Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alain Juppé sur la déchéance de nationalité : "Est-ce qu'il faut bricoler la Constitution pour un symbole supplémentaire ? Je ne le crois pas"

Le maire de Bordeaux était l'invité du journal télévisé de France 2 ce lundi soir.

Opinions

Publié le
Alain Juppé sur la déchéance de nationalité : "Est-ce qu'il faut bricoler la Constitution pour un symbole supplémentaire ? Je ne le crois pas"

Alain Juppé passe à l'offensive. Le candidat déclaré à la primaire des Républicains pour l'élection présidentielle 2017, et qui sortira mercredi un livre intitulé "Pour un Etat fort", était l'invité du JT de France 2 ce lundi soir. 

Le maire de Bordeaux a notamment été interrogé sur ses dernières proposions concernant la sécurité, des mesures dévoilées dans le JDD de dimanche dernier, et considérées comme très "à droite", ce sont il se défend. "Qu'est-ce que ça veut dire 'le positionnement à droite' ?

s'est-il interrogé. Est-ce que quand monsieur Hollande propose la déchéance de nationalité des binationaux, il est de droite? Sortons un petit peu de ces idées toutes faites. J'ai toujours été un homme de droite ouvert, non sectaire et prêt à travailler avec des sociaux-démocrates."

A LIRE AUSSI : Pourquoi Alain Juppé s’apprête à relancer sa campagne par un coup de barre à droite

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac est donc forcément revenu sur le débat concernant la déchéance de nationalité, que François Hollande souhaite inscrire dans la Constitution, au grand dam d'une bonne partie de la gauche. Peu convaincu par cette mesure (bien qu'il ait  expliqué qu'il la voterait s'il était parlementaire), Alain Juppé a déclaré : "Est-ce qu'il faut bricoler la Constitution pour un symbole supplémentaire ? Je ne le crois pas. "

Le maire de Bordeaux s'est aussi déclaré opposé à ce que la déchéance soit étendue aux Français qui n'ont pas d'autres nationalités.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€