats ne sont plus que des acteurs parmi d’autres (mais faut-il s’en réjouir ou en pleurer?)

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€