Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 29 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire des sondages de l'Elysée : l'institut Ipsos mis en examen

La société de sondage a été mise en examen jeudi pour recel de favoritisme, a appris l'AFP ce samedi.

Justice

Publié le
Affaire des sondages de l'Elysée : l'institut Ipsos mis en examen

Nouveau rebondissement dans l'affaire des sondages de l'Elysée, qui concerne la commande, durant le mandat de Nicolas Sarkozy, par la Présidence de la République, de sondage qui pourraient intéresser plus le candidat à la présidentielle 2012 que le président en fonction ou qui auraient été attribués par favoritisme.

L'Institut d'études d'opinion Ipsos a été mis en examen jeudi pour recel de favoritisme dans cette affaire, a appris l'AFP ce samedi, de source judiciaire. Entre mai 2007 et octobre 2009, l'Élysée aurait commandé pour près d'un million et demi d'euros de sondage auprès de cet institut, dont beaucoup sans appel d'offre.

Trois autres instituts, Opinionway, Ifop et TNS-Sofrès avaient été placés ces dernières semaines sous le statut intermédiaire de témoin assisté, qui leur permet à ce stade d'espérer échapper à un renvoi en procès.

Les enquêteurs observent qu'Ipsos peut être considéré comme "l'institut par excellence de l'Élysée, en volume et en montant, puisqu'il a facturé 1 491 570 euros HT entre mai 2007 et octobre 2009, soit 92% du montant total" des sondages commandés. Selon les enquêteurs, ces sondages (235 au total) ont été achetés par le cabinet de Patrick Buisson et revendus à la présidence, avec un bénéfice d'environ 1,4 million d'euros, soit entre 65% et 70%. 

Patrick Buisson a été mis en examen en juillet 2015 dans cette affaire. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€