Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Anticorruption : "La France est en retard" affirme Michel Sapin

Le ministre des Finances lance un nouveau projet de loi pour mieux lutter contre la corruption et clarifier le rôle des lobbys.

Mise en lumière

Publié le
Anticorruption : "La France est en retard" affirme Michel Sapin

Michel Sapin peut se targuer d’avoir deux lois à son nom. La loi Sapin I date maintenant de 25 ans et concernait déjà la corruption. Preuve de l’opacité, la loi Sapin II vient renforcer le dispositif. ‘’Aujourd'hui, la France est en retard, par exemple en matière de lutte contre la corruption d'agents publics à l'étranger’’ explique le ministre dans une interview au Parisien. ‘’Lorsqu'un problème de cette nature se pose, au lieu d'être condamnées par des juridictions françaises, nos entreprises sont condamnées par des juridictions américaines.

Il y a quelque chose de presque déshonorant.’’

Dans le viseur du ministre, les lobbys, qui devront désormais sortir de l’ombre. ‘’Demain, d'abord, ils devront donc se déclarer. Ensuite, s'engager à respecter un certain nombre de principes’’ poursuit Michel Sapin. ‘’Fini les voyages, les avantages, les petits cadeaux, offerts par les lobbys à tel ou tel responsable public qui n'était pas concerné par les registres existants pour les élus. Idem pour un bon déjeuner payé dans un grand restaurant. Enfin, il leur sera interdit d'utiliser sciemment des chiffres erronés. Sous peine d'amendes.’’ Et c’est la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique qui aura la lourde tâche de gérer ces listes, malgré les réticences. ‘’S'il n'y avait pas de réticences, ce registre existerait depuis longtemps...’’ rappelle le ministre.

Ce dernier veut aussi en profiter pour protéger les lanceurs d’alerte qui dénoncent les affaires de corruption. ‘’L'objectif est de leur offrir une protection juridique, y compris la prise en charge de leurs frais d'avocats, par exemple, parfois colossaux’’ explique Michel Sapin. ‘’C'est la moindre des choses que les institutions protègent ceux qui ont le courage d'agir.’’
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 16/02/2016 - 10:30 - Signaler un abus A quand

    un premier ministre condamné et effectuant une peine de prison pour une affaire de pots de vin et un président de la république condamné et effectuant une peine de prison pour viol...ah ben oui mais cela se passe en Israël

  • Par lexxis - 16/02/2016 - 10:50 - Signaler un abus LE RECORD DES CONFLITS D'INTÉRÊTS

    La France est le pays qui cumule le plus de conflits d'intérêts en secteur public: parlementaires/fonctionnaires, conseiller à la Cour des comptes et porte-parole d'un parti, le juge de l'Etat est lui-même fonctionnaire, syndicalistes recasés dans le secteur public, Directeur Général des Impôts regagnant dès son départ un grand cabinet fiscal privé, justice seule juge de ses propres erreurs et de leur réparation etc etc Jusqu'au dernier exemple de Fabius qui voulait cumuler présidence de la COP 21 avec celle du Conseil Constitutionnel! Mais qui s'en soucie?

  • Par EUROPE - 16/02/2016 - 12:19 - Signaler un abus La planche rabotée

    Sapin n'a pas assez planché, il est fourbu, éreinté par sa tâche à la limite de la défaillance physique; que de manquement!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€