Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le ministère de l’Economie perquisitionné dans le cadre de l’affaire Alexis Kohler

Des perquisitions ont été menées ce mercredi 6 juin à Bercy dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de conflit d’intérêts visant le secrétaire général de l’Elysée.

Conflits d’intérêts

Publié le
Le ministère de l’Economie perquisitionné dans le cadre de l’affaire Alexis Kohler

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler est dans la tourmente. Il est soupçonné d’avoir favorisé un armateur privé. Des perquisitions ont été menées dans des bureaux du ministère de l’Economie et des Finances, selon une source proche du dossier. Alexis Kohler y a travaillé entre 2012 et 2016. 

Anticor a déposé plainte vendredi dernier auprès du parquet national financier pour « prise illégale d’intérêt » et « trafic d’influence ». Le PNF a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire ce lundi, indépendamment de la plainte d’Anticor. 
 
La justice s'intéresse à un éventuel conflit d'intérêts entre les postes occupés par Alexis Kohler dans la fonction publique et ses liens familiaux et professionnels avec l'armateur italo-suisse MSC, client important de STX France, les chantiers navals de Saint-Nazaire. 
 
Anticor reproche à Alexis Kohler d'avoir siégé comme représentant de l'État au conseil d'administration de STX France à partir de 2010 alors qu'il « ne pouvait ignorer qu'il existait un conflit d'intérêts ».
L'armateur MSC a été fondé et dirigé par les cousins de sa mère. 
 
En août 2016, quand Emmanuel Macron avait quitté Bercy, Alexis Kohler avait rejoint MSC Croisières comme directeur financier. Tout en occupant ce poste chez l'armateur, il avait joué un rôle majeur dans la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.
 
Anticor redoute qu’Alexis Kohler soit intervenu comme cadre de MSC dans une réunion à Bercy en mars 2017 sur la reprise de STX France. Le groupe était alors menacé de faillite. STX France avait finalement fusionné avec son concurrent italien Fincantieri. Alexis Kohler a ensuite rejoint Emmanuel Macron à l'Élysée, au poste de secrétaire général.
 
Les enquêteurs et la justice vont donc devoir faire toute la lumière dans cette affaire.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 07/06/2018 - 11:30 - Signaler un abus Attendez, calmez-vous,

    à quoi faut-il s'attendre quand les haut-fonctionnaires se permettent de zigzaguer du public au privé et vice-versa, au gré du vent des élections et des parcours particuliers privilégiés? A quoi faut-il s'attendre quand les gouvernements, pris les doigts dans la confiture, promulguent des mille-feuilles de lois sur la transparence alors que personne ne les applique? et surtout quand ces lois ne concernent que les élus, et jamais les haut-fonctionnaires? Vous aurez peut-être enfin compris qui sont les vrais maîtres en France?

  • Par jurgio - 07/06/2018 - 14:49 - Signaler un abus « Je suis fou de Kohler » !

    Il ne reste plus qu'à faire « traîner » les choses...

  • Par cloette - 07/06/2018 - 15:48 - Signaler un abus Kohler

    va être chocolat si la suspicion s'avère vérifiée .mais sera -ce possible que le vent puisse soudain ainsi tourner ?

  • Par Daniel Lemaire - 11/06/2018 - 12:08 - Signaler un abus Le PNF est il neutre ?

    ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€