Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Agnès Buzyn veut un débat sur la suppression des allocations familiales pour les plus aisés

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, n'a "pas de tabous", indique-t-elle au JDD.

Réformes

Publié le
Agnès Buzyn veut un débat sur la suppression des allocations familiales pour les plus aisés

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a accordé une interview au JDD dans laquelle elle détaille ses pistes pour la Sécurité sociale. Dans cet entretien, elle dit n'avoir "pas de tabou" sur l'universalité des allocations familiales. "Le débat est ouvert […]. Sans revenir sur les principes fondateurs de la Sécurité sociale, nous devons traiter deux enjeux : la natalité, en baisse pour la première fois depuis la guerre, et la pauvreté, qui concerne désormais des familles nombreuses et monoparentales", souligne la ministre.

Invitée du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro ce dimanche, elle a répété cet argument, expliquant que "l'universalité des allocations, c'est un totem de notre politique familiale et un tabou. Moi, je n'en ai pas".

"La décision que j'ai prise c'est de rouvrir le débat. Ce qui compte pour moi c'est l'objectif et non les moyens utilisés", a-t-elle dit. "Lorsque l'on gagne 8000 euros par mois, ce ne sont pas les 42 euros versés pour le premier enfant et les 60 pour le second qui vont influencer la décision de faire des enfants", a insisté la ministre.

Dans le JDD, elle explore d'autres pistes pour réduire le déficit de la Sécurité sociale. Pour le milieu hospitalier, la ministre de la Santé estime qu'il y a des "marges de manœuvre" pour économiser des fonds "sans toucher à l'égalité des chances" : "À l’hôpital, nous allons favoriser l’ambulatoire. (…) Nous allons fermer les lits qui ne servent à rien ou les réorienter vers de nouveaux besoins." 

Elle annonce aussi un objectif ambitieux pour le remboursement à 100% des lunettes, des prothèses auditives et dentaires : "Je souhaite y arriver bien avant la fin du quinquennat. Mon but est d’aboutir d’ici à un an."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 22/10/2017 - 14:23 - Signaler un abus 42 euros pour le premier enfant, 60 euros pour le second...

    Ça fait 102 euros, et c'est enoooooorme, comme économie gauchiste...ce n'est pas comme ça que Agnès Buzin va trouver les économies qu'exigent d'elle l'état PS et la grosse commission de Bruxelles!...à l'inverse, c'est une agression intolérable contre l'égalité et l'universalité, à force d'égalitarisme gauchisme débile...à contre-sens, la Buzin!

  • Par vauban - 22/10/2017 - 20:32 - Signaler un abus Pas d'universalité

    Pas de sécurité sociale marxiste obligatoire JE PRENDS!!!!Plus prosaïquement la disparition née l'universalité ds doits pour les cotisants transforme les cotisations Ss et URSAFF EN IMPÔT .... Tout cela pour financer les Mamas africaines et autres avec leur grappe dee bambins accrochés aux poussettes ...Qu'ils Le disent clairement....

  • Par JG - 22/10/2017 - 23:30 - Signaler un abus En attendant, je vais continuer à payer

    Pour les allocs versés aux étrangers tandis que je pourrai toujours courir pour avoir quoique ce soit après avoir élevé 5 enfants. Et aucun d'entre eux n'est délinquant ni trafiquant de drogue...contrairement à certains qui viennent de je ne sais où et touchent les allocs payés avec MES cotisations sans avoir jamais contribué à quoique ce soit en France, tout en laissant leurs gamins trainer dans la rue et insulter la France....Mais je suis en train de diminuer mon activité pour payer moins d'impôts....marre de financer les feignants qui en plus nous crachent dessus. Et s'il le faut, je quitterai la France. Quant il n'y aura plus des cons comme moi pour tout financer sans jamais rien recevoir, ça va devenir difficile de payer quoique ce soit à qui que ce soit...

  • Par tubixray - 23/10/2017 - 08:39 - Signaler un abus Salauds de français moyens

    Mme Buzin faisait jusqu'alors bonne impression mais la voilà porte étendard de la gauche sociétale .....JG expose un aspect bien réel de l'usage des allocations et autre aides d'état .... Les français moyens (ceux que l'on disait "aisés" voilà 20 ans) seront bientôt les seuls à payer la taxe d'habitation, plus un centime d'allocations familiales plus le matraquage en règle depuis Hollande sur l'IR et la plupart ne touchent moins que la moitié de 8000 € / mois bruts !.....

  • Par Lucien FUSS - 23/10/2017 - 11:02 - Signaler un abus Suppression pour les hauts revenus

    Je crois que cette initiative est anticonstitutionnelle. La diminuer, peut-être, sinon c'est une inégalité.

  • Par vangog - 24/10/2017 - 00:42 - Signaler un abus S’il n’y a plus d’allocations pour les hauts revenus...

    alors, logiquement, il n’y a plus de cotisations...n’est-ce pas, Buzyn la zinzin?...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€