Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Allemagne : une centaine de plaintes enregistrées pour agressions sexuelles le soir du Nouvel An

Selon un policier allemand, "des femmes fuyaient en larmes, les vêtements déchirés". Plus d'un millier d'hommes serait impliqué.

Retour sur cette nuit d'horreur

Publié le

L'Allemagne est sous le choc : la police a enregistré 90 plaintes pour harcèlements et agressions sexuelles le soir du Nouvel An et s'attend à en recevoir d'autres. Une centaine de femmes se sont plaintes d'avoir été agressées par des groupes composés de 20 à 30 hommes, ivres parfois, dans la nuit du 31 décembre. Les agressions se sont produites essentiellement autour de la cathédrale et de la gare de Cologne, ainsi qu'à Hambourg, une ville située au Nord du pays. Selon le ministre de la Justice allemand Heiko Maas, "plus d'un millier de personnes" ont participé à ces actes d'une "dimension nouvelle".

"Touchée 100 fois sur 200 mètres"

Katja L, l'une des victimes, s'est confiée au journal Der Express. "J'ai été attrapée de partout. C'était un cauchemar. On criait et on leur donnait des coups mais ils n'arrêtaient pas. Je crois que j'ai été touchée au moins 100 fois sur 200 mètres". Un policier allemand raconte qu'"il y avait près de 2.000 personnes sur place dans un chaos indescriptible. Des fusées interdites explosaient à différents endroits. Des femmes fuyaient en larmes, les vêtements déchirés (...) Ces dernières ont également fait l'objet de vols de téléphones portables ou de porte-monnaie. De nombreux cas ont été répertoriés autour de la gare principale de Cologne".

Face à cette série massive d'agressions, la ministre de la Famille Manuela Schwesig a réagi et affirmé que l'Allemagne ne tolèrerait pas "des attaques visant des femmes, quel que soit leur genre". Selon la police, les victimes auraient décrit leurs agresseurs comme étant "d'apparence arabe ou nord-africaine". L'Allemagne qui a accueilli plus d'un million de migrants en 2015 appelle à ne pas faire d'amalgames.
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 06/01/2016 - 13:42 - Signaler un abus Désigner des délinquants par leur appartenance ethnique

    est un délit d'incitation à la haine raciale sévèrement réprimé par les juges petits pois, comme l'a appris à ses dépens Zemmour. Il convient donc de parler de "jeunes hommes" ayant agressé ces femmes allemandes. De toute façon moi je m'en tiens à ce qui m'a été expliqué par les médias: les réfugiés sont composés uniquement de pères de famille soucieux de l'avenir de leurs enfants, d'amoureux de la démocratie souhaitant s'intégrer, d' avocats, de médecins, de futurs prix Nobel.

  • Par jmf46 - 06/01/2016 - 14:02 - Signaler un abus padam, padam, padam...

    algam. Madame Merkel pourra toujours se reconvertir comme scénariste pour l'industrie du cinéma, elle vient de réussir à combiner dans un seul scénario deux grands classiques du cinéma: "l'arroseur arrosé" et "frankenstein" (comprenne qui pourra ou plutôt qui voudra, c'est assez clair me semble t'il)

  • Par juletflo - 06/01/2016 - 14:15 - Signaler un abus agressions et médias

    Ce qui est tout aussi inquiétant, c'est que l'on ne commence à en parler que seulement six jours plus tard, tant en Allemagne qu'en France, que de nombreux commentaires (non agressifs et non violents) sont censurés dans de nombreux médias (français) dès que l'ombre d'une critique à l'égard de Mme Merkel pointe son nez, qu'il n'y a pas encore eu d'arrestation et que les différents protagonistes censés protéger les populations allemandes restent dans le flou et adoptent un discours digne de celui de nos propres dirigeants: c'est intolérable, inacceptable etc. quant à l'action proprement dite, elle est pour le moment inexistante...

  • Par JG - 06/01/2016 - 15:44 - Signaler un abus L'arroseuse arrosée...

    "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes" Bossuet. Importez des millions d'hommes frustrés sexuellement (cf article du Monde Diplomatique, journal pas vraiment classé à droite....http://www.monde-diplomatique.fr/2014/08/DAUM/50713) et vous ne pourrez que constater votre malheur....garez vos filles !! (ou mettez leur une burka, en ces temps de dhimmitude généralisée,c 'est plus sûr)

  • Par Alain Proviste - 06/01/2016 - 15:51 - Signaler un abus Souvenirs souvenirs

    Ça doit rappeler aux allemandes l'Armée Rouge en 45 ! Superbe le dernier mot de l'article.

  • Par pasdesp - 06/01/2016 - 16:23 - Signaler un abus Cf la derniere partie de l

    Cf la derniere partie de l'article de M. Federbusch. Voila la perception de la femme occidentale par les musulmans. Non voilées donc impudiques donc on peut tout se permettre. Un nouvel echelon dans l'horreur est franchi. Mais jusqu'ou tolerons nous l'intolerable?

  • Par vangog - 07/01/2016 - 01:01 - Signaler un abus "Gegen sexismus, gegen rassismus!"

    Selon cette banderole, en plus de leurs gestes sexistes, les "personnes d'apparence noire et nord-africaine" (toute ressemblance avec un amalgame est purement fortuite...), ont donc eu des propos racistes...en plus! C'est pas de l'amalgame, c'est du cumul...si les noirs deviennent racistes, alors...ou va-t-on, je vous demande?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€