Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Bien traité, un séropositif
ne contamine quasiment plus

Les antirétroviraux permettraient de faire baisser les risques de contamination de plus de 95% selon une étude de l’OMS et de l’Onusida.

VIH

Publié le

Révélées jeudi, les conclusions de l’étude menée par l’OMS et l’Onusida, sont plus qu’encourageantes dans la lutte contre la maladie. Selon Michel Sidibé, directeur de l’Onusida, l’étude montre  que «si la personne séropositive dans un couple adhère à la posologie du traitement antirétroviral, le risque de transmission du virus à son partenaire sexuel non infecté peut être réduit de 96%. Cette percée scientifique change considérablement la donne et assurera l’avancement de la révolution de la prévention. Elle place le traitement anti-VIH au premier rang des nouvelles options de prévention».

L’étude a été avortée trois à quatre ans avant son terme car les résultats étaient spectaculaires. Comme outil de prévention, le traitement anti-VIH aurait finalement le même résultat que le préservatif.

Concrètement, puisque les séropositifs bien traités ne sont pratiquement plus contaminants, l’OMS estime que si dans un pays donné on traitait tous les séropositifs, le virus du SIDA pourrait y être éradiqué en seulement 10 ans.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€